Non classé

Burkĩna Faso ne « Sɩnd » ( Chine) zoodã yĩnga, sorã zug yaoob na n yɩɩ lom-lom

Burkĩna Faso ne Sɩnd zoodã lebga  vẽenega, bala, Sɩnd rãmb paka b Ãmbasaad Burkĩna ka. Sɩd yaa sẽoog kiuug rasem 12 yʋʋm 2018  pʋgẽ, la tẽns a yiibã taoor rãmb pids b zĩnd-n-taarã pʋleng nug tik ne taaba.  Sɩnd ne Burkĩna zemsa taaba, sẽn kẽed ne lebgo, koobo, kambã kaorengo, la laafɩ wã wɛɛngẽ. Tʋʋmdã na yɩ pʋ-peelem la sũ-noog yĩnga, tõnd tẽngã gofneem taoor soab a Poll Kaba Keba ne Sɩnd tẽnga gofneem  taoor soab pʋgdga a Sũndhũnd  Hu, zĩnda ne taaba,  sẽoog kiuug rasem 12 yʋʋm 2018 soaba pʋgẽ n na n yẽse. B yẽsgã pʋgẽ yaa zems taab no-rɩkds a naas la b rɩk yã. Pipi yaa Burkĩna Faso teedã na  kẽ Sɩnd soolmẽ, n paas Sɩnd rãmb na sak  n boog sor zug yaoodã wala  dedoanma wã wɛɛngẽ. Rẽ poore yaa teelg na zĩndi, bãmb ne Sɩnd sʋka, sẽn kẽed ne koobã la kom-bɩɩbã na paam nug tʋʋm zãmsgo. Sẽn wa n baase, yaa Logto yi-kaseng ning Sɩnd dãmb sẽn dat n me Bobo dɩʋlaso wã, n paas Kʋdg logtor yirã manegre, la yal a taab la b gom yã. A Sũndhũnd Hu wilgame, tɩ bãmb b yiibã seg taabã, yaa sabaab tɩ Sɩnd ne Burkĩna Faso zoodã kẽng na n taoore. A kell bẽda be n wilg  tɩ yaa tẽns a yiibã taoor dãmb yam yãk-sõng yĩnga,  n kɩt tɩ  zoodã lebg n vʋʋge. Sɩnd Popilɛɛr peremye minisr pʋgdgã sẽn wilgi:“ Sig-noy kiuug rasem 26 yʋʋm 2018 soabã pʋgẽ, tẽnsã taoor rãmb zĩnda ne taaba, n tags tẽnsa a yiibã na yidg n kẽng taoor yelle. Sɩnd tẽngã taoor soab tʋma maam yãmb tẽngã, tɩ m wa paas tõnd ne taab tʋʋmd-n-taarã pãnga. Mam sẽn wa Burkĩna ka wã, wilgdame tɩ tẽns a yiibã zood sɩd  kẽnda taoore,  d nin-buiidã vɩɩm na yolsg wɛɛngẽ. Tẽns a yiibã neb sũur yaa noogo, zoodã sẽn lebg n vʋʋgã yĩnga”. A Poll Kaba Keba sẽn wilgame : «  sã n ya ne maam, tẽnsa a yiibã kʋdemd la b rog-n-mik pẽnega taaba. Tõnd na n dɩka na-kẽndre, n pak Burkĩna Faso Ãmbasaad Pekẽ Sɩnd na-tẽngã”.

Wẽnd na sõng-b tɩ zoodã yɩ nafr n kõ tẽns a yiibã nin-buiidu.

Sull ning sẽn get gofneem kibayã kũun n yiis kibarã.

Bientôt une baisse des taxes douanières pour les exportations burkinabè vers la Chine

Le Burkina Faso qui a récemment renoué avec la Chine populaire, a signé avec ce pays, jeudi, quatre projets portant sur le commerce, l’agriculture, l’éducation et la santé.

Le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba a eu jeudi matin une séance de travail avec le vice-Premier ministre chinois Chunhua Hu, arrivé mercredi soir à Ouagadougou.

A l’issue des échanges, quatre accords de coopération ont été signés.

Il s’agit de «la signature et échange de notes relatives au traitement du tarif douanier de 0 à 97% des produits d’origine burkinabè vers la Chine», lit-on dans le dossier de presse.

On retient également, la signature et échange de notes des projets d’assistance technique agricole et aux centres de formation professionnelle.

Enfin, «la signature et échange de notes des études sur les projets du Centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso et la réhabilitation de l’hôpital de l’amitié de Koudougou et autres».

Chunhua Hu a expliqué que la rencontre va permettre de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre son pays et celui des Hommes intègres.

L’hôte du jour a signalé que grâce aux engagements des deux chefs d’Etat, la Chine et le Burkina Faso ont rétabli leurs relations diplomatiques, le 26 mai dernier pour un mieux-être des deux peuples.

«Le président chinois m’a envoyé dans votre pays pour renforcer notre partenariat de coopération», a déclaré la deuxième personnalité de la Chine populaire.

De l’avis du Premier ministre, les deux nations partagent une histoire commune tirée de l’histoire et de la culture.«Nous sommes en train de prendre les dispositions nécessaires pour l’ouverture de l’ambassade du Burkina Faso à Pékin dans les prochains jours », a- t-il conclu.

Notons que ce jeudi, la Chine populaire a rouvert son ambassade à Ouagadougou.

Agence d’Information du Burkina

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *