Non classé

A Tooma SÃNKAR bʋʋdã paka a kʋɩlense

Yʋʋm 34 loogr poore, Burkĩna Faso Revolisẽo wã taoor soab ne a tũud-n-taas 12 b sẽn kʋ wã bʋʋd paka a kʋɩlens Zĩ-likr kiuug rasem 11 yʋʋm 2021 saobã.

 Zĩ-likr kiuug rasem 11 yʋʋm 2021 soabã yaa daar b sẽn na n tar n tẽegd Burkĩna Faso kʋdemd pʋgẽ. Bala, a Toma SÃNKAR ne a tũud-n-taas 12 b sẽn kʋ  zĩ-likr kiuug rasem 15 yʋʋm 1987 soabã tɩ b bʋʋd r aka bʋʋdẽ wã,  b paka a bʋʋdã kʋɩlẽnse. Yaa Sall de Bãnke sẽn be Waga demillã. Badaare, nin-buiidã yii wʋsgo, n tɩ zĩnd n na n  maan nif kaset ne bʋʋdã.

Sẽn na n yɩlẽ n tũnug yõ-koglgã la laafɩ wã na-kẽnda, yõ-koagendbã vaeesda nin-buiidã tɩ b yaool n paamd sor n kẽ roogã pʋga. Ba ne rẽ fãa neb kẽer n kẽnge, la b pa paam n kẽ ye. Bala, b pa tũ yel-segdɩ wã ye. Bʋ-kaoodbã ne kiba-kɩtbã sẽn da tar badz rãmbã kɩtame tɩ bãmb kẽebã yɩ nana.

Roogã pʋga zaoosã ra yaa kõbg buud toor-toore, n wilgd ned fãa ne a zĩiga.

Sẽn wa zems yibeoog wakat a nii la pʋsʋka, a Zɩlbɛɛr GENGEERE, b sẽn ning ned nins taalã sʋk nin-yend kẽe rooga pʋga. A sẽn na n kẽ wã a pʋʋsa nin-buiidã la n yaool n tɩ zĩndi. A sẽn zĩnd n sa, kiba kɩtbã kolg-a-la n yõg foto rãmba. Neb 14 b sẽn taalgdã sʋka, yaa neb 12 bal n zĩnd bʋʋdã zĩigẽ.

A Maryam SÃNKARA, a Tooma SÃNKAR pagã me kẽe rooga pʋga, tɩ kɩba-kitbã pẽneg-a, a na n kelg a koeese. A wilgame” sẽn ya bʋka, ya a Bilɛɛs KÕMPAOOR sẽn pa wa zĩnd tɩ b n a n bʋ bʋʋdã, la ba ne a sẽn pa wa wã, bʋʋdbã tara kaset wʋsgo, b  sẽn tõe n tik n kao bʋʋdã. A ra segd n talla raood n wa, la yãmb miime tɩ pa neba fãa n tar raood ye». A Yasẽnt KAFAAND me b sẽn talg t’a mii a SÃNKAR rãmb kʋʋbã tiir pa wa bʋʋdã zĩigẽ ye.

Wakat a wãn sẽn pʋgle, bʋ-kaoodbã kẽe rooga pʋga, tɩ nebã yik n pʋʋs-ba. B sẽn kẽ, b karma sebr ning sẽn kõt-b sor tɩ b tõe n viig bʋʋdã, a sẽn da segd n zĩnd sodaasã bʋ-kaood roogã pʋgẽ, n kẽng Waga demillã. Sebrã kaoreng poore, b kõo sor tɩ b yãk sodaas nins sẽn na n sõng bʋ-kaoodbã. B yãkrã rɩka wakat wʋsgo. Bala, sodaas kẽer pa sak n na kẽes m mens ye. B wilgame tɩ b zoe n tara tʋʋm zĩis a taaba. Yaa naoor a yiib tõr la b yals bʋʋdã tʋʋma n yaool n wa paam neb nins sẽn na n lʋɩ bʋʋdã taoore. Neb sẽn yãk tɩ b na n ges bʋʋdã, yaa rapa nu la pag a ye.

B sẽn yãk sodaas tɩ na n sõng bʋ-koaadbã loogr poore, neb nins sẽn sõngd-b neb nins b sẽn talgdã rãmb kosame, tɩ b viig bʋʋdã, t’a lebg n sɩng ka ne kiuug pʋgẽ, tɩ b tõog n paam n vaees sɛbã sõma. Bʋ-kaoodb nins sẽn sõngd neb nins neb kʋ wã me kosame tɩ b rɩk bũmb nins fãa sẽn na n maan bʋʋdã zĩigẽ wã ne nasaara nug tʋʋm-te-paalã n  bĩng t’a wa yɩ kʋdemd bũmbu, b sẽn tõe n wa tik beoog n bãng bʋʋdã sẽn kẽn toto.

Kosgã a yiibã zugu, bʋ-kaoodbã yalsa bʋʋdã n kẽ yã taab pʋgẽ. B yã-taabã poore, b yẽrga bʋʋdã ta na n sɩng zĩ-likr kiuug rasem 25 yʋʋm 2021 soabã sẽn watã. Neb a taabã sẽn kos tɩ b rɩk goama n bĩngã b tõdgame.

Kibarã yii Faso.net

Dossier Thomas Sankara : Gilbert Diendéré et Mariam Sankara, les deux ‘’stars’’ du premier jour du procès

Après 34 ans d’attente, le procès de l’assassinat du père de la révolution burkinabè, Thomas Sankara, et de ses douze compagnons d’infortune s’est ouvert ce lundi 11 octobre 2021 à Ouagadougou. Un premier jour teinté de divers sentiments, entre stress chez les forces de sécurité et espoir au niveau du public.

Lundi 11 octobre 2021. Une date historique pour le Burkina Faso. L’assassinat de Thomas Sankara et ses douze compagnons le 15 octobre 1987 connaît un autre pas vers « la vérité ». Le procès devait débuter à 9 h. Mais une heure avant, la salle des banquets de Ouaga 2000 est quasiment remplie de monde. Acteurs de la société civile, politiciens, citoyens lambda, journalistes, tous sont au rendez-vous.

L’entrée est minutieusement filtrée par les forces de sécurité. Pas de sac ni de téléphone. Il faut tout simplement présenter sa pièce d’identité et être muni d’un cache-nez (covid-19 oblige) pour accéder à la salle d’audience. Malgré les consignes à « respecter scrupuleusement », certaines personnes n’étaient pas informées de ces dispositions à prendre. Elles ont tout simplement été refoulées par les hommes de tenue. Les hommes de médias et les membres du tribunal, grâce à leurs badges, ont pu s’introduire avec leurs affaires.

A 8h 18minutes, alors que des journalistes font des interviews à l’entrée principale, les accusés arrivent sous forte escorte. Il n’y a plus de temps à perdre. Le monde encore dehors se précipite dans la salle d’audience. A l’intérieur, les sièges sont repartis selon le déroulement du procès. On peut y lire : presse ; avocats parties civiles ; avocats défense ; familles et témoins

Vers 8h30 minutes, Gilbert Diendéré, l’un des quatorze accusés dans ce dossier, fait son entrée dans la salle. A l’exemple du procès du putsch de septembre 2015, celui qu’on surnomme « Golf » salue le public avant de s’installer. L’homme s’est drapé dans la « tenue panthère » de l’ex RSP (Régiment de sécurité présidentielle). Juste après son arrivée, les journalistes reçoivent le ‘’feu vert’’ pour faire des prises de vue. Gilbert Diendéré attire beaucoup d’entre eux sur lui.

Vêtue d’une tenue traditionnelle, le Faso danfani, l’épouse de Thomas Sankara, Mariam Sankara, ne passe pas inaperçue. Aussitôt installée, les objectifs des journalistes sont fixés sur elle. Les hommes de médias ont même pu lui arracher quelques mots, surtout ses attentes. « C’est dommage qu’il ne vienne pas. Mais la justice a suffisamment d’éléments pour tenir ce procès (…) Il devrait avoir le courage. Mais vous savez ce n’est pas tout le monde qui est courageux », indique-t-elle par rapport à l’absence du principal accusé, Blaise Compaoré.

A l’aide de son microphone, l’appariteur scande « la chambre ! » et tout le monde se lève pour accueillir les membres du tribunal. Le greffe donne lecture de la délocalisation du procès dans la salle des banquets de Ouaga 2000. Le second exercice constitue à désigner les juges assesseurs et de leurs suppléants, soit trois titulaires et trois suppléants. Cette tâche a pris beaucoup de temps. C’est un tirage au sort. Malgré le choix porté sur leur personne, certains ont décliné ‘’l’offre’’ pour des raisons de santé ou d’affinité avec certains accusés et les fonctions qu’ils occupent actuellement. Il fallait deux suspensions d’audience pour arriver à constituer l’équipe des juges assesseurs (cinq hommes et une femme).

A la reprise de la troisième suspension de l’audience, la défense émet une requête de renvoi à un mois afin de mieux préparer ses dossiers. Quant à la partie civile, elle souhaite un enregistrement et/ou diffusion de ce procès qu’elle juge historique pour le Pays des hommes intègres.

Chaque partie défend alors sa requête et donne des arguments défavorables par rapport à la celle de l’autre. Dans cet exercice de thèse et antithèse, seul le président de la chambre de première instance du tribunal militaire, Urbain Méda, a le dernier mot. Il fait observer une nouvelle suspension afin de trancher sur les deux requêtes.

A la reprise, il rejette l’idée d’enregistrement et/ou de diffusion du jugement et il renvoie l’audience dans deux semaines, c’est-à-dire, au lundi 25 octobre 2021. Cette décision est diversement appréciée par le public à la sortie. Pour le délai de renvoi, les gens ne se sont pas attardés dessus. Par contre l’interdiction d’enregistrement a eu des avis partagés.

Source : Faso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *