Non classé

Sinma wã reem dɛɛmdb segd n paama ziir n paase

Rasem a naas loogr poore, Fɛspako sẽn paka a kʋɩlens Burkĩna Faso na-tẽnga pʋga, tẽnga neng teemame. Bala, neb wʋsg yii zamaan-zẽns n wa.

Tʋʋmdã paka zãma katɛk taoore Ɛstad Yisufu Zozɛf Konombo. Rẽ loogr poore, yaa sinim dot katɛka, n deegd nin-buiid n gũud tʋʋlg kiuug rasem a 2 sẽn wata, tigrã  pagbo. Badaar la b na n  bãng neb nins sẽn na n paam kũunã. Sẽn yɩɩd fãa ned ning sẽn na n  dɩk kũun-kasenga b sẽn boond tɩ « Etalõ  door de Yẽnnengã ». Tʋʋm-kãng na n yɩɩ Palɛ dɛspoor Waga deemilli.

Yʋʋm a noore, neb nins sẽn sogend Fɛspako wã maana  b pãng sẽn tõe n na n waoog sẽn maand-b tʋʋmd buud toor-toor sĩnma wã pʋgẽ. Ka ne yʋʋm pisnu sẽn wate, rẽndame tɩ b ges n kõ zĩig sẽn ya kasenga sĩnma wã pʋgẽ. Bala, b bee  sĩnma wã maaneg sɩngre, n tɩ tãag a baasgo.

Wala a Zorzɛt Paare sẽn zĩng  waoor daare,  b sẽn boond tɩ« Selebriti dɛy » ( Celebrity days) wã tʋʋmde. Tʋʋm-kãens  buudã segd n paama yãagre. Rẽ n so tɩ b segd n pʋʋs Woagdg komindã rãmb barka. Bala, b deeg tʋʋmdã naoor a yiib n soabã.

Tõnd sinma wã reem-dɛɛmdb sã n paam zɩɩr n paas b tʋʋmdã pʋgẽ, yaa tõnd nin-sabls tẽns sinma wã n paam zɩɩre. Rẽ na n sõngame tɩ b tʋʋmdã kẽng taaore. Ka la yʋʋm sẽn wate, d wat n tõog n sooga d mens zãnga.

Ãntoand Dezɩɩre Palingwẽnd  Wedraoogo

La valorisation du comédien : une dimension à viser pour le centenaire du FESPACO

Au quatrième jour du début de la 26e édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou, la capitale burkinabé semble avoir changé de look car Ouagadougou est subitement devenu la capitale du monde avec différentes nationalités sur un même territoire.

Après une cérémonie d’ouverture riche en couleur, qui a drainé du monde au stade Issoufou Joseph Conombo, ce sont les salles du Ciné qui reçoivent selon les heures programmées la projection des différents films en attendant le samedi 2 mars 2019, où les différents lauréats seront connus à travers la cérémonie de clôture qui aura lieu au Palais des Sports de Ouaga 2000.

Au fil des années, si les organisateurs du FESPACO ont songé à mettre en valeur les différents corps de métier, il reste que pour les cinquante années à venir, il faut qu’ils songent à donner plus de place aux comédiens qui, il me semble, sont au début et à la fin du processus de fabrication des films.

En d’autres termes, des événementiels tels les « celebrity days » dont l’initiatrice est Georgette PARE doivent être encouragés et c’est le lieu de féliciter les responsables de la commune de Ouagadougou qui ont accueilli l’« acte 2 » de cette manifestation.

Si nos comédiens sont mis en valeur, vivent convenablement de leur métier, c’est le cinéma africain qui à son tour est valorisé et cela ne fera que susciter des vocations indispensables pour perpétuer la relève pour les cinquante années à venir.

Antoine Désiré P. OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *