Non classé

Nin-wẽngã belga nin-sablg t’a menes a burkĩndi

  1. Maam a Lagemymalgre ne m zakã rãmba, d ra ratẽ lame, n vɩɩmd wa m ba Patarbtaale, ne b paga Tarbare, la b biiga a Pasektaale. M ba Patarbtaale:” d kambã wubrã kẽe moogo, nedemdã pʋgd n kiidame. Rũnda zamaanã kamb ka le mi gom-goamd yẽesem sẽn ta zĩig ning ye. Kũum yell sã n lʋɩ tõnd ne taab sʋka, tõnd basda kũumã yãbre, n tɩ yãbd a laogã d sẽn tõe n wa kongã bõne. Woto wilgdame tɩ nin-wẽngã yãkda ninbãan-zoeere, la yĩn-sidg tõnd yaab-rãmbã sẽn zãms tõndã sʋka, n ket tɩ nin-sablg ne a saam-biigã na n welg taaba, b sʋka a zɩɩmã pʋgẽ. A kẽesda tõnd vɩɩm sẽn wẽnd rũmblim vɩɩm tõnd ne d buudã, la d saam-biisã sʋka. Tõnd sã n ka yã yam n yiis d mens yam-kaool-kãng pʋgẽ, Alima naab a Yitlɛɛr ne Yɩsrayall kambã na n wa talla bʋʋm.

Wuk-m-meng yĩnga, Yɩsrayall kamb yeelame: «tõnd yaa Wẽnnaam kamba, sẽn ket-bã yaa rũms n lebg neba».  T’a Alima kamb me yeele tɩ bãmb yaa ninsaalba. Yɩsrall kambã sẽn yeel tɩ bãmb Wẽnnaam kambã Alima rãmbã yeelame yãka Yɩsrayall dũni zugu. Sabaab-kãng waa ne ãndũni gill zabre. Hal ne rũndã Arabg ket n geta nin-sablg wa rũngu.

Tõnd nin-sabls tẽnsã taoor rãmbã sã n ka lebg n leb nin-buiidã Wẽnd minim wubr pʋgẽ, tõnd sɩd na n vɩɩmda rũmblim vɩɩm. Tõnd sã n ka gãd d sẽn dog nmik wubr ningã, nin-wẽngã naanda zɩ-yũudb n ningd tõnd tẽnsã pʋga. Wakat sẽn wat pʋgẽ  zɩ-yũudbã na n lebgame n lub b naamã. Bala, b ka tar yĩn-sidga, b ka tar ninbãan-zoeere, sulg-m-menga, la sik-m-meng n sak ka le be b zɩɩmã pʋg ye.

2. Tõnd yaab-rãmbã ra talla bãngre, ninsaal zʋgã wɛɛngẽ. B sã n da na n pʋd biig yʋʋre, b pʋta yʋʋrã n tũnug ne zʋg ninga, b sẽn dat tɩ biigã vɩɩmd ne buudã pʋga, la zamaanã me pʋga. Bala, ãdem-bil yʋʋrã yaa sore, a sẽn tũud a vɩɩmã pʋga. Yʋʋrã sã n ya zabre, bɩ sũ-rokre, gomde, wall zab n fãag tẽng yembd pʋg gomde. Biigã sã n yiki, yaa boto la a vʋɩ. Nil kʋlgã kamba, wilgame:” ninsaal yʋ-pʋtrã, sẽn gomd gomd ningã a soab vɩɩm tũuda rẽ. A sã n ki, a leba ba-rãmbẽ, n na n tɩ wilg tʋʋma a sẽn tʋm dũni wã zugu.  A sã n wilg yaab-rãmb a sẽn tʋm tʋʋma nins n sa, b lebgda n yẽes a pʋtẽerã, t’a lebg wa “kagtmemoore”. La a minmã keta a pʋtẽerẽ wã.  Sẽn yɩl t’a sã n doge, bɩ b soees-a, n bãng a sẽn sɩgd a soaba. Wakat-kõngo, a roagdbã baoda vɩɩmdgã ne taab pʋg gom-sõmse, n ning a zugẽ wã t’a yik n tũ sor ninga. Na-kẽndr ning b sẽn gãnegã, tẽngã neb sã n tũ boto, yaa burkĩnd sorã. So-kãng yaa sor b sẽn dɩk b Wẽnd minim, ninsaal minim la ninbãan-zoeer fãa, la zɩɩr buud fãa sẽn kõt ãdem bilã zɩɩre, n ning be tɩ b kambã tũudẽ.

Ezipt bãngdbã wilgame tɩ ãdem-bil fãa tara a limore. Yaa limo-kãng pʋg la b tõe n bãng ãdem-bil buud fãa ne a zʋgo, la a nu-gãaga. Ãdem-bil sã n tar limor a 7, a soab yaa neda,  sẽn ya kɩs sɩd soaba. Wakat buud fãa a soab tagsgo, la a manesem yaa sõmblem bal la a maanda. Limor a 7  yaa bãngr la la tags-zulung bũmbu. Limor a 7 soab yaa ned sẽn tar bãngre, minim la gẽesg yam.  A soab tʋmda a tʋʋmã buud fãa ne yamleoogo. Paoong wɛɛngẽ, a paamda bũmb sẽn ya sõma, la sẽn tar yõod ne-a. Limor a 7 wã wilgr pʋgẽ, yopoe  yaa sõandg bil sẽn sõngd ninsaal a vɩɩm pʋgẽ, t’a tõe n tags yĩngrã ne tẽngã sʋka, n yiis bãngre. Yopoe reng n yaa pag ne rao sẽn naag taaba. Pag yaa naase, rao yaa tãabo, neb a yiibã sã n naag taaba, b lebga yopoe. Yĩngrã yaa tãabo, tẽngã yaa naase, wa pag ne raoa. Ned sã n tar limor a yopoe, a soab yaa no-koeem-neda. La a tʋʋma buud fãa pʋgẽ, a tara bãngr sẽn ya bãng-vẽenega. Limor a yopoe soaba 7 yaa bũmb sẽn sõngd-a zĩig buud toor-toore,  a tʋʋma, a bãngr gẽesgo, la a manesem buud fãa pʋgẽ. Limor a 7 soab tʋmd-n-taar ne neb wɛɛgẽ, a yaa neda, a tʋmd-n-taasã sẽn segd n bas-a t’a ges a mengã yam-solgdɩ wã a toore. Ned sã n kẽesda a toog zĩ-kãngã, a soabã tiisd a bãngrã la a yamã wekr wakat buud fãa. Bala, a yaa ned sẽn nong kʋdemde, la a tʋmd kʋdemdã na paam pãnga. Kʋdemdã tʋʋm-wɛɛngẽ, a sã n togs bũmbu, kɛlgdbã pẽgda a goama la a bãngrã sõmblem. A nonga rog-n-miki, la a maooda rog-n-mikã na paam koglgo.

La zʋg ninga b sẽn zoet limor a yopoe soaba,  ya a soog-m-mengã raabo. A bʋgsda a yembrã, n baood soay  sẽn na n tũ n malg yelle, tɩ ned ra bãng ye, la ned me zɩɩm ra raag yellã pʋgẽ ye. Yaa ninsaal limorã pʋg la nin-sabls ra tikda, n bãng ãdem-bil zʋgo, n maneg tɩ zemse, la sak a vɩɩmdg ne nin-buiidã.

Rũnda Alkʋrãanã ne Bɩɩblã yãka tõndo, d Wẽnnaamã minim so-kãng zugu, n kɩte tɩ nin-sablg lebg katr a to yĩnga.  Gom-beedo, zãmbo, maan-n-dok sũuri, maan-n-lebse, reng n dɩ rũng t’a ket n vʋɩ ne a zɩɩmã, rẽ pa le gɩdg ye. Wã fãa yaa nin-wẽngã n kẽ tõnd zutã la d yamã pʋga, n sog sɛnde, tɩ tõnd ka le tõe n bãng ninsaal zʋgo, n maneg t’a zĩnd a taab sʋk a, tɩ b vɩɩmd ne laafɩ ye. Ned sã n dat n tũnug bãng-kãng n wub a biiga, b yetame t’a tũuda rog-n-mik sore.

L’impérialiste a contribué à anéantir l’intégrité de l’homme noir

  1. Moi Lagemymalgre et les membres de ma famille, voudrions mener une vie semblable à celle de M ba Patarbtaale, sa femme Tarbare et son fils Pasektaale. Selon M ba Patarbtaale: “ L’éducation de nos enfants est en faillite et l’humanité se meure. La jeunesse ne mesure plus le rôle joué par un leader d’opinion. Face à un décès, ce n’est plus le mort qu’on pleure, mais le fait qu’on accèdera pas au partage de ses biens. Ces comportements montrent que l’impérialiste contribue à tuer la miséricorde et la pitié que nos grands-parents nous ont légués pour semer la mésentente. Cela nous conduit à adopter une vie semblable à celle des animaux vis-à-vis de notre famille ou vis-à-vis de nos parents. Si ne prenons garde, nous donnerons raison au roi Hitler d’Allemagne.

A cause de leur vantardise, les enfants d’Israël se disaient : « Nous sommes les enfants de Dieu. Les autres créatures sont des animaux qui ont bénéficié de faveur pour devenir des hommes ». Les allemands eux aussi se sont dit de vrais hommes. Ainsi à un moment donné, ils ont voulu supprimer le nom d’Israël du globe et c’est ce qui a conduit à une des grandes guerres mondiales. De nos jours, les arabes considèrent l’homme noir comme un animal.

Si les dirigeants de l’Afrique noire ne s’investissent pas davantage sur une bonne éducation à la crainte de Dieu, nous risquons de mener effectivement une vie semblable à celle des animaux. Si nous ne préservons pas l’éducation que nous avons reçue, l’impérialiste va lâcher des suceurs de sang dans notre contrée. Dans peu de temps, ces individus viendront et pendront le pouvoir. Eux ne sont pas épris de pitié, de miséricorde, ni d’humilité nécessaire pour se revaloriser.

  1. Nos grands-parents disposaient de connaissances sur le comportement des hommes. Quand ils donnaient un nom, ils le faisaient tel un programme de vie dans la famille et dans le monde qu’ils déroulent sur un enfant. Un nom est comme un chemin qu’on arpente tout au long de sa vie. Si le nom évoque la guerre, la revanche, ou la combativité pour libérer son pays, si l’enfant prend le nom, c’est la voie qu’il va suivre. Les enfants issus du fleuve Nil ont dit : « Le nom donné à un homme est comme un chemin qu’on lui trace. S’il meurt, il repart chez ses ancêtres pour se reposer du labeur effectué sur la terre. S’il fait le compte-rendu de ses œuvres terrestres, on efface sa programmation et il devient comme une carte mémoire vierge. Toutefois, ses connaissances restent ancrées dans son programme. Ainsi, à sa naissance, on chante ses louanges en vue de savoir à quel aïeul il se rapproche. A ce moment, ses géniteurs l’initient à une bonne vie en communautés en l’habituant à de bonnes paroles. Ainsi, toute personne qui imite cela peut être considérée comme étant sur la voie de l’intégrité. Ce chemin conduit à la crainte de Dieu, au respect de l’homme, à la miséricorde, à la gloire et on peut le montrer à sa progéniture.

Les savants égyptiens avaient enseigné que chaque individu porte un numéro. C’est par ce numéro que l’on peut interpréter le présent et l’avenir des gens. Si une personne porte le chiffre 7, c’est un individu digne de confiance. A tout moment, cette personne ne recherche que le bien. Le numéro 7 est signe de connaissance et de réflexion profonde. Il caractérise les personnes intelligentes, pleines de connaissances et d’aptitudes à la recherche. La personne travaille toujours avec amour. Côté richesse, c’est un individu qui gagne ce qui lui est utile et nécessaire. Dans l’interprétation donnée au chiffre 7, sept est un chiffre porteur pour l’homme car il l’aide à mener des réflexions efficaces entre le ciel et la terre, et à étendre ses connaissances. Le chiffre 7 symbolise l’union entre l’homme et la femme : le chiffre de l’homme est 3, celui de la femme 4 et leur union fait 7. Le ciel porte le chiffre 3 et la terre le chiffre 4 comme l’homme et la femme. Celui qui porte le chiffre 7 aime la discussion. Son travail est toujours appréciable car plein de connaissances. Le porteur du chiffre 7 est chanceux dans le domaine du travail, de la recherche de connaissance, ou dans toute autre initiative. Côté compagnie avec une personne qui porte le chiffre 7, il faut savoir que c’est quelqu’un que ses collègues doivent laisser découvrir son côté néfaste lui-même. Si quelqu’un lui vient en aide, cette personne le gêne dans son apprentissage et son épanouissement. C’est une personne qui aime la tradition et qui œuvre pour sa sauvegarde. En matière de tradition, dès qu’il s’exprime, il est applaudi par ses auditeurs pour sa connaissance du sujet. Il aime la tradition et milite en sa faveur. Côté comportement, le porteur du chiffre 7 tient beaucoup à sa liberté. Il recherche ses solutions seules et privilégie celles qui n’entrainent pas d’effusion de sang. C’est à partir du chiffre qu’on découvre le comportement d’un individu, qu’on peut interagir pour lui assurer une meilleure essence dans la vie. Le Coran et la Bible d’aujourd’hui nous ont ôté de cette connaissance et ont transformé l’homme en un loup pour son prochain. Les injures, l’injustice et la vengeance, le fait de manger un animal vivant avec son sang ne sont plus des actes condamnables. Toute cela montre que le colon est parvenu à faire effraction pour entrer dans nos têtes et dans notre pensée et est parvenu à nous enchaîner de façon à ce que nous ne puissions plus discerner le comportement de l’homme, que nous nous puissions plus lui venir en aide dans son savoir-vivre pacifique parmi les siens. Celui qui veut suivre cette voie pour l’éducation de son enfant, on se moque de lui en disant qu’il lui inculque une éducation traditionnelle.

Le citoyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *