Bʋ-kaore / Justice Non classé

Gibo soog bʋ-kaoodbã paga b kʋlense.

Tõnd tẽngã baobg ning sẽn be Sayall soogã bʋ-kaoodb paga bʋ-kaod zakã kʋlens la b looge. Omega kiba-kɩtb pẽnega a Rodirg Bayala Avoka rãmbã sẽndika seb-gʋnd-kasenga, n na n bãng gofneem tagsg ne bʋ-kaod zakã sẽn pag a kʋlensã, b sẽn na n pak sasa ninga. A Rodirg Bayala:” tõnd sẽn bõosd ne gofneerã, ya a mao tɩ ka la wakt sẽn wat pʋga bɩ Sayallã baobg bʋ-kaod rot lebg n pak b kʋlense”.   Mise Bayala sẽn ya Burkĩna Faso Avoka rãmbã sull kaseng seb-gʋndb (SYNAF) taoor soabã wilga Radyo Omega kiba-kɩtbã woto:” yaa yõ-koglg kaalem yĩng n kɩt tɩ Gibo bʋ-kaodbã pag bʋʋdã zak kʋlens tʋʋl-nif kiuug rasem 24 yʋʋm 2018 yʋʋmdã pʋga. Yaa sũ-sãang ne tõndo, tõnd wʋm tɩ Gibo bʋ-kaodbã paga bʋ-kaod zakã la b looge. Tõnd ka tar kibaya fãa ye, la tõnd sũur ka noom ne sẽn pag-b bʋʋdã zak la b loogã ye.”Mise Bayala leb n wilgame tɩ nin-wẽnsã tʋʋmd tõnd tẽngã wẽnda Nizɛɛrya baobgã Boko Haramã sẽn dɩk na-kẽndr ning n kẽed tẽngã. A wilgame tɩ tẽng sẽn tar pãens a tãabo, b sã n zoe n zãgs pãng a ye, bʋʋd wɛɛngẽ, bʋʋdã yɩɩ toogo. Ɓala, ka me wat n lebga Boko Haramã rẽ. Karen-saamb dãmb wʋsg yiime la b bas tẽngã baob-kãnga yõ-koglg kaalmã yĩnga “. Mise Rodirg Bayala sẽn wilgi.

Vẽnẽm zĩiga : Radyo Omega

Fermeture du TGI de Djibo : « Nous demandons au gouvernement de prendre des dispositions afin que le palais de justice puisse rouvrir dans les prochains jours (Rodrigue Bayala, secrétaire général du Syndicat des Avocats du Faso)

« Ce que nous demandons au gouvernement c’est qu’il puisse prendre des dispositions afin que la sécurité soit assurée et que le palais de justice puisse rouvrir dans les prochains jours » a déclaré mardi à Radio Oméga Me Bayala, secrétaire général du Syndicat des avocats du Burkina Faso (SYNAF), réagissant à l’information faisant état de la fermeture du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Djibo le 24 avril pour raison de sécurité.

Selon Me Bayala c’est avec consternation que le syndicat a appris la fermeture du TGI de Djibo.

« Nous n’avons pas tous les éléments d’appréciation mais nous ne pouvons pas non plus en vouloir à ceux qui ont quitté les lieux », a-t-il précisé.

A en croire Me Bayala la stratégie utilisée par les terroristes dans le Sahel burkinabè ressemble fort à celle de Boko Haram au Nigéria qui consiste à faire partir l’autorité d’une partie du pays.

« Le pouvoir judiciaire est l’un des trois pouvoirs s’il abandonne déjà une partie du territoire il va de soi que nous sommes en difficulté et les judiciables devront désormais souffrir de cette stratégie apparente à celle de Boko Haram », selon Rodrigue Bayala.

Avant les acteurs de la justice, des centaines d’enseignants avaient quitté la zone pour également des raisons sécuritaires.

Source : Radio oméga  officielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *