Non classé

Mõog zug saoab a Bãong boonda ninbuidã tɩ b waoog koglga na-kẽnda b sẽn gãnegã

Tʋʋlg kiuug rasem 31 yʋʋm 2020 soabã, Mõog zug soaba a Bãong zẽka koeeg , n na n bool Burkĩna Faso ninbuidã tɩ waoog ministɛɛr ning sẽ n get laafɩ wãyell sẽ n wilg na-kẽnda ninsã.

Mõog Naab zakã pʋga koglgã na-kẽnda lagm n zindgame, wala zɛl rãmb sẽ n sõod nusã, n le paas nus pegb zinsi, neb nins sẽ n vʋɩ b zakã pʋga ninga yõ-lutsi, tɩ kẽer ning nus wʋʋdo. Moog naab koeega pʋi zins a tãabo

Pipi b pẽga tẽnga taoor dãmba, b sẽ n siglg na-kẽnda nins n na zab ne « koronavirisã » bãaga, b boola dĩna taoor dãmba, la rog n mika taoor dãmba, tɩ b pʋʋs n kos Wẽnd tɩ laafɩ lebg n wa Burkĩna faso tẽnga pʋga. B kell n boola rog n mikã nãnams fãa tɩ b mõdg ne saglse sẽ na n sõng tɩ bãagaleb poorẽ, Mõog zug soaba a Bãong le kosa politikã taoor dãmba, sull nins sẽ n so b mẽnsã, n le paas nin-n-zaalsã sulla tɩ b bas b nõ-koeema wã la b tall yãab a yembre n gãd taab nus n zab ne « koronavirisã » bãag sẽn yaa d fãa bẽ wã.

Sẽ n pogde, Pãng soab wilgame : «  tɩ saag sã n nag y bɩ y ra le naag taab ye » b tão yelbũ-kanga n na kell n bool ninbuidã tɩ mõdg ne b nusa pegbo, b ra le penegd taab wʋsgo, b ningdẽ yõ-lutsi. Sẽn pogde, b boola neba tɩ waoog gofneema sẽ n dik nõor ninga n na kɩt tɩ neba ra yi la b ra kẽe tẽns nins bãaga sẽ n be wã pʋse,  b waoog tẽn-gubrã b sẽ zindgã, la b waaog  tẽn-gãad bãan rãmba. B koosa ninbuidã tɩ ra wa saag n le teeg b yãad ne soodasã ye, ta yaa bũmb sẽ rẽgemd tõnd Burkĩndã.

Sẽ n na baase, yaa sẽ n kẽed ne raasã pagb wɛɛgẽ, Mõog naab wilgame, tɩ pa sẽ n na n sɩbg lebdbã, ye, yaa sẽ na n yɩlẽ tɩ bãaga loogr kolg weoogo, y arẽ tɩ kot lebdbã tɩ b yi wʋʋmdba. B kosa gofneema tɩ b rik na-kẽndr koosma wɛɛngẽ sẽ na n yɩlẽ tɩ kooma me ra wa rik zing ye. Pãng soab boola rog n mik tɩb tima rãmba tɩ b kẽes b toogo sẽ na yɩlẽ n sõng gofneema logtoeemba ne tond tɩɩsã sẽ n yaa tɩtã. Mõog naab baasa b koeegã ne bark ningri sẽ na yɩlẽ tɩlaafɩ hakik lebg n zind tõnd Tẽnga pʋga

Kibarã yii Sidwaya

Lutte contre le coronavirus : Le Moogho Naaba invite les leaders à taire leurs divergences

Le Moogho Naaba Baongo s’est adressé, le mardi 31 mars 2020, aux Burkinabè, depuis son palais à Ouagadougou, les invitant au respect des consignes de santé et de l’état d’urgence sanitaire.

Au palais du Moogho Naaba, un dispositif de lavage de mains, de désinfection à l’aide de gelhydro-alcoolique etc. est en place. L’ensemble des coutumiers ainsi que des personnes vivant dans l’enceinte de la cour royale porte chacune un masque et d’autres des gants de protection. Le Moogho Naaba Baongo, a adressé un message articulé sur trois points essentiels, le mardi 31 mars 2020 à Ouagadougou.

D’abord, le chef coutumier, tout en saluant l’engagement des autorités dans la lutte contre la pandémie du COVID-19, a invité les leaders religieux de tout bord ainsi que les dépositaires des coutumes et traditions à prier pour un retour rapide de la paix et de la santé au Burkina Faso. Il a lancé un appel à l’ensemble des têtes couronnées à mener une sensibilisation accrue dans leurs juridictions respectives afin de venir à bout de la calamité. Mieux, il a souhaité que les politiques, organisations de la société civile, syndicats (…) taisent leurs divergences et se donnent la main pour lutter efficacement contre l’ennemi commun, le COVID-19.

 « Lorsque la pluie vous bat, inutile de vous battre entre vous», a-t-il conseillé. Il aussitôt invité au respect des consignes d’hygiène relatives au lavage constant des mains, la distanciation sociale, le port du masque etc. Ensuite, le Moogho Naaba a exhorté les populations à respecter la quarantaine et le couvre-feu dont la mise en œuvre incombe aux Forces de défense et de sécurité (FDS). « Ce que nous avons appris sur les réseaux sociaux concernant le défiance de l’autorité de l’Etat n’est pas à notre honneur. Plus jamais de jet de pierre et d’injures à l’endroit des FDS », a blâmé le gardien des traditions.

En ce qui concerne la fermeture des marchés et yaars, le coutumier a rassuré qu’il ne s’agit pas de sanctionner un groupe social mais plutôt de briser la chaine de contamination du virus. Il a demandé, de ce fait, la compréhension des commerçants. Même si d’autre part, le Moogho Naaba a souhaité que le gouvernement soit plus proche des populations en envisageant des mesures d’accompagnement.

« Il faut voir comment organiser les ventes afin de maintenir le quotidien des populations », a-t-il dit. Par ailleurs, il a souhaité que dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, des tradipraticiens soient associés, au regard de leur expérience et de leurs connaissances des plantes. Le Moogho Naaba a conclu sa sortie médiatique par des bénédictions pour la paix et la santé au Burkina Faso.

Source : Sidwaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *