Non classé

Naam-kɩɩsdbã sull ne naamã rãmb sega taab n na n ges tẽngã zãab yelle

Sigr kiuug rasem 17 yʋʋm 2021 soabã, Burkĩna Faso tẽngã taoor soab a Rok Mark Kiristẽ KABOOR ne naamã kɩɩsdb zĩnda  ne taab n na n gom tẽngã nug-gãaga sẽn kẽed ne zab ne nin-wẽnsã la tẽngã yidgr yelle.

Sõasgã kʋɩlens pakrẽ, tẽngã taoor soab wilgame tɩ b zĩnd n yẽs ne taabã yaa bũmb sẽn segde. A sõngda bas-yard naamã, la Burkĩna Faso nin-buiidã tɩ b wʋmd taaba. A yaa zu-loees buudã fãa tɩɩm baoobo, tɩ lagem taab kẽ tẽngã. Yõ-koglgã kaalem la Koronaviirisa bãag wɛɛngẽ wã, nin-buiidã sẽn baood n yɩɩd yaa wʋm-taabã. Yaa rasma tãab la na n zĩndi, n gom yõ-koglgã yelle, naamã zãabo, la vot rãmbã sẽn watã, la b sẽn dat n lebg n sigl tẽngã  n pʋɩ-a tẽnsã yelle. A Rok Mark Kiristẽ KABOOR wilg a sũ-noog ne wʋm taab ning sẽn be Burkĩna Faso politikã taoor dãmb ne tab sʋkã, la a saagdẽ tɩ b seg taabã na n woma biisi.

Kibarã yii na-zakẽ kiba-kɩtba nengã

Dialogue politique : majorité et opposition discutent de questions nationales majeures

(Ouagadougou, 17 juin 2021). Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a présidé ce matin l’ouverture du dialogue politique. C’est une rencontre entre la majorité présidentielle et l’opposition politique autour de grandes questions sur la vie de la Nation.

Au cours de cette cérémonie, le chef de l’Etat a rappelé que : « le dialogue politique obéit à notre commune volonté de consolider en permanence un consensus national fort sur les questions politiques préoccupantes, en vue de renforcer la cohésion des Burkinabè ».

Il se tient dans un contexte national difficile marqué notamment par des défis sécuritaires et la pandémie du Covid-19. Ce contexte est aussi celui de « la réconciliation nationale », et des « fortes attentes sociales » des populations a précisé le chef de l’Etat.

Pendant trois jours les partis de l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) et ceux affiliés au Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) vont avoir des échanges sur la situation sécuritaire, la relecture à minima du code électoral, la loi sur le quota genre, le projet de relecture du Code général des Collectivités territoriales, et le projet de redécoupage du territoire.

Roch Marc Christian Kaboré a salué la maturité de la classe politique burkinabè « dont les contributions aux précédentes sessions du dialogue politique ont permis l’organisation d’élections sereines en dépit du contexte difficile ».

Le président du Faso s’est dit reconnaissant aux deux entités pour leur disponibilité et confiant aux résultats du dialogue.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *