Non classé

Miniisr Lorãas Marsall YƖLBƲƲD talla tigsg ne nin-sabls tẽnsẽ kom-pugli wã

Zĩ-likr kiuug rasem 11 yʋʋm 2021 soabã, Miniisr Lorãas Marsall YƖLBƲƲD kõo sor tɩ b pak tigs-kasenga, n goma nin-sabls tẽns wĩndg sẽn lʋɩtẽ kom-pugli wã yellã.

Yɩɩ sull ning b sẽn boond tɩ ACPF taoor soabã a Doktɛɛr Zowan Yãyuki n wa n dɩk koɛɛgã tigsgã pakrẽ. A koeesã pʋgẽ a wilgame tɩ rẽnd tɩ sula buud toor-toor sẽn tʋmd kom-pugli wã koglg wɛɛngẽ kẽes b toog n zabe, tɩ  tõnd nin-sabls tẽnsẽ kom-pugli wã yel-segdɩ paam waoogre.

A Faridatu Kẽnza ZANE rɩka koɛɛg nin-sabls tẽns wĩndg sẽn lʋɩtẽ kom-pugli wã yʋʋr yĩnga. A koeesã pʋgẽ, a baoome n dat n bãng tigs-kãngã pʋgẽ, bõe la b n na n maan n sõng-ba koviid 19 bãag pʋgẽ. Kom-bãoonegã kũum ket n yaa wʋsg nin-sabls tẽns wĩndg sẽn lʋɩtẽ baobgã. Sẽn leb n paasdẽ kom-pugli nins sẽn pa kẽ kaorengo,  tɩ b rɩkdb n kõt sɩdb tɩ b yʋʋmd pa ta wã zugu, bõe la b na n maan n gɩdg bõn-kãnga.

A Kiristɛll KALHƲLE sull ning b sẽn boond tɩ Kildren biliv,  sẽn be nin-sabls tẽns wĩndg sẽn lʋɩtẽ wã taoor soab wilgame tɩ tigsgã tʋlsem ya b bool ned kam fãa t’a kẽes a toogo. Gosneema taoor dãmb me ges b sẽn na n maan  a soab kom-pugli wã yel-sɛgdɩ na paam pidisg wɛɛngẽ.

Sẽn deng tɩ b na n kõ sor tɩ tigsgã pak a kʋɩlense, Burkĩna Faso Miniisr ning sẽn get pagbã, sõng taabã la zagsã yell pẽga kom-pugli wã, b sẽn sak n dɩk b vɩʋʋg n wa naag tigsgã pʋgẽ wã. Bala, b na n bãnga bũmb nins fãa b sẽn da pa mi b yel-segdɩ wã zugu. Miniisrã togsame, tɩ b sã n dat tɩ kom-pugli wã yel-segdɩ paam waoogre, rẽnd tɩ: Benẽ, Burkĩna Faso, Kodenvoaare, Togo, Nizɛɛre, Mali, la Senegalle, tẽn-kãens gãd taaba, n mao tɩ b sẽn gãneg noor ning kom-pugli wã yel-segdɩ wɛɛngẽ wã paam pidisgu.

Kibarã yii Ministɛɛr ning sẽn get pagbã yell zĩigẽ

Forum régional sur les filles de l’Afrique de l’Ouest

Ce lundi 11 octobre, la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, madame Hélène Marie Laurence MARCHAL, a procédé à l’ouverture du forum régional sur les filles en Afrique de l’ouest.

La cérémonie a débuté avec le discours de Dr Joan Nyanyuki, Directrice exécutive de African Child Policy Forum (ACPF). Elle a rappelé la nécessité, pour chaque partie prenante, de s’engager à faire respecter, par des mesures concrètes, les droits de la fille africaine qui représente  » sans aucun doute un membre important de nos sociétés « .

La représentante des filles de la région Ouest-africaine, Faridatou Kenza Zanné, a voulu savoir ce que l’assemblée  » PEUT et Va FAIRE  » pour aider les enfants surtout en cette période de pandémie de COVID-19. Elle a aussi demandé des explications sur le taux de mortalité infantile encore élevé en Afrique de l’Ouest, sur la non scolarisation des filles et leur abandon d’écoles, sur le mariage précoce.  » Il faut que ça change !  » a-t-elle interpellé.

Pour madame Mavalow Christelle Kalhoule, Directrice régionale de Children Believe (Afrique de l’Ouest), ce forum ce veut une tribune pour appeler à la responsabilité collective et individuelle. Mais surtout à un engagement renouvelé des Gouvernements en faveur des droits et du bien-être des jeunes filles.

Dans son discours d’ouverture, la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, madame Hélène Marie Laurence MARCHAL, a salué la présence des filles à ce forum et s’est dit convaincue que de leur participation active aux discussions sortiront des informations précieuses sur leurs expériences, attentes et perspectives pour une meilleure promotion de leurs droits. Pour la ministre, l’Afrique de l’Ouest ne peut être un environnement propice à l’épanouissement des filles si l’une de ses composantes, le Bénin, (Le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal où le Togo) faillit à sa mission de protection.

Source : MFSNF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *