Non classé

Rog-n-mik wẽnda ko-rẽgd (pʋgdg a nu soaba).

1.Lagemyamalgre, ad burkĩn-bi wã, b nonga sɩda, la zemsg n yɩɩd welgrã. F yaab a Zĩnesɩd rãmb sẽn bãnge, tɩ ãdem bil pa zao tɩɩga, n keed a yãg ye. Ned sã n pa nong a to, a ka tõe n nong a to ne neer ye. A ka tõe n maan Wẽnd neere, a ka tõe n kos Wẽnd tɩ b leok a kosg ye. Raningytaale, d yaab-rãmb ra bãngame tɩ b segd n zabame, n kogl a burkĩndi, la a mao tɩ b ra fãag a tẽng ye. Beem sã n ya zakã pʋg beem b mobenda fãa n zãad ne yam, tɩ rẽ ra zẽnem n koms tẽngã taoor kẽnd ye. Bala, buudẽ dẽgd d pekda buud pʋga. Zak pʋg sagd pɩɩgda saaga, a ka pɩɩgd ne bug-vɩleng ye. Yaab-rãmbã sã n wãb-n-vele, n zabe, n daag b zɩɩmã, n bob logd la kãnã, n zab n kõog tẽngã! Wakat ning ãdem biisã tõog la b yamã sẽn da nan pa weke, tɩ b tõe n maan bũmbã fãa, tɩ zemsg zĩnd bãmb ne taab sʋka, tɩ yãnd ka segd tɩ tõnd welg taab ye.

Raningytaale, f yaab a Ratamalgr kaalem poore, tõnd na n zĩime n getẽ, tɩ tẽngã miimdẽ, n dɛbd a lʋɩɩs zĩigẽ… Rẽ yĩnga, tõnd na n zĩeme n sãbgd taaba, la d baod yal n dogend taaba, tɩ bɛ wã wẽgd ãdem biisã yõya? F yaab a Zĩnesɩd sã n tõogame tɩ nin-buiidã kẽ lagem taab n pʋʋse, la b bõos yaab-rãmb pʋgẽ, a segdame n leb n mao tɩ welgre, la wʋg yal n dogl taabã sa. Welgr la rõd taab sã n ka be sʋka, burkĩn-bi wã na n getame tẽngã yʋʋr rẽgdem tɩ bõe yĩnga. Bõe la b segd n maan tɩ b bãng tɩ b yaa burkĩmba, ray a b lagem noor a ye, sũur a ye n gɩdg wẽgd buud fãa sẽn kẽed tẽngã. Tõnd rog-n-mik yel-gɛtba, Politikã rãmba, la dĩin taoor rãmba, ned kam fãa segd n basa zʋg-wẽns nins sẽn yi dũni wã pʋgẽ, n kẽ tõnd tɩ d welgd taabã, la d gãd taab nug a ye, la yam a ye, sũur a ye, n  zab ne bɛ wã. B bas a zagl n yeele, a zagl n maane, a zagl n ka mao, la b ges tẽngã t’a ra kɩll ye.

  1. Bõe n kɩt tõnd tẽngã kɩlle? Zĩ-likr kiuug rasem 30 la 31 yʋʋm 2014 soabã nin-buiidã naaga MPP taoor rãmbã tɩ b wʋg naam tekr yam n lub a Bilɛɛs Kõmpaoore. MPP waa tẽngã taoore, tɩ nin-buiidã ra tẽed tɩ welgrã la maan taab wẽngã nay a n sa. La MPP taoor rãmbã ka bãng tẽngã zãab nu-gãag ye. Burkĩna Faso, kambã rata naab sẽn na n mag nin-buiidã tɩ b fãa naag taab yam a ye, la sũur yembr tẽngã taoor kẽnd wɛɛngẽ. B rata ned sẽn ya nin-buiidã fãa ned wala, a Tooma Sãnkara. B rata zãad sẽn na n tek tẽngã tedg-sõngo. B rata naab sẽn tõe n tʋm tɩ burkĩn-bi wã yi nasaar wẽngã yembd pʋgẽ, n vɩɩmd b urkĩndã zugu. Bũmb ning sẽn kõ nin-buiidã tẽeb la saagr tɩ b lub a Bilɛɛs naamã yaa zĩ-kãnga.

Nin-buiidã sũ-puur pʋga, b tika a Tooma Sãnkar yʋʋre, n lub a Bilɛɛs Kõmpaoore. MPP ra segd bãnga  vẽenega tɩ b tʋlsmã la b raabã ya a Tooma Sãnkar naamã na-kẽndre. M ba Misɛll Kafaand rãmb me zãa naamã zãabo,  a ra zoe n teesa tedg-sõng na-kẽndr zugu. Na-kẽnd-kãng taa burkĩn-bi wã yam tɩ b sɩd kẽes b toogo, n yãag tẽngã. A Sãnkar naamã taa nebã yam, tɩ b kẽes b toogo, n tol n zab Mali zabrã 1985 yʋʋmdã n kogl tẽngã, t’a paam zug zẽkre. MPP naamã sẽn wa n ta, pipi yɩɩ a Misɛll Kafaand rãmb la a sɩng sãbgre. Welg-kãng kɩtame tɩ burkĩn-bi wã sũur sãame. Zĩ-kãng me, n ya MPP kongrã yãgre. Basytaale, moos yeelame:” ned sẽn nong a soab ka zʋg ye. Fo sã n nong neda, f tõe n pʋg-a lame”.  Tõnd moog tẽnga fo sã n nong n wʋm ned yʋ-noogo,  tɩ ned wa ta n dɩk yʋ-rẽgd n dogl a soaba, a kɩtdame tɩ fo yamã yi ned ning sẽn dogl-a yʋ-rẽgengã soaba. A sẽn tar n na n maan fãa ka le tar yamleoog ne-f ye.  Burkĩna Faso  nin-buiidã zʋg yaa woto, b sẽn sak a soaba, b tũuda a noore, b sẽn zãgs a soaba, b ka kelgda a gomd ye. Mam yʋʋr la a Lagemymalgre, d yaab-pok yʋʋr la a Zirisãamda. A Zirisãamd ra wilgame : «  Politikã katem segd n yɩɩ toore, tɩ nin-buiidã zãab yam me yɩ toore ». La kaeto!…

  1. MPP tudga sore, rũnda, a Paskall Zaeeda, a Ogist Denis Baari, a Tayuru Baare, a Safiyatu Lopɛɛs Zãongo… nin-kãensã fãa yaa neb b sẽn wʋg beem paal n dogle, n paam n sɩbg-ba. Tẽngã zãada ne maan n dok sũuri, bɩ bao yal n dogl taaba. Raningytaale, b yĩmame tɩ naam yaa wa gelle. Yaa nin-buiidã yam la b sũur n naag taab tebl-a t’a paam yõ-wooko.

Wʋg beem la bao yal n dogl taab n paam n sɩbgã pʋgẽ, MPP yĩmame tɩ tẽngã  pʋga, ned kam fãa tara a poorẽ dãmba. Raningytaale, Basytaale, taoor soab sã n paam sɩbgre tɩ beegrã,  ka a tʋʋmde, rẽ yĩnga, a poorẽ dãmb na zĩnd neb nins sẽn bao yal n kõ-a wã poorẽ?  Ad yaa wã fãa n kẽ sʋka, tɩ d zĩ ne yɩɩre, la sũ-puuri, n ka le tõe n naag taab zab ne bɛ wã wa yʋʋm 1985 Mali tõnd zabrã wakatã. Wakat-kãnga, pʋg-yãanga, nin-kẽema, bi-bɩɩga, ya:”tõnd tẽngã yĩnga, d saka kũum n zoe yãnde, la d na tõoge”.

Rẽ yĩnga, rũnda tõnd fãa n tar gom-kãng n zabd ne nin-wẽnsã sɩda. Wʋg yal n dogl taabã,  Sũ-puugr  kɩtame tɩ ned fãa nong tɩ tẽngã zãad yã yãnde, wa yẽ me n kɩt tɩ d ka tar yãab a yembr zabrã wɛɛngẽ. B sẽn welg b rãmbã ratame tɩ tẽngã kɩlle, tɩ naamã toeeme, tɩ b ya n paam b mense. Nin-buiidã sũy pa le pak vẽeneg fasɩ ne taab ye.

D saam-biisã  sẽn be zamaan-zẽnsã vot yell lebga, kɩɩs taaba, naamã ne naam kɩɩsdbã sʋka. Rẽ fãa yaa yal sẽn be nin-buiidã ne taab sʋka, tɩ tõnd zabd taaba, zabr sẽn ka tar yõodo, tɩ nin-wẽnsã tar taoor kẽnde, ne b tʋʋm-beedã. M saam-biisi, tõnd sã n ka tall yãab a yembre, la d ges d beoog neerã, ba tõnd pʋʋsd Wẽnd raar fãa, n kʋʋd maando. Beem paala na n ket n tugda raar fãa tɩ tẽngã makd taoor kẽnd n kongdẽ. Bɛɛbã na n ket n yita tõnd sʋka, n dat tẽngã ne yãnde. Zems taab sã n ka kẽ sʋka, ba tõnd lobd ligd n teend yõ-koagendba, b na n ket n kongda tõogre, tẽngã koglg wɛɛngẽ. Wẽnd na kõ tẽngã zãadb sugri, la zemsg yam, n paas zãma zãab tõogo, tɩ b tʋm tɩ burkĩn-bi wã zems taaba.

A Tẽng-n-biiga.

                    La tradition est semblable à l’eau usée (5ème partie)

  • Lagmymalgre, les hommes intègres aiment la vérité et le dialogue plus que la division. Ton grand père Zinesida et sa suite ont su que l’on ne peut pas être sur un arbre et se mettre à couper ses racines. Si quelqu’un n’aime pas son prochain, il ne peut pas vouloir le bien de ce dernier. Il ne peut pas faire ce qui plait à Dieu, il ne peut pas demander à Dieu et il va lui accorder ce qu’il désire. Raningytaale, nos grands parents avaient su qu’ils devaient lutter pour préserver leur intégrité et aussi leur pays. S’il y’a une mésentende dans la famille, ils font de leur mieux pour que cela reste dans la famille, pour que cela ne devienne pas un frein au développement du pays. Parce que le linge sale se lave en famille, « les saletés d’une maison se balaient avec un balai, pas avec des étincelles ». Les ancêtres ont su résister, ils ont lutté à l’aide de leur arc, leur lance et ont versé leur sang afin de pouvoir bâtir la mère patrie ! à un moment où la puissance et l’intelligence des êtres humains n’étaient pas encore totalement developpées, pour qu’ils cultivent l’union entre eux, la honte ne devant pas pouvoir les diviser. Raningytaale, après le décès de ton grand père Ratamalgré, on est assis en train de voir le pays secoué et aller vers son effondrement. Serons-nous entrain de nous dénigrer et de nous accuser, laissant ainsi l’ennemi détruire la vie des êtres humains ? Si ton grand père Zinesida a pu réunir tout le monde dans la prière, et les invocations aux ancêtres, il peut aussi de la même manière appeler les uns et les autres à arrêter de se dénigrer et de s’accuser inutilement. S’il n’y a pas de division et d’accusation, pourquoi les Burkinabè vont laisser salir le nom du pays ? Que doivent-ils faire pour que l’on sache qu’ils sont des Burkinabè ? Il faut qu’on se réunisse pour lutter contre toute forme de corruption qui s’intègre dans notre société. Nos responsables coutumiers, politiques et religieux doivent se donner main dans la main, avec une même vision et un même cœur, dans la lutte contre l’ennemi. Qu’ils cessent de dire un tel a fait ça, un tel n’a pas raison, pour s’occuper du pays.
  • Qu’est-ce qui a fait basculer notre pays ? Les 30 et 31 Octobre 2014, la population avec les responsables du MPP ont fait des stratégies pour faire tomber le régime de Blaise Compaoré. Le MPP est venu au pouvoir et la population avait cru que la division et le mal allait prendre fin. Mais les responsables du MPP n’ont pas su comment gérer le pays. Les Burkinabè ont besoin d’un président qui va réunir tous les Burkinabè pour la bonne marche du pays. Ils ont besoin de quelqu’un qui est un rassembleur à l’image de Thomas SANKARA. Ils veulent un dirigeant qui changera positivement le pays. Ils veulent un président qui va faire sortir le pays dans la main de l’impérialiste et le faire vivre dans l’intégrité. C’est ce qui a donné l’espoir et la confiance à la population de faire tomber le régime de Blaise Compaoré.

La population s’est appuyée sur le nom de Thomas Sankara pour faire tomber Blaise Compaoré. Le MPP devait savoir que c’est la méthode de Thomas Sankara que la population attentait. Le pouvoir de M’ba Michel avait pris aussi une bonne tournure. Cette manière de procéder a plu aux Burkinabè et ils se sont donnés pour accompagner cette initiative. Le régime de SANKARA a plu à tous, et ils ont même lutter pendant la guerre du mali  en 1985 pour protéger le pays pour qu’il sorte vainqueur. Quand le MPP est venu au pouvoir, en première position, ils ont commencé à critiquer le pouvoir de Michel Kafando. Basytaale, les mossis ont dit : « si tu aimes quelqu’un tu peux le suivre ». Chez nous en pays mossi, si tu aime entendre positivement le nom d’une personne, et quelqu’un d’autre parle de lui négativement, tu détestes obligatoirement cette personne. Tout ce qu’il entreprendra n’a plus d’importance pour toi. C’est ainsi le comportement du peuple du Burkina Faso : celui qu’ils ont accepté, ils suivent ses décisions, celui qu’ils ont refusé, ils ne suivent pas ses décisions. Je me nomme Lagmymalgre, notre grand-mère se nomme Zirisaamda. Zirisaamda avait dit ceci : «  le vouloir de la politique doit être différent de la prise en charge de la population ». Mais hélas !

  • Le MPP s’est trompé de chemin en créant des accusations contre Pascal Zaida, Auguste Denise Barry, Safiatou Lopez Zongo. Toutes ces personnalités sont victimes des rancœurs. Le pays est gouverné par des rancœurs ou encore des accusations. Raningytaale, ils ont oublié que le pouvoir est comme un œuf. Ce sont les idées et l’union des populations qui peuvent lui donner une longue vie. Dans le fait de créer des accusations inutiles sur les gens, le MPP a oublié que dans le pays, chacun a ses partisans. Raningytaale, Basytaale, si un dirigeant gagne une punition qu’il ne mérite pas, ses partisans ne vont-ils pas être contre ceux qui l’ont accusé ? C’est tout cela qui fait que nous sommes plongés dans l’aigreur et nous ne pouvons pas nous unir dans la lutte contre l’ennemi comme en 1985 lors de la guerre avec le Mali. En ce moment, vieilles personnes et jeunes avaient ce slogan en tête : « La patrie ou la mort nous vaincrons ».

Mais, aujourd’hui, nous avons toujours cette parole pour lutter contre l’ennemi. Créer des accusations sur les uns et les autres, et les aigreurs ont amené chacun à vouloir que la honte revienne au président, c’est ce qui fait que nous n’avons pas les mêmes visions dans la lutte. Ceux qu’on a écarté veulent que le pays effondre, et que le régime change, pour qu’ils aient la paix. Les gens ne se font plus confiance.

Pour le vote de nos frères de la diaspora, il y’a aussi des contestations entre la majorité et l’opposition. Tous cela se trouve entre les populations entraînant des disputes, des disputes qui n’ont pas d’intérêt, et les ennemis sont en train de prendre de l’ampleur avec leurs actes barbares. Frères et sœurs, si nous ne cherchons pas à avoir la même vision, et nous contenter d’un lendemain meilleur, même si nous prions Dieu tous les jours, et nous faisons des sacrifices tous les jours, il y aura toujours des mésententes qui empêcheront le développement de notre pays. Les ennemis vont toujours sortir parmi nous et vont vouloir le chaos du pays. S’il n’y a pas d’entente entre nous, même si nous cotisons des sommes d’argent pour les Forces de Défenses et de Sécurité, ils vont toujours avoir des problèmes dans la protection du pays. Que le pardon règne parmi les dirigeants du pays, et que Dieu leur donne le pouvoir de la bonne gouvernance afin qu’ils œuvrent à ce que les Burkinabè vivent dans l’union.

Le Citoyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *