Non classé

Burkĩna Faso buudã goam gʋlsdb paama Lozizɛll « Bloom » zãmsgo

Tõnd nin-sabls tẽnsẽ, la dũni wen-vʋɩɩs a naasã pʋgẽ, sẽn gʋlsdb seb-karemdsã ne b buudã goama ra tara ninbãaneg wʋsgo, b sɛbã na tõog n yit wakat fãa . Yaa rẽ tɩ wao-fugdg kiuug rasem 18 n ta a rasem 21 yʋʋm 2019 soabã, ãndũni wã sull kaseng ning sẽn get buudã goam sɛb yiisg yelle, tɩ b kʋʋg koɛɛg n boond « ADEA » la « USAID » tʋmd-n-taar yĩnga, b kõo buudã goam seb-gʋndb zãmsgo. Yaa ne nasaara nug-tʋʋm-te-paalle, b sẽn boond tɩ Buluma « Bloom » zãmsgo.
Bulum yaa tʋʋmd teoogo, b sẽn tara n maand sɛbã « montaase ». Rat n yeel tɩ rɩk gʋlsmã masĩn zugu, n sigl-a t’a lebg seb-karemdga . B ratame tɩ sẽn sɩngd ne wakat-kãngã, bɩ gʋlsdbã tʋm ne « Lozizɛll » Buluma . Zãmsdã yii Gĩne, la a yʋʋr boondame t’a Agib Soo. Mise Agib Soo n paas mise Pɛɛr Balima sẽn be Burkĩna Faso ka, n get buudã goam sɛb yiisgu, la a piuugri tɩ b boond tɩ Pormolãngã, yaa bãmb b yiibã n dɩk zãmsgã n taas seb-gʋndba.

Sɩd yaa wao-fugdg kiuug rasem 18 yʋʋm 2019 soabã pʋgẽ, la Burkĩna Faso, gʋlsdb nins sẽn gʋlsd ne buudã goama, paam zãmsgo. Yaa buud toor-toore, sõor na ta a naas n digd piig n seg taab Waogdgo, Rãmadã Pɛrl Otɛlle, n zĩnd rasem a naas tõre, n maan zãmsgã. Zãmsgã raabo, yaa gʋlsdbã na tõoge, n yiis kasemba, la kom-bãooneg kaoreng sɛba. Tʋʋmdã yaa bumb sẽn na n yãag Lekoll karen-biisi, la b sõng tɩ buudã goam n piuugi. Burkĩna Faso minisr ning sẽn get kaorengã la buudã goam piuugr yell ra segd n wa zĩndame tɩ tʋʋmdã sɩnge. La a ka tõog ye, segame tɩ gofneerã taoor soab paalg a Kirstof Maari Zozɛf Dabɩɩr tara sõasg ne Ãnsãmble wã depite rãmba. Yaa rẽ n kɩte,   t’a ka tõog n wa, la a tʋma neb tɩ b tɩ zĩnd sʋka. Sã n ya ne zãmsgã gʋlsdbã sẽn paama, a na n sõng-b lame, tɩ ned fãa sã n tar a masĩn b sẽn boond tɩ Ogdinatɛɛrã bɩ a maana a sɛb montaase, n dɩk n kẽng tɩ « Ẽmpimeeri » yiisi, wall a maan seb-bãooneg n tɩ yiis sektaarya rãmbã pʋse. Sã n mik tɩ yaa wala, seb-bãooneg sẽn zems bala,  a tõe n yiisa sebrã n maan “Foto kopi », n paam n koos ne a sebrã karemdba.

Pipi raarã yaa sebr montg na-kẽndre, la a yiisg la b zãms yã. Rasem a yiibã raare, yaa sɛb buud toor-toor sẽn tõe n yiis ne Lozɩzɛll Bulum la gʋlsdã sẽn tõe n dɩk a sebrã n yiis telfond Ãndoroyidã zugu, tɩ b karme. Gʋlsdã tõeeme n kẽng Bulumã pʋgẽ n tɩ karem neb a taab sẽn gʋls sɛb n yiis be, wall a tɩ yãk sɛb be n me gʋls n yiis a sɛba. Gʋlsdã tõeem n yãk gom-bi sõor sẽn zemse, n gãneg Bulum n gʋlse, walla kamb sɛba, la goam sõor sẽn ka waooge, tɩ Bulum sõng-a t’a gʋlsmã zems ne a raabã. A tõe n karem a sebrã n dɩk a goama la gʋlsmã n yiis masĩna zugu, sẽn na yɩl n sõng walla neb sẽn tar zu-loeese, nin bãag wɛɛngẽ. Boto sõngdame, tɩ bãmb me rɩ a gʋlsgã yõodo.  Lozizɛll Bulumã pʋgẽ yaa na-kẽnda buud toor-toore, b sẽn tõe n tũ n yiis sɛb katɛka, tɩ ka tũ ne naong n be be. La zãms-kãens fãa, buudã goam gʋlsdb paama rẽ. Zãmsgã pʋgẽ ned fãa maana makr bilfu, n yiis sebre.

B talla rẽ n mag tʋʋmdã n kõ-b tʋʋmdã minim kaset sɛba. Sɛbã pʋɩɩb n wa pag tʋʋmdã. Minisrã ra segd n zĩnda tʋʋmdã pakr la a pagbo, la a ka tõog n wa ye. Gʋlsdbã kell n wilga b sũ-noogo, la b gos tɩ gofneem kẽes a toog n yãag-ba. Sẽn wa n na n baase, mise Aliu Sow sẽn ges zãmsgã yell pẽga  tʋʋmdã, la a wilg t’a na n maoome n dɩk zãmsdbã kosg n taas taoor rãmbã. Wẽnd na kell n yãag neb nins sẽn maod ne buudã goam na piuugã, tɩ b raabã paam pidisgu. Pẽgdwẽnde Erik Zĩnaaba

Les écrivains en langues nationales ont bénéficié d’une formation sur le logiciel Bloom

En Afrique et dans le monde entier, les écrivains en langues nationales rencontraient d’énormes difficultés pour la parution de leurs oeuvres.  C’est ainsi que du 18 au 21 février 2019, l’association ADEA et l’USAID ont procédé à une formation des écrivains en langues nationales sur un logiciel nommé Bloom. C’est un instrument utilisé pour faire le montage des différents romans. À travers cette formation, les écrivains peuvent désormais utiliser le logiciel Bloom. C’est monsieur Aliou Sow Soo de nationalité guinéenne et monsieur Pierre Balima, directeur de Promolangue au Burkina faso qui ont été les formateurs.  

C’est le 18 février 2019 que les acteurs des diverses langues nationales se sont réunis pendant quatre (4) jours à Ramada Pearl Hotel à Ouagadougou pour une formation. Le but de cette formation est d’aider les écrivains des romans en langues nationales à pouvoir éditer facilement les manuels pour jeunes et adultes pour que l’éducation puisse s’étendre dans le monde. Le ministre de l’éducation, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales du Burkina faso devait être présent à la cérémonie d’ouverture de cette formation, mais il n’a pas pu et pour raison c’était le jour de la présentation de la politique générale du premier ministre burkinabè Christophe Marie Joseph DABIRE au parlement. Ce fut son réprésentant qui est venu. Cette formation aidera les écrivains à faire chacun le montage de son œuvre dans son ordinateur et de passer ensuite à l’imprimerie ou encore de pouvoir éditer de petits livres qu’ils pourront déposer dans les différents sécretariats. Ils peuvent aussi faire des photocopies pour pouvoir les vendre aux lecteurs.

Au premier jour, le module a porté sur le montage et la parution de l’œuvre. Le deuxième jour, ce sont les différents documents qui peuvent être montés par le logiciel Bloom et aussi la technique permettant aux écrivains d’avoir leurs livres sur les téléphones android pour la lecture qui ont été passés en revue. L’écrivain peut aller sur Bloom pour lire les parutions de ses confrères ou encore s’inspirer d’autres documents qui y figurent déjà pour faire son livre. Il peut choisir le nombre de mot sur bloom dans le cas des manuels des enfants et demander à Bloom de l’assister pour obtenir le nombre de mots voulus.  Il peut aussi lire son livre et le transformer en audio afin d’aider les personnes malvoyantes à bénéficier de son œuvre. Il y a des procédures dans le logiciel Bloom qui permettent de faire sortir plusieurs livres avec moins de difficultés. Les écrivains en langues nationales ont bénéficié de ces techniques. Au cours de la formation, chaque participant a fait un exemple de montage, ce qui a permis à chacun d’obtenir une attestation de participation. C’est par la remise de ces attestations que la formation a pris fin. Les participants ont montré leur satisfaction et ils ont demandé au Gouvernement de les accompagner dans la promotion des langues nationales. Monsieur Aliou Sow qui a été le formateur a aussi montré sa satisfaction et a promis de transmettre les doléances des participants à qui de droit. Que Dieu accompagne les promoteurs qui œuvrent pour l’émergence des langues nationales.

P Eric Zinaaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *