Non classé

Ministɛɛr ning sẽn get pagbã yidgr yell kõo pagb kũuni

Kũunã yaa tʋʋm teedo,  koodo, la ligd sõor sẽn ta milyõ 250.

Sõngrã yaa   koms rãmba, la pagb niins nus sẽn pa tat b poorã rãmba, n paas  nus tʋʋmd rãmba, bãmb la b kõ sõngrã tɩ b sõng b mense.  Tʋʋmdã meng yɩɩ tʋʋlg kiuug rasem a nu wã raare, la pagbã  Minisr rɩk kũunã n taas-ba, la tũu ne gofneema sõngre. Nus tʋʋm teedã paamdba yɩɩ « Reezẽo di sãntrã » pagb la b kõ yã.

La nug  tʋʋm teedã, kũuni yaa sẽn na  n sõng-b   tɩ b  tõog n pak b toorẽ tʋʋm noya.  Rɩtlã zĩigẽ , yaa ligd sõor sẽn ta milyão 106 la b rɩk n sõng koms rãmba, la pagb nins nus sẽn pa tat b poorã.  Koodã yɩɩ kamaan toand 462. Mui toand 18, kamaan zom-pãrg toand a yiibu, n le paas kamman zom toand a 2. Yɩɩ neb  13 000 la sẽn  paam kũunã. Sã ya ne pagbã minisri, minisr  Lorãas Maari Elɛnd

  Yɩlbʋʋd wilgame:”  kũunã tõnd sẽnna n sõng-ba ya b  b tõog n zab ne naaongã bilfu. Nug tʋʋma teedo, yaa pagb sula, sẽn tʋmd sʋnd wʋgbo, zut pãnego, sẽebo, rɩɩb seglgo, la safãndã manego.

Yaa bãmb la tõnd kõ yã.  Ligdã yika milyõ 190”. A Zalɩɩs Yɩlbʋʋd sẽn ya « Reezẽo di sãntrã pagb sull taoor soab wilgame:” tõnd sũur yaa noogo, bala  tʋʋmã teed na n sõnga tõnd d tʋʋma sõmblem paasg wɛɛngẽ”.

A Zalɩɩs Yɩlbʋʋd kell n boola a pʋg-taabã tɩ  b keng b mens n tʋme,  sẽn na n yɩlẽ tɩ b tʋʋmdã wom biisi. B tʋme, tɩ wakɩr pisi pʋgẽ, bɩ  piigã yɩ sẽn deeg-b teedã n wa lebs gofneema. Tikrã pʋgẽ pagbã maana sĩndg bilfu, sẽn na n yɩl n yãb ko-yũud ning tõnd sẽn paam tʋʋlg kiuug rasem a yiib sean loogã raare. A Lorãas Maari Elɛnd bõosa pagbã tɩ  b tigr daare, bɩ pag fãa bao  fu-sablga, bɩ peen-sablg  n sẽbg a nugu, n wilg tɩ tẽngã bee su-sang pʋgẽ. Minisrã koɛɛga, yaa Burkina Faso pagbã gill la a gomd ne. Wẽnd na kɩte, tɩ b yɩ wʋmdba.

Zɩll Kafaando

Plus de 250 millions de francs CFA pour  l’autonomisation des femmes dans la région du centre

Ce lundi 5 mars 2018, le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille a procédé, à une remise de vivres et de technologies aux femmes de la région du centre. Ces dotations entrent dans le cadre du programme intégré de l’autonomisation de la femme et ont pour objectif la redynamisation des  entreprises  féminines afin d’atteindre une autonomisation économique.

 

L’atteinte des objectifs du Plan national de développement économique et social en matière de création d’entreprises pour les femmes, la  réduction  du faible taux de participation des femmes dans le développement économique du Burkina Faso, sont entre autres les défis que s’est donné le ministère en charge de la femme. Ce 5 mars 2018, à Ouagadougou il a mis à la disposition des femmes de la région du centre des vivres et des technologies. D’un montant total de 106 millions de francs CFA, ces vivres sont composés de 462 tonnes de maïs, 18 tonnes de riz,  2 tonnes de semoule de maïs et de 18 tonnes de farine de maïs. Ce don destiné à plus de 13 000 personnes nécessiteuses de la région du centre dont des personnes handicapées et des personnes âgées, selon le ministre de la Femme, Hélène Marie Laurence Ilboudo Marchal, ces dons serviront  un tant soit peu à lutter contre la pauvreté. En ce qui concerne les dotations technologiques, le ministère de la Femme a octroyé des équipements destinés à la transformation, la restauration, le tissage, la couture, la coiffure, la teinture et la savonnerie. Le montant global de cette dotation s’élève à 190 millions. Pour les bénéficiaires de ces dotations que sont la coordination des organisations féminines, la brigade verte de Ouagadougou, les femmes des carrières de granite de pissy, l’initiative est salutaire. « Toutes ces actions nous permettront d’accroitre nos capacités de production dans le but de contribuer de façon significative à la croissance économique du pays, à l’amélioration de nos conditions de vie et à la réduction de la pauvreté des femmes », a laissé entendre Azalisse Ilboudo, coordonnatrice régionale des organisations féminines du centre. Elle a également lancé un appel à ses consœurs de la région du centre pour plus d’ardeur au travail pour l’obtention de résultats concrets. Au cours de la cérémonie, le ministre de la femme a rappelé aux femmes bénéficiaires qu’elles devront rembourser 10 % du budget utilisé pour mettre l’équipement technologique à leur disposition. Ainsi, les a-t-elle invités à travailler davantage afin de remplir leur part de contrat. Les femmes ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de l’attaque du 2 mars 2018 contre l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France. Le port d’un foulard noir durant les activités entrant dans le cadre de la célébration de la fête de la Femme a été suggéré par Madame le ministre pour observer le deuil national. Aussi, elle a annoncé le calibrage des activités entrant dans le cadre du 8 mars. Il s’agit de l’annulation de la nuit des pionnières qui était prévue pour le 5 mars 2018 et de toute activité à caractère festif. Seules les journées du 7 au 8 mars sont maintenues et seront consacrées aux panels.

Jules KAFANDO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *