Non classé

B lebg n ninga a Toma SÃNKAR nĩ-nãanda b sẽn remsã

Ministɛɛr ning sẽn get kʋdemdã, n le paas sull ninga sẽn n geta a Toma Sãnkar tʋʋma yelle lebs n vɩglga a Toma SÃNKAR nĩ-naanda Sig-noy kiuug rasem 17 yʋʋm 2020 soabã.

Yaa  Tʋʋlg kiuug rasem a 2 yʋʋm 2019 soabã, sẽn n seg ne Fɛspako wã tigri, la b ra vɩglg a Toma SÃNKAR nĩn-naanda Kõsay de lãtãta zak pʋgẽ, wakat kanga, koees wʋsg ra zẽkdame, n wilg-dẽ tɩ nãanda b sẽn maana pa leb a Toma Sãnkar ye, yaa rẽ n so tɩ b ra lebg n yãka n na n tɩ manege. La yaa yʋʋmd loogr poore, la b lebg n wa ba n lebs nin-nãanda, yaa nãand sẽn n maan ne zudu, n wilgd a Toma Sãnkar sẽn zẽk a goabg nugã yĩngri n wilgd revulisẽo wã sẽn n zĩnd yʋʋm 1983 soabã, nãanda taa mɛtr a nu, naanda kell n wilgda a Toma Sãnkar tũd n taase 12 sẽn n naaga n maan kaalem Zĩ-likr kiuug rasem 15 yʋʋm 1987 soabã. Gofneema neba, n le paas waogdg mɛrã  zẽka b naaor n wa zĩnd a Toma Sãnkar nin-nãada wilgrẽ, Sig-noy kiuug rasem 17 wã daare, sẽn n kell n yaa daar me b sẽn tẽegd revolisẽo wã sɩngre. Ned ning sẽn n gesa nin-naanda maneg yellã, a Zã Lik Bãmbara bõsa Burkĩna Faso ninbuida fãa sugr ne yõsgr ninga a sẽn da maan pĩndã , a pʋʋsa neb nins fãa sẽn lʋɩs b toog n sõng yẽnda t’a na n lebg n maan tʋʋmdã . A  pʋʋsa Burkĩna Faso tẽnga taoor soab, la Gana tẽnga na-kʋdre a Gɩon gery rawlĩgs sẽn keng a pelgã la a wilg tɩ nĩn-nãanda pa tõe n tolg n wẽneg a Toma Sãnkar zang zãngã, A zã lik Bãmbara pʋʋsa minisr Alfa Barɩ sẽn n wilg tɩ gofneema na n kell n yãaga tʋʋmdã. A Musbila Sãnkar sẽn yaa Burkĩna Tẽnga nõ-rẽs n zind Tirpoli yʋʋm 1984 n t’a yʋʋm 1987 soabã wilgame tɩ tʋʋm kanga wilgdame tɩ nin-zalsã sulla sẽn be tẽnga pʋgẽ la sẽ n be tẽns a taabã lʋɩsda b toogo . a pẽga gofneema rãmba la sull ning sẽn n get tʋʋmdã yellã.

Tʋʋma a taab n na n maneg tʋʋm wakat sẽn n wat pʋgẽ sẽn na yɩlẽ tɩ ãnduni wã fãa bãng a Toma Sãnkar sẽn n da yaa ned ninga.

Kibarã yii Sidwaya

Mémorial Thomas Sankara: la statue revue et corrigée

Le ministère en charge de la Culture et le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) ont procédé à la réinstallation de la statue de l’ancien président et des bustes de ses 12 compagnons d’infortune, le dimanche 17 mai 2020 à Ouagadougou

Découverte le 2 mars 2019 lors du FESPACO, l’œuvre avait suscité de nombreuses remarques et observations pertinentes. Ainsi le comité avait décidé de procéder à des corrections. Une année après, il trône désormais une statue en bronze patiné, faite à base de la technique de la cire perdue d’une hauteur de 5 mètres en « ronde bosse », à l’effigie du capitaine Thomas Sankara. Celui-ci a le point gauche en l’air, symbole de la révolution d’août 83 et se dresse sur un socle en béton de 3 mètres de haut en forme pyramidale à quatre faces comportant chacune, trois des douze bustes en « haut relief » de ses compagnons d’infortune tombés le 15 octobre 1987. La cérémonie de dévoilement qui a vu la présence des membres du gouvernement et du maire de la ville de Ouagadougou a eu lieu  hier dimanche 17 mai 2020, date mémorable où s’est déclenché le processus de la révolution. Cette cérémonie a été l’occasion pour l’artiste sculpteur, concepteur et réalisateur de l’œuvre, Jean Luc Bambara de présenter ses excuses au peuple burkinabè pour les réactions suscitées à la découverte de l’œuvre l’an passé. Si ce dernier a évoqué certaines circonstances défavorables dans la réalisation de la première statue, il a exprimé des marques de soutien qui l’ont permis de pouvoir tenir cette correction qui a duré plus d’une année.

Ainsi, il a tenu à remercier le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, pour son soutien et le camarade John Jerry Rawlins qui l’a réconforté par ces mots : « Vous avez su capter l’esprit de Sankara, mais se serait se vanter que de dire pouvoir réaliser à cent pour cent son personnage », lors de sa visite à son atelier. Alpha Barry, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération présente à la cérémonie a salué le travail accompli et rassuré le comité de la disponibilité du gouvernement à l’accompagner dans la réalisation de l’ouvrage. Pour Mousbila Sankara, ambassadeur à Tripoli de 1984 à 1987, cette marque de reconnaissance est le fruit de l’endurance de la population burkinabè et de celui de la persévérance de la société civile d’ici et d’ailleurs et de la bienveillance du régime actuel. « Sur cette place j’ai en mémoire les tortures qu’on nous infligées pour s’être opposé à la rectification du 15 octobre. D’après Luc Damiba, secrétaire général du Comité international mémorial Thomas Sankara, l’œuvre architecturale prévoit un certain nombre d’ouvrages à réaliser. Ainsi pour lui, la pose de cette stèle et la collecte des œuvres à travers le monde sur l’homme ne représentent que 0,1% du mémorial. Selon M. Damiba, il faut un délai de quatre ans pour arriver à bout de la construction du mémorial.

Source : Sidwaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *