Non classé

Kaeto! nin-wẽngã kẽe tõnd zutã pʋgẽ n sog sɛnde.

. Maam a Lagemymalgre ne m zakã rãmba, d ra ratẽ lame, n vɩɩmd wa m ba Patarbtaale, ne b paga Tarbare, la b biiga a Pasektaale. M ba Patarbtaale:” d kambã wubrã kẽe moogo, nedemdã pʋgd n kiidame, tõnd ka le mi ba kʋʋr pʋʋsgo, tɩ b sʋkd bãad gesg gomd ye. Tõnd kambã ka mi pʋg-pʋʋsem meng goam ye. B ka mi gomd gãnegr kasem taoor ye. Tõnd mensã ne taab sʋka, sik-m-meng kae ye, bas-tɩ-loog kae ye, wãb-n-vel ka le be tõnd ne sʋk ye. Tõnd rɩkda buudã pʋg zu-loɛɛga, n dat n welg-a nasaar tẽng dĩinã sẽn wilgã. Wã, a yaa menego, nin-sablg sẽn menem a ba zakẽ. D saamb bɩ d yao sã n ki, d ka mi b maanda wãn n welg zakã pʋg zu-loɛɛga, n bao zakã koagenda, tɩ buudã zug zẽk ye. Tõnd rog-n-mikã ne d buudã gomd tara kũum n kẽnda, tɩ d yamã la d yẽesmã tũud be n kiidẽ. Gesg yɩɩga, la yam-zulung wɛɛngẽ, m ba Patarbtaal wa n konga vɩɩmdgã ne taab saagre, n gãneg b toorẽ saglga n wilgd  b zak rãmba.  M ba Patarbtaal wilgame:” nin-sablg sã n kong a buudã yam, la a buudã rog-n-mik wubri, n kong a buudã gomde, nin-kãng yaa wa ned sẽn menem rasem pʋɩ-peell pʋga.

M ba Patarbtaal roga burkĩn-tẽnga. Tẽngã yaa Wẽnnaam yamleoog tẽnga, bala, tẽngã nin-buiid saka, b sẽn ya a soabã, la b ratame, n yɩ b sẽn segd n yɩ a soaba. M ba Patarbtaal sɩgda b yaab a Sɩdpakiidi. A Sɩdpakiid yɩɩ burkĩn-bila. A Sɩdpakiid sẽn wa n be zamaan pʋgẽ, b wẽena ne b yaab n yeele:” mam sã n dɩk sar ne  ned tɩ vaale, m mogda tɩ-zẽnem, n sak m saam-dãmb tẽnga, la m bas vɩʋʋgo, tɩ burkĩmb lede”.

M ba Patarbtaal sẽn dog sak ningã yʋʋr boondame tɩ Wẽnnaam Yamleoog tẽnga. Tẽngã pʋgẽ, rao ka tar sor n dɩk noore, n gom gomd sẽn ya beoog gomde, tɩ pag ka naag sʋk ye. Pag sã n ka naag sʋka, gom-kãng yaa gom-vɩʋʋgo, a pa womd biis ye. Nin-wẽngã, sẽn dat a zãmbã, rũndã a paama nin-sabls sẽn ya sõng wẽng rãmba, n kõ-b rɩɩbo, tɩ b yi b burkĩndã pʋgẽ, n yeel tɩ nin-sablg welga pag ne raoa. Wã fãa yaa sɛndse, a sẽn sogd tõndo.

M ba Patarbtaal ket bee Wẽnnaam yamleoog tẽnga, n waoogd pag wa b saamb la b yaaba.  Wẽnnaam yamleoog tẽng bee tãp tãng a yembr sɛɛga. Yaa tãngẽ be la m ba Patarbtaal yaab sig yã, n tilg b burkĩndã tãpo. N na n mao tɩ burkĩnd zĩnd tãngã sɛɛga. B pag yʋʋr la a Tarbare. M ma a Tarbar roga Wẽnnaam zĩ-sõng a yembr yʋʋr b sẽn boond tɩ Wẽnnaam yamleoog zĩiga, bala, be, ãdem biisã nonga taaba, b pa rɩk tarem n sãoog ned ye. B leb n rɩk naam, la yam-kaoolg n welg b mens ne Wẽnnaam bõn-naandg ye. B sakame tɩ b ka mi ye, la b reegda gomd n bʋgse, n yaool n maane. B sʋkdame tɩ bɩ, n yaool n tʋme. Bãmb ne b sɩdã sã n get nin-sablg sẽn lebgda a soab rũnda wã, a burkĩndã kãsgdame n kẽnda. Yaa rẽ tɩ m ba Patarbtaal yetẽ:” 1896 yʋʋmdã nin-wẽnsã talla bugraad la logd n kʋ tõnd yaab-rãmb ne b yĩnsã.  Tɩ rẽ ka sek-a ye. Rũndã ya b yẽgrẽ wã la a kẽ n kʋʋda. Yel-beedã tõnd nin-sabls tẽnsẽ, bukrĩn-kaoolgã rãmb pʋgd n sõngd-a lame, tɩ b kʋʋd tõnd burkĩndã, yão-beed yĩnga.

  1. Tẽeb la saagr pʋgẽ, m ba Patarbtaal yeelame:” Maam a Patarbtaal yãbd beoog kamba, la m sʋkda m meng n getẽ, tõnd vɩɩmã na n kẽnga yae beoogo! Bala, zĩuf kũum sɩngda a zugẽ wã t’a mengã wa pʋgl n ki, ninsaal rẽ, yẽ sɩngda a rog-n-mikẽ wã. Yam-beed soabə̃, ad a ka le kʋ ãdem-bil ne a yĩngã ye, a kʋʋda a rog-n-mikã t’a yẽgrã tũ be n ki. Yaa rẽ bar n tar maam m ba Patarbtaale, tɩ sikd yʋng la wĩndga”. Nin-wẽngã ra kʋʋ tõnd yaab-rãmbã. Nin-wẽngã yõka tõnd yaab poak a yembr sẽn da reegd  Wẽnnaam n taasd Wẽnnaam no-rɛɛsdbã 1706 yaa pag sẽn tall bãngre, n zabd n dat n wilg tɩ Wẽnd mii nin-sablg tiir wa Yɩsrayall kambã. Zãmbaboe na-poaka, a Liyãnda nin-wẽngã sãrg-a-la  1896 yʋʋmdã. Ãngola,  Gãna, Suudã, Bene, la Burkĩna Faso pog-gãn-pogs n zĩnd n dɩk tãpo n na n fãag nin-sablg a yembdã pʋgẽ. Wakat-kãng yɩɩ tãp pãng la nasaar wẽngã tall n sãam tõnd yaab-rãmbã yõya. Rũndã a basa tãpã, n kẽ tõnd yamã pʋg  n sog sɛndse,  a yãka ra-bõensã kamsẽ wã, n balg-a d zutẽ wã. Sɛndã gãda, neb kẽer katmã sẽn be ne b rãmbã yam zãnga. Sã n ka ned sẽn tar bãngre,  a ka tõe n yã ne a nifu , n bãng t’a  kẽe yam-kaoolg yembd pʋg ye.

Nasaar wẽngã gãnega nin-sablg kʋʋb yam, n deng n kʋʋd a buudã gomde, la a kẽ a zakã pʋga, n kẽes Politiki. Rũndã fo sã n gʋls f biig “Lekoll bilẽngã” a sõng-wẽngã rãmb yikdame n naag n zabdẽ:” ned ka rogd ne gom n ka nafe, n le karemd gom-kãng ye”. Wã fãa yaa sɛndã sẽn sog-b rãmb zutu, tɩ b be yam-kaoolg pʋgẽ wã rãmb tagsgo.

Zaamẽ nin-wẽngã kẽesa Politik tõnd ne pagbã la d kambã sʋka. Rẽ leb n yaa sabaab n kɩte,  tɩ tõnd ka le tõe n zems taab n bao d beoog vʋɩɩmã sõmblem soay ye. Zu-bʋkã, nin-sabls tẽnsẽ yamã rãmb sõor ka waooga, n ta kata wã ye. Kalkõtã pʋg yembd sooga  nin-sabls zamaanã zãnga. Yam-kaoolg yemdã lebga yẽesem ne neb kẽere.  Rũnda nin-sablg sã n gomd f buudã gomde, f gom-dogdgrã. Nin-sabls nins sẽn lebg sõng-wẽngã  rãmb rɩkd-a-la  wa ned sẽn ka mi a nenga. Yam-kãng yaa sor nasaara wã sẽn gãneg a yam-wɛɛgã pʋgẽ, n kʋʋd tõndo.

Ãdem bil sã n yĩm a buud gomde, a yĩmda a buudã rog-n-miki, n yĩm yam la sor ninga, a yaab-rãmbã sẽn da gãneg n welgd b zu-loeesã ne taaba. Makr wala ka zems taab sã n kẽ sʋka, sor ning b sẽn tũud n welg gomdã menemdame. Wakat-kãnga, le yaa yam-wɛɛgã soab n wat tɩ b yao-a ligdi t’a welg rẽ. Ãdem biig buud gomd sã n ki, a lebga dũni wã zug yem-daad taoor soaba. A lebgda dũni kãngã zug yalemsã fãa taoor soaba. Bala, a lebga yam-yende. Nede, sã n lebg yam-yende, a soabã ka le tõe n kẽ a sũurã pʋg n tagse, n bal n yã yam n yiis a meng zu-loɛɛg pʋg ye.   A Tooma Sãnkar ra yeelame:” yamb ning sẽn ka tẽbd n na n yi a yembdã pʋgẽ, ka na n yɩ lingr ne yem-kãnga tɩ zu-beed fãa sẽn na n ta-a paam-a ye. Nin-sablg sã n da bugraoogo, ka sẽn na n zab ne nasaara ye, ya sẽn na n zab ne a saam-biiga. ”. Yʋʋm 1896 soabã nin-wẽngã ra kʋʋ tõnd nin-sabls tẽngẽ yam rãmb ne bugraado, masã yaa Bɩɩblã la Akʋrãanã n kʋʋd tõndo.

  1. Rũndã a gãnega yam n kʋʋda tõnd yamã t’a ra tol n wek ye. Yaoolem Wẽnd-tũudmã belga tõnd n dɩk tẽn-gãongã zaeeb n maan b yẽesem. B basa nin-buiidã zu-loɛɛg welgre, n kɩt tɩ b ka tol n tõe n zems taab n vɩɩmd ma-biir la saam-biir ye. Pʋʋsgã rãmb basa bool nebã zĩ-kãnga, tɩ lebg:” wʋk-y tẽn-kugã n lobe, yoob yaa yel-wẽnde tɩɩm dɩɩb yaa mag yiibu. Wẽnnaam ka tar mak-n-taag ye. Bas-y fãa n kõ Wẽnde. Ra rɩk-y bũmb n mak ne Wẽnd ye”. Gom-kãng yaa noorẽ gom-vɩʋʋgo, b sẽn yiisd raar fãa, tɩ nin-buiidã ket n dɩkd taab n tekd ligdi. B rɩkda taab n dɩt ligd tɩɩm, n na n paam n me Wẽnd doto. Dĩin kẽer wilgda b waanzʋ rãmb pʋse, tɩ ned sã n maan tʋʋm-beed n yãk ligd n me miisri, a zʋnuufã boogame. Tiugung katolik sõng pʋgẽ, ned maanda wẽnga, n kẽng Perɛtr taoor t’a kõ-a sugri. Wakat-kãnga, yẽ soabã lebga a saad n maand wẽngã n kot sugri. Bũmb ka gɩdgd-a t’a ra maan tʋʋm kɛgr ye. Bʋ-kaoor yiri, lebga bɛɛgdã bao ligd n yao tɩ b boog a bãens roog sõore. Na-kẽnd-bʋg n na n gɩdg maan wẽng nin-sabls tẽngẽ.

Wã fãa yaa sor nasaar wẽngã  sẽn wʋk n kẽes tõnd sʋka, tɩ tõnd Wẽnnaamã minm sa. Araabgã ne nasaar wã  yaa “nemd ne a zũy”.  Nin-sabls kẽer tẽedame tɩ nasaara wã sẽn wilgd tõndã,  fãa yaa sõma. Ka fãa n ya sõma ye, bãmb me tara bũmbli kẽer sẽn ka sõma. Wala tõnd me sẽn tar bũmbli, kẽer sẽn ya sõma, tɩ d bas n pʋgd sẽn ka naf tõndã.  Naab a Wẽnd sor segd n tẽeg-tɩrga, la burkĩnd zĩiga. Sẽn na yɩl tɩ sɛndã sogb paam pãnga, a kẽe pʋgẽ be me welg dĩin dãmbã ne taaba. Bala, b sã n naag taaba, b wat n tõog n soka sɛndã. M saam-biisi, ned sã n bao sãnem rẽagd n paam wũmbla, a sã n baoẽ-a ne pʋ-peelem, a paamda peoogo. A pʋɩɩ dĩinã zĩis a tãabo, rog-n-miki, la nasaara dĩina. Rũndã bãmb kɩɩsda taaba, tɩ nin-wẽngã paam n sogd sɛndã. Tõnd vɩɩmdgã ne taab pʋgẽ, d zamaanã ka tol n tõe n gãand bãan ye. Rẽnd tɩ tõnd tek zʋgo, tekr sã n ka teke,  nasaar tẽng dĩin  dãmbã, a nan ka tar manesem  sẽn wilgd nin-salbsã bõn-sõngo tɩ sã n ƙa d maan taab n dok sũur ye.

Sa-sik kiuug rasem a wɛ  sẽn loogã bi-bɛɛg a yembr n yek pʋg-yãang Tuudbweoog n kõs ne sʋʋga.  Yaa pʋg-yãang sẽn wʋkd saase rãmb n koosdẽ. A kõsa pʋg-yãangã ne a Wẽnnaam zaalem ka zab taaba, ka baafɩ. B rɩka pʋg-yãangã n kẽng a Lopitall Yalgd Wedraoogo, mak n konge, n sãag ne-a Lopitall Inivɛrsitɛɛr Tẽngãndgo. Sa-sik kiuug rasem 16 yaasa, a le tʋma bi-pugl sẽn zems yʋʋm a 8 t’a tɩ ra sɩgaar n wa kõ-a. Biigã tɩ raa sɩgaarã n kɩs-a. Nin-wẽngã  le kõsa yẽ me tɩ b rɩk n kẽng a Lopitall Yalgd Wedraoogo. Rẽ yĩnga, dũni wã na n sãama woto, tɩ pʋʋsgã rãmb la Politikã rãmb sĩnd n getẽ?

  1. Nin-wẽngã sɛnd sogb paama pãnga, nin-sablg yam sã n weke, t’a na n yeel tɩ nasaar wɛɛgã gãnega Wẽnnaamã sor n  belg tõnd n kʋ d yamã, a saam-biisã yetame tɩ sʋtãan kẽ-a. Wall b yeel t’a yaa bʋgs-zulung soab b sẽn boond tɩ Filozoafã. Bala, Filozof rãmb kẽer wilgame tɩ Wẽnnaam ka be ye. Filozoaf bʋgsda sẽn tõe n wa yɩ, bɩ sẽn zoe n yɩ tɩ looge, n yaool n kɩɩs bũmbu. Kɩɩs-taab-kãensã fãa yaa yam nasaar wɛɛgã sẽn gãneg a zãmbã yam, sẽn na yɩle, tɩ yamã rãmb sã n na n yak sɛndã b zu-kalkõtã pʋgẽ, bɩ b zab taaba, n kell n pa yam-kaalg yembdã pʋga ne yamleoogo. Filozoafã bʋgsdame, la ada soabã togsda sẽn be tɩ b fãa neẽ. A wɩtame n dat tɩ b rems tɩ fãa zemse.

Yagem yʋʋm 50 wã tig-tẽegre, sẽn loog sa-sik kiuug rasem 15  Kagdinall Filip Nakelentũba Wedraoog boola nin-buiidã tɩ b yɩ neb sẽn mi a Zezi. B tall bʋ-sɩd yam, la bas-yard na-kẽnd-sõng yam, d zamaanã pʋgẽ. Wakat buud fãa Kagdinall koe-noog mooneg pʋga, wall b sɛk ne dĩin buud toor-toor taoor rãmba, b yetame:” d me zamaan  sẽn malgd Wẽnde, la ãdem biig me yelle”. Kagdinall goama wakat buud fãa wã, tõnd a kiris nebã ket n ka tar tek-sõng ye. Yaa rẽ n kɩte, tɩ d ket n boond taaba. D yɩ neb sẽn na n mao tɩ maan n dok sũuri, la maan n lebsã sa. D yɩ neb sẽn na n tʋm tɩ nin-buiidã naag taab n dɩ te-yende, wala b yaab-rãmb wẽndẽ. Sã n ka rẽ nasaara wã na n wãa tõndo. A na n kʋʋ tõnd yamã la d yẽesmã, tɩ d tʋm n kõ sʋtãanã. Tõnd zutã na n kell n soga ne sɛnd n tãag zamaan wooko. Yaa wã n da ya m ba Patarbtaal tagsgo, t’a Lagemymalgr wilgdẽ.

A Tẽng-n-biiga

                                    L’impérialiste  a enchainé notre conscience

  • Moi Lagmymalgre et les membres de ma famille, aimerions vivre comme Patarbtaale, sa femme Tarbare et son fils Pasektaale. Patarbtaale : « L’éducation de nos enfants est en train de se dégrader. L’humanité perd sa valeur et nous ne savons plus quel langage adéquat utilisé en cas de décès ou face à une situation de maladie. Nos enfants ne savent pas quel langage tenir lors des fiançailles, ni comment s’adresser à un supérieur. Il n’y a plus d’humilité, de tolérance et de solidarité entre nous. Nous prenons les difficultés rencontrées dans les familles et nous voulons les résoudre avec les lois des religions occidentales. Ceci représente une disparition de l’homme noir dans sa propre famille. En cas de décès de notre père ou de notre frère, nous ne savons pas comment résoudre certains problèmes de la famille, comment choisir un successeur pour faire toujours triompher la famille. Notre culture et notre langue maternelle se dégradent davantage, entrainant aussi la dégradation de nos idées et de notre intelligence. A l’analyse, Patarbtaale s’est donné l’idée de conseiller les membres de sa famille. Patarbtaale disait ceci : « Si l’homme noir n’est pas capable de parler sa langue ou de pratiquer sa culture, cet homme s’est égaré dans un terrain vide. Patarbtaale est né dans le pays des hommes intègres. Le pays est aimé par Dieu, parce que les habitants de ce pays ont accepté vivre tels qu’ils sont et sont devenus ce qu’ils voulaient être. Pataarbtaale hérite de son grand père Sidpakiidi. Sidpakiidi a été un homme intègre. Lorsqu’il était dans le monde, il a juré sur le nom de ses ancêtres en disant : « Si je prends une décision que je n’honore pas, je prendrai du poison afin de céder ma place à un autre homme intègre ».

Le quartier qui a vu naitre Pataarbtaale s’appelle  la terre voulu par Dieu. Dans cette ville, un homme n’a pas le droit de parler d’une parole très capitale sans inclure une femme. Si une femme n’est pas incluse, cette parole n’a pas tout son sens. Comme l’ennemi voulait nous corrompre de nos jours, il a eu des complices noirs qu’il nourrissait, et ceux-ci ont laissé tomber leur intégrité divisant ainsi la femme et l’homme. Tout cela constitue des chaines utilisées pour nous enchainer.

Patarbtaale vit toujours dans la terre aimée par Dieu et respecte la femme comme le faisait ses pères et ses grands-parents. La terre aimée par Dieu se situe non loin de l’une des  montagnes  des guerriers. Sa femme se prénomme Tarbare. Tarbare est née dans un lieu béni par Dieu, nommé ville de Dieu, parce que les habitants de cette ville, les êtres humains s’aiment, ils ne mettent pas leur richesse en avant. Ils ont accepté qu’ils ne connaissent pas grand-chose ; ils méditent trop sur une parole donnée avant de la mettre en pratique ; Tarbare et son mari à travers leur vision de l’homme noir de nos jours, trouvent que l’intégrité de celui-ci se dégrade de plus en plus. C’est ainsi que Patartaale disait ceci : « en 1896, les ennemis se sont servis de leurs fusils et leurs arcs pour tuer uniquement le corps de nos grands-parents. Cela ne les a pas suffi et de nos jours, ce sont leurs racines qu’ils tuent. Le malheur est que dans les pays africains, les hommes de mauvaise volonté aident l’ennemi à tuer notre dignité rien que pour la gourmandise.

  • Avec foi et espérance, Patarbtaale disait ceci : « Moi Patarbtaale, je me soucie des enfants des générations à venir. Je me demande où est-ce que notre vie nous mène? En effet, la mort du poisson commence toujours par sa queue et ensuite suivra tout son corps. Pour l’être humain, cela commence par sa culture. L’ennemi ne tue plus l’être humain par son corps, mais par sa culture et toutes ses racines s’en suivront. C’est cette vision qui me préoccupe, moi Patarbtaale et je m’en soucie jour et nuit ». L’ennemi a tué nos grands-parents. Les meurtriers ont attrapé l’une de nos grand-mères qui était chargée de transmettre le message de Dieu aux hommes en 1706. C’était une dame pleine d’intelligence et elle luttait pour faire savoir aux hommes que Dieu reconnait l’homme noir comme les israéliens. La  Reine du Zimbabwe Luanda a été étranglée par l’ennemi en 1896. Il y a eu des guerrières aussi  dans des pays comme l’Angola, le Ghana, le Soudan, le Bénin et le Burkina Faso qui ont pris des armes pour faire sortir les africains de l’esclavage. Autrefois, c’est par les armes que l’impérialiste a tué nos grands-parents.  De nos jours, ce sont nos idées qu’il enchaine. Il a enlevé les chaines de nos mains pour mettre dans sur nos têtes ; les chaines ont bloqué totalement le siège de la pensée des uns et des autres, qui ont développé de l’amour pour la gourmandise. Si ce n’est pas une personne intelligente, personne ne peut savoir en ce moment qu’on fait face à l’esclavage d’ignorance.

L’impérialiste a trouvé une stratégie pour tuer l’homme noir en commençant par lui faire oublier sa culture et sa langue et aussi en intégrant la chose politique dans sa famille. De nos jours, si tu inscris ton enfant dans une école bilingue, les gens de mauvaise foi commencent à te critiquer : « Si tu ne t’es pas épanoui au moyen la langue avec laquelle tu es né, pourquoi apprendre encore à lire et à écrire dans cette langue ? ». Tout cela représente l’enchainement des consciences.

Dans le passé, l’impérialiste a intégré la chose politique entre nous, nos femmes et nos enfants. Tout cela a fait que nous ne pouvons plus nous entendre pour rechercher un avenir radieux de notre vie. Le malheur, c’est qu’il y a plus d’hommes gourmands que d’hommes intelligents en Afrique. L’esclavage mental a atteint toute l’Afrique.  L’esclavage de l’ignorance est devenu un luxe pour certains. De nos jours, si un noir parle sa langue maternelle, ses autres compatriotes qui se sont laissés entrainer par la politique de l’impérialiste le prennent comme un attardé. Cette idée représente l’une des politiques utilisées par le colon pour tuer notre conscience. Lorsqu’un être humain oublie sa langue maternelle, il a oublié aussi sa culture, et il oublie aussi les principes que les ancêtres utilisaient pour résoudre les problèmes auxquels ils faisaient face.  Par exemple, en cas de mésentente, l’idée utilisée pour résoudre ce problème disparait. En ce moment, c’est la mauvaise personne que l’on va encore payer pour qu’elle vienne trouver une solution au problème. Si la langue maternelle de l’être humain perd sa valeur, celui-ci devient le responsable de tous les esclaves du monde, le responsable des personnes insensées de ce monde.  En effet, il n’a plus qu’une seule idée et il ne peut plus entrer au fond de lui pour penser et trouver une solution face à un problème. Thomas SANKARA disait ceci : « L’esclavage qui n’est pas capable de penser à sa libération, tout malheur viendra sur lui. Si un africain paye une arme, ce n’est pas pour lutter contre le blanc mais, pour se retourner contre son frère africain ». En 1896, l’impérialiste se servait des armes pour tuer les hommes intelligents de l’Afrique, mais de nos jours, c’est la bible et le coran qu’il utilise pour nous tuer.

  • De nos jours, il a mis en place une stratégie pour anéantir à jamais notre intelligence. Les hommes religieux de la dernière heure ont adopté le système de pillage des terres. Ils ont abandonné la mission de conversion des êtres humains et les ont amenés à se détester entre frères et sœurs. Les religions ont invité les hommes à jeter les fétiches qu’utilisaient leurs grands-parents, tout en disant : « la prostitution est un péché, prendre du gris-gris est un péché, Dieu est incomparable, laissez tout à Dieu, ne comparez jamais Dieu à une autre réalité ».  Ces paroles sont des paroles insensées qu’ils font sortir chaque jour et les êtres humains continuent de s’échanger contre de l’argent. Ils s’entretuent pour avoir de l’argent et certains vont même jusqu’à prendre cet argent pour construire des églises. Certaines religions ont montré pendant leur évangélisation que si une personne gagne de l’argent injustement, si elle prend cet argent pour construire une maison pour Dieu, celle-ci milite pour faire diminuer ses péchés ; par contre, si une personne fait un péché, si elle va devant le prêtre pour demander le pardon de ses péchés, en ce moment, celle-ci fait des péchés tout en sachant qu’elle ira demander pardon. Rien ne lui interdit de faire du mal. Dans les juridictions, on donne maintenant des sous pour diminuer les peines. Quelle stratégie empêchera vraiment le mal de s’accroitre en Afrique de nos jours ?

 

Toutes ces choses sont des stratégies que l’impérialiste a intégrées dans notre quotidien, mettant ainsi fin à la crainte de Dieu. L’arabe et le blanc sont «  la viande et ses chenilles ». Certains noirs pensent que tout ce que le blanc nous a montré est bien. Ce n’est pas tout qui est bien. Il y’a aussi du mauvais là-dedans ; la voie de Dieu doit être droite et pleine d’intégrité. Pour pouvoir bien enchaîner les consciences, le colon a même divisé les religions, parce que, les fidèles s’unissent, ils pourront briser la chaîne. Frères et sœurs, si quelqu’un cherche de l’or sale et en gagne une calebassée, s’il l’avait cherché avec dignité, il gagnera une corbeille pleine d’or. Le colon a divisé la religion en 3 groupes :  la religion traditionnelle et les religions du blanc. Ces religions se disputent de nos jours, et l’ennemi profite de cette guéguerre pour enchainer les noirs. Dans notre cohabitation actuelle, le monde ne peut plus être dans la paix. Il faut que nous changeons de comportement. Il faut qu’un changement sincère s’effectue. En effet, jusqu’à présent, les religions venues d’ailleurs n’ont pas encore apporté des bonnes leçons aux peuples africains si ce n’est la vengeance.

Le 9 Août dernier, dans le quartier Toudbweogo de Ouagadougou, un bandit a poignardé une vieille dame avec un couteau, une vieille qui ramasse des sachets pour revendre. Il a poignardé la vieille Yalgado et de là, elle a été transférée au Centre Hospitalier Universitaire de Tingandogo. Le 16 Août encore, dans ce même quartier, le bandit a envoyé une jeune fille de huit (8) ans pour lui payer des cigarettes. A son retour, l’individu a encore poignardé cette dernière et on l’a emmené à l’hôpital Yalgado. Au regard de ce qui précède, face à un tel monde méchant, les religieux et les politiciens vont-ils rester dans un silence complice?

  • L’enchainement de l’ennemi a pris de l’ampleur. Si un noir plein de conscience dit que l’impérialiste a profité de la religion pour tuer nos esprits, ses frères diront que le diable est en lui. Ou encore, ils diront qu’il est un philosophe. Car, certains philosophes ont montré que Dieu n’existe pas. Un philosophe a le recul nécessaire pour se prononcer sur des propos passés ou futurs, avant de les attester ou de les contester. En initiant ces discussions, l’impérialiste met en place une stratégie pour mieux plonger les plus avertis dans un esclavage mental d’où ils n’en sortiront même plus. Le philosophe prend du temps pour émettre sa pensée mais notre narrateur dit immédiatement ce qu’il voit et ce qu’il pense. Il critique car son objectif est de conduire tout à bon port. Lors du jubilé des 50 ans du sanctuaire marial de Yagma, le 15 Aout dernier, le Cardinal Philippe Nakelentuuba WEDRAAOGO a appelé les hommes qui connaissent le Christ, à répandre l’idée de la justice et de la démocratie dans le monde. A tout moment, le Cardinal dans ses homélies, ou encore à ses rencontres avec les autres leaders religieux, dit ceci : « Construisons un monde qui connait Dieu et qui arrange les Hommes ». Malgré les paroles du Cardinal, les chrétiens ne font pas toujours montre d’un bon changement de comportement. C’est à cause de cela que nous les interpellons toujours. Soyons des hommes qui luttent pour mettre fin aux rancœurs ; soyons des hommes qui vont semer l’union entre les hommes comme au temps de nos ancêtres. Sinon, le blanc va nous détruire. Il va tuer notre conscience et nos idées et nous allons travailler pour le diable. Nos têtes seront toujours enchaînées pendant longtemps. Voici la pensée de Patarbtaale transmise par Lagmymalgre.

Le Citoyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *