Non classé

Kiba-kɩtbã maana b soog-m-meng daare

Wa yʋʋmd fãa ãnduni wã rãmb yãka sig-noy kiuug rasem a 3 tɩ ya kiba-kɩtbã soog-m-meng raar tẽegre. Rõandã yʋʋmdã n tõkda naoor 28 soabã, rẽ n so tɩ kiba-kɩtbã seg taab Sãntr de pɛres Noorbɛɛr ZÃONGO n tẽeg b daarã. Gom-zu-kãngã la b tik yã : «  kibayã kɩsg tʋʋm-rot vɩɩm ». Kell n yɩɩ wakat b sẽn tẽeg a Maarie Solaey Ferɛɛr Minungu, pag sẽn tʋm kibayã kũun pʋgẽ n maan kaalem.

A Yinuusa WEDRAOOG sẽn get Sãntr Noorbɛɛr ZÃONG tʋʋma siglg wilgame, tɩ b sẽn yãk gom-zu-kãnga wã, yaa sẽn na n bool politikã rãmba, la tʋʋm-noy a taabã fãa tɩ b maan b pãng sẽn tõe n teel kibyã kɩsg roto. Bala, kibayã rot vʋɩɩ ne b mens tõongo, woto me yaool n pa sõngd-b tɩ b tʋʋmdã kẽnd taoor ye. Kibay kɩsg yaool n ya tɩlae ne kiba-kɩt fãa.

Kibayã kɩsg daar naoor 28 soabã maanda wakat ninga Burkĩna Faso sẽn paam n be zĩ-sõngẽ sẽn kẽed ne kiba-kɩtbã soog-m-meng  n tʋm b tʋʋma wɛɛngẽ. D sã na n ges Repogtɛɛr sãnfõrtɛɛr rãmb sẽn maan b gɛɛlã, Burkĩna Faso be 5 soab zĩigẽ tõnd nin-sabls tẽnsa pʋga. Sã n ya ãndũni wã pʋgẽ yaa 37 soab zĩigẽ kiba-kɩtbã soog-m-meng wɛɛngẽ. Yaa rẽ t’a Yinuusa WEDRAOOG wilg tɩ d tõe  n maana sũ-noogo. La a wilg tɩ tẽngã taoor dãmb segd n kell n tʋmame tɩ kiba-kɩtbã soogm-m-meng kẽng taoor n paase.

Yʋʋmd sẽn looge, Korona virisa bãag  kɩtame tɩ kibayã kɩsg kũun rot kẽ zu-loees pʋgẽ, bala tõog ra pa le be sẽn na n saag n bao kibayã n kõ nin-buiidã ye. Noy nins b sẽn dɩk n na n gɩdg bãagã me sãama kɩbayã baoobo. Sẽn paasde yaa yõ-koglg kaalmã. Rẽ fãa kɩtame tɩ tẽns wʋsg pʋse, kiba-kɩtbã pa tõog n paam n ta n tʋm b tʋʋmã wa sẽn segd ye . Wã fãa yĩng la b kot tẽngã taoor dãmb tɩ b kell n tʋm n yãag kibayã kũun rot ne tʋʋm-teedo, la b kõ b sor tɩ b tõe n paam kibay sẽn ya vẽeneg n taas nin-buiidã. A Yinuus WEDRAOOG paasame tɩ tẽngã taoor dãmb sã n sak n kelg-b kosgã,  kibyã kũun sõmblem na n yɩɩg pĩnda.

Kibarã yi Minit.bf

Liberté de presse : La viabilité de l’entreprise de presse burkinabè en discussion

À l’occasion de la 28e journée mondiale de la liberté de la presse, le Centre National de Presse Norbert Zongo ainsi que les hommes et femmes des médias ont commémoré cette journée ce lundi 03 mai 2021 à Ouagadougou. Le thème de cette commémoration au niveau national est: « La viabilité de l’entreprise de presse ». Un hommage a été rendu à Marie-Soleil Frère Minoungou au cours de cette cérémonie de commémoration.

« Au Burkina Faso, nous avons choisi de placer cette journée sous le thème : La viabilité de l’entreprise de presse. En choisissant ce thème, nous exprimons notre souhait de voir l’ensemble de la communauté politique, économique et médiatique consentir des efforts au profit de l’entreprise de presse », a affirmé Inoussa Ouédraogo président du comité de pilotage du Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP-NZ) tout en précisant que ce maillon indispensable à la production de l’information est en « péril ».

Cette commémoration de la 28e Journée mondiale de la liberté de la presse se tient dans un contexte où le Burkina Faso est plus ou moins bien au plan de la liberté de la presse. « En effet selon le classement mondial 2021 de Reporter Sans Frontière(RSF), le Burkina occupe la 5e place en Afrique après l’Afrique du Sud (4e), le Ghana (3e), le Cap Vert (2e) et la Namibie (1e) , faisant ainsi du Burkina le 1er pays en Afrique francophone. Dans le monde, il occupe la 37e place sur 180 pays, juste après la Slovénie (36e), la Slovaquie (35e), la France (34e) et le Royaume-Uni (33e) », fait savoir le président du comité de pilotage du CNPNZ.Inoussa Ouédraogo estime, à ce jour, qu’il y a des motifs de satisfaction, mais il ne faudrait pas perdre de vue les défis pour construire des médias « économiquement viables, professionnellement irréprochables, libres et indépendants de toutes les chapelles politiques et des pouvoirs économiques » qui participent au renforcement de l’État de droit et à l’élargissement des espaces de liberté.

Ces dernières années, la pandémie à Covid-19 a déstructuré les moyens et systèmes de production économiques. « Les entreprises de presse n’en ont pas été épargnées dans un contexte où le rôle d’information, de sensibilisation et d’éducation des citoyens était plus que jamais primordial », déplore M. Ouédraogo qui ajoute que plusieurs difficultés telles que l’inaccessibilité aux informations relatives au covid-19 ainsi que les textes qui régissent le secteur de la santé ont rendu difficile l’accès à l’information par les journalistes.

À ces difficultés s’ajoute le problème de l’insécurité. « L’insécurité affecte incontestablement les médias. Dans les régions durement éprouvées, il est difficile voire, dans certains cas, impossible pour les journalistes de rejoindre les sources d’information. Il est évident que le terrorisme et les violences intercommunautaires sont une menace à l’endroit des journalistes », fait savoir Inoussa Ouédraogo. Il pense d’ailleurs que les pouvoirs publics doivent aider les médias à réussir leur transition numérique, les aider à l’assainissement de leur milieu totalement infesté malgré la carte de presse et le laisser-passer, mais également à la gouvernance des entreprises médiatiques.

Il rassure que si tout cela est suivi d’une meilleure structuration du soutien à la presse privée, de l’allègement de la fiscalité et l’accompagnement promis dans le cadre de l’application de la convention collective, nul doute que les médias burkinabè éviteront la mort certaine dont la plupart ne pourront échapper.

Source : Minute. Bf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *