Non classé

SEDEYAWO wã sull taoor rãmb wilgame tɩ b pa sak naam wẽ-n-dɩkã ning sẽn maan Mali soolmẽ wã ye

Sa-sik kiuug rasem 18 yʋʋm 2020 soabã, SEDEYAWO sullã yiisa mooneg koɛɛga n wilgd Mali sodaasã taale. Mooneg koɛɛgã pʋgẽ b wilga vẽeneg tɩ bãmb pa sak ne naam wẽ-n-dɩk ning sodaasã sẽn maanã ye.  La bãmb na n dɩka na-kẽnda sẽn na n yɩlẽ tɩ tẽn-kugrã, la bas-yardã naam paam la waoogre, wala nug tikr ninga b sẽn maan naamã zãabã pʋgẽ, t’a segd n tũ karg ningã. Yaa sẽn sɩng ne talaatã, la sodaas n yik n deeg a Ibrayɩɩm Bubakar Kaeta naamã. Rẽ tɩ Mali soolmã nin-buiid sẽn da yit kiis katɛk n wilg tɩ rẽndame t’a loog la a bas naamã loogr poore. SEDEYAWO wã rãmb boola sodaasã, tɩ b leb b zagsẽ wã, la b kell n kos Mali tẽngã rãmb tɩ b kẽ yẽsg pʋgẽ, n tõog n welg yell ning sẽn be tẽngã pʋgẽ. SEDEYAWO rãmb kell n wilgame tɩ bãmb ne Nasẽo Zini, la Indyão Afirkɛnd, n paas Indyão Eropeyɛnd dãmb bee Mali tẽngã taoor dãmb poorẽ, n na n yãag-ba tɩ laafɩ lebg n wa Mali soogã.

Kibarã yii AYIBE

Mali : La CEDEAO condamne «vigoureusement» le putsch en cours 

La CEDEAO «condamne vigoureusement la tentative (de putsch) en cours (au Mali) et prendra toutes les mesures et actions nécessaires à la restauration de l’ordre constitutionnel, par le rétablissement des institutions démocratiquement élues, conformément aux dispositions de son Protocole additionnel sur la Bonne Gouvernance et la Démocratie», indique un communiqué transmis mardi après-midi à l’AIB.

Depuis mardi matin, des soldats mutins essayent de renverser le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta, contesté par la rue depuis des mois à cause de la détérioration de la situation sécuritaire et d’une supposée mal gouvernance.

«Aussi, la CEDEAO appelle-t-elle les militaires à regagner sans délai leurs casernes, en demandant à toutes les parties prenantes maliennes de privilégier le dialogue pour résoudre la crise que traverse leur pays», ajoute le communiqué.

La CEDEAO qui a rappelé sa ferme opposition à tout changement politique anticonstitutionnel, a réitéré sa disponibilité, en rapport avec les Nations unies, l’Union africaine, l’Union européenne et tous les partenaires multilatéraux et bilatéraux du Mali, de continuer à accompagner   les parties prenantes maliennes dans leurs efforts pour résoudre la crise.

Source :Agence d’information du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *