Non classé

Minisr Sɩmyão SAWADG sega kiba-kɩtbã

Sa-sik kiuug rasem 27 yʋʋm 2020 soabã, na-zakẽ Minisr sẽn get kadensã a Sɩmyão SAWADG sega kiba-kɩtbã sull ning sẽn get gofneem kibaya kũun yell sɛk roogẽ. Sekã võore, yaa sẽn na n gom no-rɩk-paal b sẽn dems votã sɛb pʋgẽ ( Kood elektorall).

Minisr Sɩmyão SAWADG wilgame, tɩ b sã n yeel tɩ Burkĩna Faso tẽng kamb kẽer n pa na n naag votã, pʋgẽ pa bũmb sẽn tõe n kɩt tɩ votã viig ye. Bala hal Burkĩna Faso sẽn da wa n ket n yaa Hot volta, naab ba a ye nan pa paam tɩ neb sõor sẽn ta Milyão a 4 vot-a ye. Sã n ya ne yẽnda , noor ning b sẽn dɩk n dat n lebg n ges votã siglg yellã, yaa bũmb naam kɩɩsdbã la naamã rãmb sẽn zoe n wʋm taab a zugu, tɩ Asãmble wã yaool n na n vot-a. Depite rãmb 107 n sak ne no-rɩkrã. Bãmb b 9 n pa naag votã tɩ bãmb b 4 wilg tɩ b pa sak ye.

Kiba-kɩtb kẽer wilgame tɩ pa naam kɩɩsdbã sull ne naamã rãmb bal n segd n yã taab n maan nug-tikrã ye. Sula wʋsg me ra segd n naaga be. Minisr Sɩmyão SAWADG leokame tɩ tẽn-kugrã no-rɩkd 14 soabã wilgda vẽenega, tɩ naam kɩɩsdbã sull taoor soab gomda naam kɩɩsdbã fãa yʋʋr yĩnga rẽ kɩtame tɩ yẽ ne naamã rãmb tõe n dɩka noore.

Kibarã yii Minit.bf

Burkina/Code électoral : « Consensus ne veut pas dire unanimité », Siméon Sawadogo

À la salle de conférence du Système d’Information du Gouvernement (SIG), ce 27 août 2020, le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion Sociale (MATDS) était face à la presse pour parler du code électoral.

« Quand on dit qu’il y a une partie des Burkinabè qui ne va pas voter en 2020, je vous dit que depuis la Haute-Volta jusqu’aujourd’hui aucun président n’a eu plus de 4 millions de voix lors d’un vote. Est-ce pour autant qu’il ne faut pas organiser des élections?? », interroge Siméon Sawadogo Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion Sociale.

Pour lui, le projet de modification du Code électoral lors d’une large concertation avec la majorité et l’opposition politique a par consensus été accepté avant d’être proposé et voté à l’Assemblée nationale. « Un vote qui a reçu l’avale de 107 député, 9 abstention et 4 contre au total des 120 votants », précise-t-il.

Pour certains journalistes qui ont trouvé que les concertations pour la modification de la loi électorale devraient aller au delà de la majorité et du CFOP avant qu’on ne puisse parler de consensus, Siméon Sawadogo répond: « l’article 14 de la constitution dit clairement que le Chef de file de l’opposition est le porte parole attitré de toute l’opposition. À ce titre, il représente toute l’opposition et avec la majorité, ils sont assez représentatif pour qu’on parle de consensus ».

Pour conclure, celui-ci a d’ailleurs indiqué que le « consensus ne veut pas dire l’unanimité ».

Source :Minut.bf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *