Non classé

Gosneerã taoor soab tɩ wilga a belem ne Solan nin-buiidã

Sẽn tũ ne yel-wẽnd ning sẽn maan Solan tẽngã pʋg tɩ neb sõor na ta 132 maan kaalma, tẽngã taoor soab a Rok Mark Kiristẽ KABOOR tʋma gosneerã taoor soab  a Kiristof Zozɛɛf Maari DABƖƖR ne miniisr dãmb kẽer sigr kiuug rasem a 7 yʋʋm 2021 soabã,  tɩ b na n tɩ keng neb nins roagdb sẽn pa yellã pʋgẽ wã, la neb nins sẽn paam-b sã-pogrã pelse. Yaa pipi la woto neb sõor sẽn ta 132  naag taab n maan kaalem nin-wẽnsã sẽn sɩng b tʋʋm-wẽnsã Burkĩna Faso tẽngã pʋgẽ. Yɩɩ sigr kiuug rasem a 4 n na n vẽeg beoog a rasem a 5 wã la nin-wẽnse, b sẽn pa mi-b sẽn yitẽ kẽ Solan tẽngã pʋg n maan sãanga.

A Kiristof Zozɛɛf Mari DABƖƖR wilgame tɩ b bãng tɩ gosneerã be b poorẽ yel-toogã wakato, yaa rẽ n so tɩ yẽ ne miniisr dãmb a taab zẽk b naoor  n wat n na n taas nin-buiidã fãa tẽngã taoor soab koeese, sẽn tũ ne yel-beed ning sẽn pɩʋʋgã pʋgẽ. A paasame tɩ ned ba a ye ra p a tẽed tɩ yel-be-kãngã buud tõe n waame ye.  Yaa rẽ n so tɩ tẽngã taoor soab sɩd be sũ-sãan- kaseng pʋgẽ. A kenga nin-buiidã pelse, la wilg tɩ b na n kell n dɩka na-kẽnda tɩ yõ-koglgã paam pãng n paase.

Gosneerã taoor soab pʋlma Solan nin-buiidã tɩ yel-beed ning sẽn maanã pa na n pa zaalem ye, b na n tʋʋma sodaas tɩ b pak vaeesgo, n tõog n paam neb nins sẽn tʋm wẽngã n dok b sũuri. A le kẽnga taoor n wilg tɩ b na n ges  n paasa yõ-koagendbã sõor bab-kãng pʋgẽ. B sẽn yi Solan, gosneerã taoor soab ne a poorẽ dãmbã kẽnga Sɛba, logto-yirã, n tɩ ges neb nins sẽn paam sã-pogrã. Zĩ-kãng me gosneerã taoor soab le rɩka pɛlg-kengr koees n taas sã-pogbã ne b poorẽ dãmba. Rẽ poore yaa zĩig ning b sẽn deegd neb nins sẽn zoe n bas b zagsã zĩigẽ la a Kiristof DABƖƖR ne a tʋmd-n-taasã tɩ kaage. Be yaa zags sõor sẽn ta 7000 n be be. A Kiristof Maari DABƖƖR pʋlm-b lame tɩ b na n maana b pãng sẽn tõe tɩ b paam roto, la rɩɩbo. Gilgrã wa n tɩ pag a kʋɩlens Doori logto-yi-kasengã pʋga. Beene me gosneerã taoor soab le rɩka tẽngã taoor soab pʋʋsem n taas sã-poagbã, la a wilg tɩ gosneer na n gesa b tɩpsgã yelle. A pẽga Sayall soolmã taoor dãmba, logtoɛɛmnã b sẽn tʋm tʋʋm nins n na n fãag nin-buiidã yõyã. A kenga sodaasã pelse, la a kos tɩ b kell n kẽng taoor ne b tʋʋmdã, la b ra bas raood ye, tɩ tẽngã yõ-koglgã yɩɩda bũmbã fãa. Yɩɩ  miniisr Mumina Serif SI, Miniisr Useeni COMPAOORE, miniisr Lorãas Marsall YILBƲƲDO, miniisr Alkasum MAEGA, n le paas kolonell Salf KABOOR sẽn ya Sayɛllã guvɛgneer n yãag-ba

Yaa permye miniistɛɛrã kiba-kɩtb sull n yiis kibarã

Drame de Solhan : Le Gouvernement aux côtés des populations

Suite au massacre de Solhan, dans la province du Yagha, région du Sahel, qui a coûté la vie à 132 personnes, et sur instructions du Président du Faso, une délégation gouvernementale, conduite par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, est allée exprimer sa solidarité aux familles des victimes et aux populations de cette localité ainsi qu’aux personnes déplacées, sans oublier les blessés internés dans des centres de santé à Sebba et à Dori, ce lundi 7 juin 2021. À ces compatriotes durement éprouvés, le Chef du Gouvernement a dit être allés transmettre un message d’espoir et de réconfort de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré.

C’est le pire massacre de civils, depuis l’avènement du terrorisme dans notre pays. En effet, 132 personnes ont été tuées, lors de l’attaque barbare perpétrée, dans la nuit du 04 au 05 juin 2021 contre les populations de la localité de  Solhan, dans la province de Yagha, dans la région du Sahel, selon un bilan officiel. Ce lundi 7 juin 2021, à la tête d’une forte délégation gouvernementale, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, est allé s’enquérir de la situation des populations durement éprouvées.

« Je vous souhaite beaucoup de courage. Il faut que vous sachiez que le Gouvernement est à vos côtés dans ces moments difficiles. Je suis venu vous transmettre les salutations et la solidarité du président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré, face à la situation que votre commune a vécu ces derniers jours. Le Chef de l’Etat est vraiment préoccupé, parce que personne ne s’attendait à cela, dans la mesure où nous avions pris des dispositions pour assurer la sécurité sur l’ensemble de notre territoire. Le président du Faso a été réellement touché par ce drame. Le Gouvernement est attentif à ce qui s’est passé », a-t-il exprimé. 

Du reste, il a dit être venu passer un message d’espoir : « Nous nous sommes battus contre le terrorisme depuis un certain temps. Nous avons remporté des victoires mais chaque fois, il y a des défis nouveaux qui naissent et qui apparaissent. La situation de Solhan constitue un nouveau défi pour nous. Malgré tous les efforts que nous avons faits sur le plan sécuritaire, sur le plan social, nous avons connu cette attaque massive. Néanmoins, l’espoir est permis, car nous allons nous réorganiser pour apporter la réponse appropriée à la situation. Notre peuple a toujours été résilient », a confié M. Dabiré.  

Par ailleurs, comme l’a dit le Chef de l’Etat, il a rassuré les populations de Solhan que ce crime ne restera pas impuni.

A la fin de son périple, le Premier ministre a appelé à l’union sacrée de notre peuple, car « une guerre ne peut se gagner que lorsque nous sommes solidaires ». Pour lui, l’assurance est claire que « les terroristes  n’ont jamais vaincu un Etat et le Burkina Faso ne fera pas l’exception ».

A cette occasion, il a salué les représentants de l’Etat qui sont dans la région du sahel, notamment les infirmiers, les médecins, les travailleurs sociaux, etc. qui se sont battus depuis les premières heures pour la prise en charge des blessés et des personnes déplacées, à qui il a « souhaité beaucoup de courage et beaucoup de détermination ». 

Et le Premier ministre d’ajouter : « C’est la raison pour laquelle dès le lendemain de cette attaque, des troupes spéciales ont été envoyées pour sécuriser la zone. Ces troupes procèdent actuellement à des ratissages. Nous allons travailler à sécuriser davantage la zone et à faire en sorte que ceux qui ont commis ce crime inimaginable puissent être retrouvés et punis. Nous allons prendre toutes les dispositions pour que la situation puisse revenir à la normale, c’est-à-dire assurer la sécurité dans cette partie de notre territoire ». 

Après Solhan, le cap a été mis sur Sebba, précisément au CMA de cette ville, pour  toucher du doigt les réalités  de la situation des blessés. Au CMA de Sebba, le Premier ministre a apporté aux blessés, à leurs familles ainsi qu’au corps médical, toute la compassion du Chef de l’Etat et leur a témoigné la solidarité du peuple burkinabè.

Puis, la délégation gouvernementale s’est déportée sur le site des Personnes déplacées internes (PDI) de Sebba où elle a aussi apporté soutien et réconfort aux 7 000 familles déplacées internes. 

A écouter Christophe Dabiré, des dispositions ont déjà été prises pour leur assurer un minimum de confort, un minimum de logement, un minimum de restauration.

« Nous allons continuer à  travailler à faire en sorte qu’il en soit ainsi », a-t-il insisté.  

Au CHR de Dori, dernière étape de cette sortie, les membres du Gouvernement ont traduit, au nom du président du Faso et du peuple burkinabè, la compassion aux blessés de cette attaque lâche et barbare.

En ce lieu, le Premier ministre a rassuré les blessés, que tout sera mis en œuvre pour leur prise en charge sanitaire, jusqu’à ce qu’ils soient totalement rétablis. 

Que ce soit à Solhan, Sebba ou Dori, les populations ont exprimé leur reconnaissance à la délégation gouvernementale pour cette marque de solidarité et d’attention à leur égard.

« Nous vivons une situation très difficile, mais le fait que le Gouvernement soit à nos côtés est suffisamment marquant et cela nous touche beaucoup », a déclaré une victime de la tragédie de Solhan.

Aux Forces de défense et de sécurité (FDS) déployées dans cette zone, le Chef du Gouvernement a incité à poursuivre leur engagement pour la défense de notre patrie.

« Il est important que ces FDS que nous saluons avec  beaucoup de respect et considération, ne baissent pas les bras face à cette difficulté, car elles doivent monter au front pour résoudre les problèmes d’insécurité que nous connaissons. Nous sommes prêts à les accompagner pour qu’il en soit ainsi », a-t-il mentionné, avant d’ajouter que « la sécurité est l’affaire de tout le monde, du Gouvernement, des FDS mais également de la  population entière », à qui il a demandé « de s’engager pour faire en sorte que les enrôlements de nos jeunes s’arrêtent et qu’ils restent au pays pour travailler pour le développement économique et social de la patrie afin de partager les fruits de notre développement ».

Pour cette sortie, le Premier ministre avait à ses côtés le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants,  Moumina Chériff Sy, le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré, le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale,  de la Famille et de l’Action humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,  Dr Ousséni Tamboura ainsi que le Gouverneur de la région du Sahel, le Colonel-major Salfo Kaboré.

DCRP/Primature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *