Non classé

Burkĩna Faso gofneema taoor soab zĩnda Depɩte rãmba taoor n wilg tẽnga nug gãag sẽn n ya a soaba

Talatã, Sig-noy kiuug rasem 19 yʋʋm 2020 soabã, Burkĩna Faso gofneema taoor soaba a Kɩristof Marɩ Zozɛf DABIIRE zĩnda depɩte rãmba taoore n na n wilg tõnd tẽnga nug gãag sẽn n n yaa soaba, a koeega zẽkr poore, a leoka Depɩte rãmba sẽn sogs sokr kẽer n na n bao vẽnema.

 Yaa sẽn n t’a wakat a yembre, la depɩte rãmba rɩk koeeg n na n sogs permye minisrã a koeegã rɩkr loogr poore. Sogs nĩnsa depɩte rãmba sẽn n lagm soksã yaa  sẽn n kẽed ne votã sẽn segd n zĩnd sapaolg kiuug rasem 22 yʋʋm 2020 soabã, koees nĩns sẽn n yɩ n wilg tɩ tõnd sodaasã kʋ nebã, zuloes nins sẽn be gofneema logto-yi pʋsã, karen-dotã kʋɩlẽns pakre n le paas yel a taaba, kẽer me wilgame tɩ bãmb pa kis sɩd ne yel kẽer wala laogã zãabo, la ninsaal yalẽ wã waoogr tõnd tẽnga pʋg ye. Votã sẽn na n yii soab yõ-koglg kaalema pʋgẽ, la bã-paalã pʋgẽ wã me yaa zuloeg depɩte rãmba sẽn n tal sogsga a zugu. Gofneema taoor soab lagm n leo sokgsgã, a wilgame,  tɩ bãmb maanda n pãng sẽn tõe teka sẽn na n yɩlẽ tɩ votã tõog n zĩnd b sẽn yãk wakat nĩnga wã, a kẽnga taoor n wilg tɩ bãmb be laogã tigsg zugu n pak n taasã nẽngẽ. Sẽn n kẽed ne votã seb wɛɛngẽ gofneema taoor soab wilgame tɩ « SENI » wã la bãmb rɩk tʋʋmdã n kõ , yaa « SENI » Wã sull n tõe n kõ vẽenem gom-kang zugu. Neba kʋʋb yaa yaare, d sãn n an dik makr neyell nĩnga sẽn n maan Tawabugu soolmẽ wã, neb 12 b sẽn sãbd tɩ yaa bɩ-bees sẽn n maan kaalem tẽngaand bãand dãmba tʋʋm zĩigẽ, tɩ ãnduni wã sulla kẽer lagm n yiis koees n boond gofneema t’a puk a nif n ges yellã. Bõe n wa ne koog- kãensa fãa, la bõena-kẽndr n dik n na n koglg vɩɩmd n taarã ne taaba ? sẽn tũ ne sok-kanga, permye minisrã booladepɩte rãmba tɩ b kõ sarɩ wã sɩda . «  tõnd rɩka sard n na n me bas-yard gofneema » yaa woto la gofneema taoor soab wilg-yã, la kẽng taoor n paas tɩ yẽnda kõ sarɩ wã roog sɩda, a na kɩtame tɩ vẽnem puki.a pʋsa kĩdbã bũud rãmb ne b toogo, sã n yaa ne sodaasã sẽn n ben in-bãaneg pʋgẽ wã, a pʋlmame tɩ gofneema tʋʋmdame, sẽn na n yɩlẽ n sõng –ba tɩ zuloeesã yolse.

Zĩns kẽer wala Burkĩna Faso wĩndg sẽn n lʋɩtẽ wã, yõ-koglg kaalema lebgda wʋsgo, sodaasã sẽn sa b tʋʋmdã bab kãnga loogr poore, ninbuidã zẽkda koees n boond gofneema, ya rẽ la minisr nĩnga sẽn n get sodaasã yel wilg tɩ wakat sẽn wat pʋgẽ b na n tʋʋma sodaas babgã pʋgẽ.

Sãn n yaa ne neb 800 000 sẽn zoe n bas b tẽnsã,  gofneema wilgame tɩ b na n maana n pãng sẽn toẽ tɩ b tõog n leb b tẽnsa pʋsẽ, sẽonga sẽn n kolgdã bala b wʋsga fãa yaa ka-koadba , gofneema wilga me tɩ yel kang tõe n dɩka vɩʋʋg wʋsgo, la b na n maana b pang sẽn n tõe teka.ministɛɛr ning sẽn n get ninsaalbã sõngr yellã maana a pãng sẽn tõe tɩ b segd n pẽg-ba. Sẽn kẽed ne sodaasã log-to yi kaseng b sẽn dat n me wã, vaessgã kolga weoogo, tɩ tʋʋma segd n sɩng ka ne yʋʋm 2020 soabã baasgo. Sãn n yaa ne kua ( Bobo) logtor yirã permye minisrã wilgame t’a ket n bee sʋka. a kẽnga taoor n paas tɩ « koronaviirisã » bãag wa n wilgame tɩ Burkĩna Faso logto-yiyã pa sek ye , bala logto-yiya fãa tara zuloesse la b be tagsg zug n na n tõog n paam yellã tɩɩm.

Sẽn kẽed ne kaorengã sẽn pa kẽnd wa sẽ n segd Inivɛrsite rãmba pʋsã, la lekol bãonesa pʋsẽ wã , gofneema taoor soab wilgame tɩ na-kẽnda wʋsg lagm n dɩkame wala b sẽn zĩndg kaoreng ne nasaara wã tʋʋm tee-paal b sẽn boond tɩ « ɩnivɛrsite vɩrtɛl, n le paas b sẽn sɩglg tɩ babg fãa tara karen-bɩ beed kaoreng zĩigã . a kiristof Marɩ Zozɛf Dabiire wilgame, tɩ kren-dotã pags na n maana ne bʋgsem . a paasame tɩ sigr kiuug pipi daarã b sẽn n wilg tɩ kaorengã na n sɩngame wã b sãn n mik tɩ yela fãa pa pid zãnga, gofneema pa na n kõ sor tɩ tõog ye.

Kibarã yii Sidwaya

Discours sur la situation de la nation : les réponses aux questions des députés

Après avoir prononcé son discours sur la situation de la nation devant le Parlement, le mardi 19 mai 2020, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, s’est ensuite prêté aux questions des élus nationaux.

La situation sécuritaire et la gestion des déplacés internes préoccupent plus d’un député à l’Assemblée nationale. En effet, à l’issue de son traditionnel Discours sur la situation de la nation, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, s’est ensuite prêté aux questions des députés. Pendant plus d’une heure d’horloge, les élus nationaux des différents groupes parlementaires ont voulu assouvir leur curiosité sur toutes les actions du gouvernement. La tenue à bonne date des élections de 2020, les supposées exécutions extrajudiciaires de personnes par les Forces de défense et de sécurité, l’état des hôpitaux publics, la réouverture des classes …, rien n’a été négligé. Si certains parlementaires ont félicité le gouvernement pour ses efforts de développement, pour la transparence dans la gestion des affaires publiques, d’autres par contre sont inquiets notamment sur la dégradation de la situation humanitaire au Burkina Faso.

Le bien-fondé des élections prochaines dans ce contexte marqué par la crise sécuritaire et sanitaire a été soulevé. Pour le chef du gouvernement, il s’agit d’une exigence démocratique. « Nous travaillons à sa tenue à bonne date. Mais il s’agit d’une décision de la classe politique et également de la situation du moment. Nous, à notre niveau, nous travaillons à mobiliser des ressources auprès de nos partenaires », a-t-il précisé. Sur la légalité du fichier électoral, a-t-il poursuivi, le travail est confié à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et c’est elle qui pourra se prononcer sur sa fiabilité.

Plusieurs personnes sont victimes d’exécution sommaire comme le cas récent de Tawalbougou où 12 personnes présumées terroristes ont perdu la vie, à tel point que certains organismes internationaux ne cessent d’interpeller le gouvernement. Qu’est-ce qui explique ces manquements et qu’est-ce qui est prévu pour éviter la dégradation de la cohésion sociale ? A cette question d’un élu national, le Premier ministre a invité les députés à faire confiance en la justice. « Nous sommes engagés dans la construction d’un Etat de droit. Il faut qu’on laisse les institutions judiciaires rendre la justice à la population. J’ai confiance à notre justice et le processus entamé permettra de parvenir à la vérité», a laissé entendre le chef du gouvernement, tout en présentant ses condoléances aux familles des victimes. Relativement au calvaire vécu par les FDS sur le terrain des combats, il a reconnu qu’il y a des difficultés que le gouvernement travaille à résoudre.

Bientôt du renfort pour l’Est

La situation sécuritaire nationale connaît par endroit des dégradations. A l’Est par exemple, a indiqué le Premier ministre, après l’opération à succès l’année dernière, le gouvernement est de nos jours fréquemment sollicité. Mais, a-t-il rassuré, le ministère en charge de la défense, dans les jours à venir, va déployer des unités avec des colonels majors pour coordonner les opérations sur le terrain en vue de permettre l’avancée dans la lutte contre le terrorisme.

Quant au sort de plus de 800 000 déplacés interne, à l’approche de la saison des pluies et dont plusieurs sont des cultivateurs, le gouvernement fait des efforts pour leur retour progressif dans leurs villages d’origine. « Ça va prendre du temps, mais nous sommes à pied d’œuvre.

Déjà, les efforts faits par le ministère en charge de l’action humanitaire pour la prise en charge de ces personnes sont extraordinaires et salués par la communauté internationale », a relevé M. Dabiré. Sur la question de la construction de l’hôpital militaire de 300 lits à Ouagadougou, a annoncé le chef du gouvernement, les études sont achevées et les travaux pourront être lancés d’ici la fin de l’année 2020. Quid de l’hôpital de Bobo Dioulasso (forêt de Kua) ? « Il est toujours d’actualité. Nous avons commandité une étude d’impact environnementale et le cabinet en charge a déjà déposé son rapport préliminaire », a répondu M. Dabiré, tout en relevant que la maladie à coronavirus a mis en évidence les insuffisances du système sanitaire burkinabè. « Tous les hôpitaux connaissent des difficultés et nous sommes en perpétuelle réflexion pour apporter des solutions », a-t-il informé.

Le chevauchement des années académiques dans les universités publiques, la reprise des cours dans les établissements scolaires sont plusieurs fois revenus dans les préoccupations des parlementaires.

S’agissant du premier cas, des efforts, à entendre le chef du gouvernement, sont faits notamment par le renforcement des capacités d’accueil, la mise en place de l’université virtuelle, la création des centres universitaires régionaux. « Un travail important est fait pour éviter le chevauchement des années académiques », a-t-il renchéri. La réouverture des salles de classe se fera progressivement. « Si le 1er juin, toutes les conditions ne sont pas réunis ou si des difficultés sanitaires surviennent, il ne sera pas responsable pour le gouvernement d’autoriser cette ouverture », a-t-il prévenu.

Source: Sidwaya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *