Non classé

Burkĩna Faso gofneema taoor soab wilga na-kẽnda sẽn n segd n dɩk n zab ne « Koronaviirisã »

na-kẽnd paal sẽn n segd n dik n zab ne « koronaviirisã » bãaga.

Yaa sẽn tũ ne sull ninga b sẽn zĩndg tʋʋlg kiuug yʋʋm 2020 soabã n na zab ne « koviid  19 bãag sek a yiib soaba, la gofneema taoor soab wilg na-kenda wã.

Sã n yaa ne yẽnda, pipi na-kẽndr sẽn n segd n dɩk yaa sẽn n na n tigs arzɛka, sẽn tũ ne pag n taasã sõngre, sẽn le paasd me, b kosa ministɛɛr ning sẽn get laafɩ wã yell tɩ b lebg n ges na-kẽnda kẽere b sẽn n dɩk lminisr dãmba tigsg pʋgẽ wã. A kiristof Marɩ Zozɛf Dabiire wilgame tɩ rẽndame tɩ b teem kibayã yisg na-kẽndre, sẽn na n yɩlẽ tɩ ninbuida bãng tɩ bãaga sid beeme, la b sid sak n tũ koglgã na-kẽnda sẽn n zĩndgã. Sẽn kẽed ne vaes n bãng bãaga sã n be ne nedã wɛɛngẽ, gofneema taoor soab wilgame tɩ zu-loe kãng pa Burkĩna a yembr bal ye, ãnduni wã pʋgẽ tẽns katek tara zu-loe kãnga , a wilgame tɩ ministɛɛr ning sẽn get laafɩ wã yell maanda a pang sẽn tõe sẽn na n yɩlẽ tɩ vaessgã teed t̃og n paase. Permye minisrã wilgame , tɩ pa vaeesgã a yembr bala n segd n sõng tɩ b bãng bãaga sã n be ne ned ye. Yaa pak n taas wala « owɛmɛs »rãmba, troyka, nin-zals lagm n taar sulla n naag tigsgã pʋgẽ.

Kibarã yii AYIBE

Lutte contre le Covid-19: Le Premier ministre Dabiré relève les actions urgentes à prendre

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a relevé lundi, des actions urgentes à prendre pour mettre fin à la maladie à coronavirus (Covid-19).

Le chef du gouvernement burkinabè s’exprimait, lundi, au terme de la 2e session du comité de gestion de la crise du Covid-19, créé par arrêté, au mois de mars dernier.

Selon lui, la première action à prendre, consiste à élaborer un plan global qui fasse la situation de la maladie, des principales orientations et de la mobilisation des ressources, en faisant apparaître le gap qu’il faut prendre en charge avec les partenaires techniques et financiers.

«Nous avons également demandé à ce que le ministère de la Santé revoit certaines dispositions du plan de riposte adopté par le gouvernement en Conseil des ministres», a affirmé Joseph Dabiré.

Le Premier ministre prévoit aussi l’élaboration d’un nouveau plan de communication.

«Celui-ci (le plan) doit permettre de faire en sorte que les populations adhèrent à l’idée selon laquelle la maladie est une réalité dans notre pays, et qu’elles adoptent les bonnes pratiques en matière de gestes barrières», a-t-il indiqué.

Sur la question de la disponibilité des tests de dépistage en quantité, M. Dabiré a expliqué qu’au niveau international, il y a des difficultés pour mobiliser les réactifs.

«Le monde entier en demande et le Burkina Faso n’est pas toujours le premier sur la ligne de départ», a-t-il déploré, avant de préciser que le ministère de la Santé a une initiative qui va dans le sens de multiplier le nombre de tests.

Pour Christophe Joseph Marie Dabiré, une réflexion doit être menée sur la stratégie de prise en charge de la maladie.

En effet, selon lui, les tests de dépistage ne devraient pas constituer le seul moyen d’identifier les personnes contaminées par le virus.

La réunion a enregistré la participation des représentants des partenaires techniques et financiers, notamment la Troïka, l’OMS et la société civile et elle a permis de restructurer le comité.

Source : Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *