Non classé

Burkĩna Faso rãmb maana tɩɩsã daare

 Yʋʋm sa-sik kiuug rasem a 7 yʋʋm 2021 soabã,  Burkĩna Faso tẽngã taoor dãmb tɩ maana tɩɩsã daar Zɩnyãre. Tẽnga taoor soab sẽn sela toɛɛg Boalẽ Zɩnyãr Komindã pʋgẽ.

Yʋʋma noore, Burkĩna Faso tẽngã tara zu-loees sẽn kẽed ne  wen-vɩʋʋgã koglg wɛɛngẽ. Yaa rẽ n kɩte, tɩ  we-kʋɩɩrã tar taoor kẽnd wakat fãa. Bãngdbã sẽn geel n na n gesã, b wilgdame tɩ yʋʋmd fãa, weoogã  yalem sẽn tat ɛktaar  250 000 n kʋɩte. La rẽ fãa tũuda ne wakatã teoongo, la nin-buiidã me tʋʋma. Sãnema tũubu, rũmsã gõ-yaarã, tɩɩsã keebo, la zĩisã koglg kaalem. Sẽn leb n paasdẽ, yaa wʋm taabã sẽn mi n pa be sẽn tʋmd-b tẽn-gãongã zug ne taab sʋkã. Rẽ fãa n kɩtame tɩ gosneer rɩk noor sẽoog kiuug rasem 24 yʋʋm 2018 soabã, tɩ yʋʋmd fãa b na n maanda tɩɩsã daare.

A pipi vukã yɩɩ yʋʋm 2019 soabã Tẽnkʋdg soolmẽ. A yiib n soab vukã zĩnda Bãfoora. Yʋʋm 2021 soabã b maana yẽ sa-sik kiuug rasem a 7 Zɩnyãre, Boalẽ Komindã pʋgẽ. Sã n ya ne a Rok Mark Kiristẽ KABOOR yaa toɛɛg la b sel yã. B kell n bẽda be n boond nin-buiida fãa tɩ b rɩk na-kẽnd-sõngo, n tõog n zã tẽn-gãongã. Gom-zug b sẽn yãk yaa : «Tɩɩga, rog-n-miki, la wʋm taab bũmbu». Tẽngã taoor soab kell n wilgame tɩ gom-zugã b sẽn yãk-a wã, b ratame tɩ nebã naag taaba, sẽn yɩɩd fãa d tẽngã sẽn be zu-loeesã pʋgẽ wã. A paasame tɩ tõnd nin-sabls tẽnsẽ wakat sẽn looge, ra yaa tɩɩg tẽngr la b ra zĩnd n welg zu-loɛɛga. Yaa rẽ n so tɩ tɩɩg ya rog-n-mik bũmbu.

Palato Sãtrall reezẽo wã Guvɛgneerã, togsame tɩ gom-zug ning b sẽn yãkã kell n sega ne tõnd tẽngã soog-m-meng tig tẽegr sẽn na n zĩnd yʋʋm-sar kiuug rasem 11 yʋʋm 2021 soabã. Yẽ me paasame, tɩ tɩɩsã yaa bũmb sõngd tɩ b paamd rɩɩbo, b leb n sõngdame tɩ tẽn-gãongã vʋʋgdeã la a paamd a noosem, n tar laafɩ. Tɩɩsã daar a naoor a tãab sobã, b na n sela tɩɩs milyão piig Burkĩna Faso tẽnsã fãa pʋsẽ. Tẽnga taoor soab ratame tɩ Burkĩna Faso ned fãa modg n sel tɩɩga. Yɩɩ wakat b sẽn dɩk waoor kũun n kõ kiba-kɩtb sẽn tʋm wen-vɩʋʋgã koglg wɛɛngẽ. Sẽn paam-b kũunã ya  a Abɛll Yerbãng Burkĩna ẽnfo, a Dimitri Wedraoogo le Faso.net.

Kiba-kɩtbã wilgame tɩ b sũur yaa noogo, bala, b kenga b pels tɩ b tʋm tɩ yɩɩg wa b sẽn da tʋmdã.

B le rɩka  kũun n kõ reezẽo nins sẽn maood ne tɩɩsã selb la b koglgã. Bukl di Muhund reezẽo wã paama milyão 2 la b waoor kũun b sẽn boond tɩ «  Sevalye de logdr de merit de developma dirable»

Tʋʋmdã wa n tɩ baasa ne gilg n ges tɩɩsã b sẽn tar n maand bũmb ninsi: rɩɩbo la tɩto.

Kibarã yii Faso. net

Journée nationale de l’arbre 2021 : « Il ne suffit pas seulement de planter des arbres mais il faut aussi les entretenir », souligne Roch Kaboré

A l’occasion de la journée nationale de l’arbre 2021, le président du Faso, Roch Kaboré, a procédé ce samedi 7 août 2021 à la mise sous terre d’un baobab au village Baolin, situé dans la commune de Ziniaré, dans le Plateau central.

Le Burkina Faso à l’instar des pays sahéliens est confronté depuis quelques années à des problématiques et défis de gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles. En effet, la dégradation continue des massifs forestiers a été estimée à environ 250 000 hectares en moyenne par an. Une déforestation voire une désertification causée en partie par les effets néfastes des changements climatiques mais aussi par les pressions anthropiques exercées sur les ressources naturelles notamment l’orpaillage anarchique, la divagation des animaux, la coupe abusive du bois, l’occupation des aires protégées.

Toutes choses qui ont pour conséquences la régression du couvert végétal, la fragilisation des écosystèmes, la baisse et la perte de la fertilité des terres, l’insécurité alimentaire, la perte des emplois ainsi que des revenus des populations vivant au dépend des ressources naturelles.

A cela s’ajoutent les conflits entre les différents utilisateurs des terres ; la liste n’est pas exhaustive. Face à cette situation, le gouvernement a institué le 24 juillet 2018 la Journée nationale de l’arbre (JNA) dont la 1re édition s’est tenue en 2019 à Tenkodogo, la 2de à Banfora et la 3e est celle qui s’est tenue ce samedi 7 août à Ziniaré dans le Plateau central.

Le président du Faso, Roch Kaboré, a mis sous terre cette année un Baobab dans le village Baolin de la Cité de Naba Oubri, en donnant par cet acte symbolique un signal à l’ensemble des citoyens burkinabè, les interpellant à une prise de conscience de l’impact du reboisement pour la restauration des terres et forêts dégradées.

Un espace de deux hectares de biodiversité de produits forestiers non ligneux (PFNL) créé en 2021 dans le village de Baolin à Ziniaré

Face à une telle réalité, Roch Koboré a appelé à une mobilisation générale de toutes les couches socioprofessionnelles pour la restauration des forêts et terres dégradées afin d’assurer durablement la gestion des ressources naturelles et environnementales du Burkina Faso. « La présente édition ambitionne mobiliser davantage les populations burkinabè à quelque niveau qu’elles soient autour de la question de l’arbre. »

Il justifie dans le même temps le choix du thème retenu pour cette année. « Le choix de ce thème « Arbre, identité culturelle et cohésion sociale », tire ses fondements du contexte national marqué par la crise sécuritaire et la nécessité de renforcer la cohésion nationale en nous appuyant sur nos valeurs sociales et notre identité culturelle. A ce niveau il importe de noter que l’arbre, vu comme “l’Arbre à palabre” par exemple, représente en Afrique et particulièrement au Burkina Faso un symbole dans la résolution des différends au sein des communautés villageoises et un élément d’identité culturelle », a expliqué le président Kaboré.

En marge de la JNA, des journalistes ont été distingués dans le cadre de l’organisation du « Prix Grande Muraille Verte (GMV) en journalisme pour la promotion de la gestion durable des terres ».

Il s’agit entre autres d’Abel Yerbanga de Burkina info, lauréat du prix Grande muraille verte catégorie télévision, qui remporte un trophée, une attestation et un chèque de 500 000 FCFA ; de Dimitri Ouédraogo, du média en ligne Lefaso.net, lauréat du prix spécial UICN catégorie « Mines et carrières » qui remporte un trophée, une attestation et un chèque de 300 000 FCFA.

« Je suis heureux de recevoir ce prix. Ceci est une invite pour nous à travailler davantage pour une meilleure gestion de l’environnement. Nous profitons de l’occasion pour remercier l’initiative de la grande muraille verte pour avoir initié ce prix. Nous saluons aussi les efforts de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui a accepté d’être partenaire

netD’autres distinctions ont ponctué la cérémonie de la JNA de ce jour comme celles du prix du meilleur site régional de la JNA remporté par la Boucle du Mouhoun avec un chèque de deux millions de FCFA, et des décorations des acteurs œuvrant pour le bien-être de l’environnement, qui sont élevés au rang de “Chevalier de l’ordre du mérite du développement rural”.

La visite guidée des stands d’exposition de produits locaux de Roch Kaboré et les membres du gouvernement présents mettra fin à cette cérémonie consacrée à la Journée nationale de l’arbre 2021.

Le Faso. Net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *