Bʋ-kaore / Justice

A Farẽnsoa KOMPAOOR na n kẽnga «Parɩ» sẽn yaa «Farẽns» nã-tẽngã bʋʋ-kaodb taoor rundã, tʋʋlg kiuug rasem 28 daare

Rundã, Tʋʋlg kiuug rasem 28 wã daare a Farẽnsoa KÕMPAOOR na n kẽnga  « Parɩ » bʋʋ-kaoodbã taoore, sẽn kẽed ne Burkina Faso rãmb sẽn maan Koosg sebr n dat tɩ b tall ning kãnga n lebg n wa Burkina Faso ta wa leok bʋʋ-kaoodb taoore.Yaa tʋʋlg kiuug rasema a yopoe sẽn loogã la a Fãrensoa KÕMPAOOR da segd n kẽng « Pari » saari wã rãmb taaore la b viigalame ta na n yi rundã.

Yaa nakẽnd kãnga poore la « Pari »bʋʋ-kaood rooga rãmb na n  kõ leokr Burkina Faso rãmba, a Poll Farẽnsoa KÕMPAOOR na lebg n wa leok Burkina sarɩ  wã taoor sebr b sẽn da reglgã.

Tẽngre,yaa sẽn kẽed ne kiba-kita a Nõrbɛr ZÕNG kʋʋbã yʋʋmsar kiuug rasem 13 yʋʋm 1998 yʋʋmdã la b taalgda a Farẽnsoa KÕMPAOORE ti bala a Nõrbɛr ZÕNG ra maanda vaeesgo, a Davɩd WEDRAOOG sẽn da yaa a Farẽnsoa Kõmpaoor  « sofɛrã » kuum zugu.

Yɩɩ bõnbiuug kiuug rasem 29 yʋʋm 2O17 yʋʋldã la Parɩ sodaasã yalsa a Farẽnsoa kõmpaoore.Wẽnd na sõng sɩda.

Kibarã sẽ yɩ zĩig ninga: fasozin

Extradition de François Compaoré: l’audience prévue ce mercredi 28 mars à Paris

François Compaoré comparaitra ce mercredi 28 mars 2018 devant la Cour d’appel de Paris par rapport à la demande d’extradition formulée par le Burkina Faso. Cette audience qui devra avoir lieu le 7 mars dernier avait été reportée à ce mercredi 28 mars 2018 par le procureur général près la Cour d’appel de Paris via une correspondance en date du 9 février.

En principe, c’est au cours de cette audience que la chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Paris se prononcera sur la demande d’extradition formulée par le Burkina Faso et notifiée à monsieur Paul François Compaoré le 13 décembre 2017.

Inculpé d’incitation à assassinat dans l’affaire du journaliste Norbert Zongo tué le 13 décembre 1998, alors qu’il enquêtait sur la mort de son chauffeur, François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré, a été arrêté le 29 octobre 2017 à Paris suite au mandat d’arrêt international lancé par la justice burkinabè, avant d’être placé sous contrôle judiciaire.
Source: Fasozine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *