Non classé

Tigung Katolik taoor dãmbã gʋlsa sebr n wilgdẽ tɩ b sũur pa noom ne miniisr Saglmay WEDRAOOG ye

Miniisr ning sẽn get laafɩ wã yelle, a Saglmaye WEDRAOOG ra zẽka koees n kɩɩsd tigung katolik Evɛk rãmbã sull ning sẽn get laafɩ wã sẽn yiis sebr n wilg zu-loees nins sẽn be rog-yaagrã sags buud toor-toorã pʋgẽ. Yaa rẽ n pa ta Burkĩna Faso evɛk rãmbã yam tɩ  yiis sebr n na n wilg b sũ-sãams ne miniisrã goama.

Sebrã pʋga Burkĩna Evɛk rãmbã wilgame ,  tɩ yaa sẽn tũ ne Burkĩna Evɛk rãmbã sull kaseng sẽn get laafɩ wã yel,  sẽn seg kiba-kɩtbã n wilg sebr tigung katolik bãng-mitbã sẽn gʋlse, n na n togs b sullã tʋlsem. B wilgame tɩ seb-kãngã gʋlsgã raab ka sẽn na n kɩɩs miniistɛɛr ning sẽn get laafɩ wã yell ye. A leb pa sẽn na n sãam Burkĩna Faso tẽngã laafɩ tʋʋm-noor na-kẽndr ye.

Yaa sẽn n dat n vẽneg kiris nebã, la nin-buiidã taabã yam, zu-loees kẽer sẽn solg rogma yaagr wɛɛngẽ. B sebrã gom-zugu « Tõnd tagsdame,  tɩ kibayã segd n yɩɩ vẽeneg zãng yel-kãng zugu». Yaa rẽ la sebrã gom-zug sẽn ya «zu-loees nins sẽn be rogmã yaagr pʋgẽ: bãng-minim yel-kãng zugu. Sɛkã ne kiba-kɩtbã poore, miniisrã sẽn gom goam ninsã linga nin-buiida fãa, pa katolik rãmb bal ye.

Yaa rẽ tɩ evɛk rãmbã gʋls seb-kãngã n wilgd b sũ-pa-noog ne goamã, t’a pa zems zãng ye. Tigung katolik pa rat n dɩ beem ne ned ba a ye ye. A ningda a pãnga fãa nin-buiidã sõngr yĩnga. Sẽn yɩɩd fãa wakat ning d tẽngã sẽn be zu-loees pʋga, laafɩ la yõ-koglg kaalem sasa wã.

Yaa sɩd tɩ gomdã sẽn yi wã tɛka, miniisr ning sẽn get laafɩ wã sega Museyẽer Zɩstẽ KẼDGA Wayugi tigung roogã ba, Evɛk rãmbã sull ning sẽn get laafɩ wã yell taoor soaba, la Kagdinall Filip WEDRAOOGO, Waogdg tigungã roogã ba. Tõnd pẽgda yam yãkrã, sẽn na bao manegrã, la rẽndame tɩ d sak tɩ goama sẽn goma pa tolg n tɩbsd noad nins sẽn zoe n be n wa zãng ye. Yaa rẽ n kɩt tɩ Kagdinall Filip WEDRAOOG wilg tɩ bãmb pa mi sebr nins Miniistɛɛr ning sẽn get laafɩ wã sull ning sẽn get kibayã kũun yell sẽn gʋls zĩ-likr kiuug rasem 24 yʋʋm 2021 soabã. Evɛk rãmbã sull pa rat n sãam miniisr ba a ye tʋʋmd ye, la rẽndame tɩ ned fãa rɩk sardo n tʋm nin-buiidã sũy na maag tʋʋmde.

Yaa rẽ tɩ b wilgdẽ goam nins sẽn goma pa goam sẽn zems zãng ye. Bala gom zut n be be n ya yãga n segd tɩ b wɛgs-b n zulgi, tɩ vɩɩmd ne taab saam-biir pʋgẽ wã tõog n paam pãng tõnd tẽngã.

Evɛk rãmbã wilgame tɩ tẽng sẽn ya bas-yard tẽng pʋga, taoor dãmbã pa segd n gɩdg nin-buiidã tɩ b ra kõ b tagsg ye. Ba tɩ b sã n pa wẽn-tũudb taoor dãmba.

Bala tẽngã pa tẽng b sẽn wilg tɩ gɩdgame tɩ ned pa tõe n kõ a tagsg ye. Yaa rẽ n so tɩ boond gosneerã t’a zã tũudmã buud toor-toor fãa zã-yɛnga. Bala, tũudmã rãmb me sõngdame n met tẽngã.

Sẽn kẽed ne nug-tigsa nins sẽn be tigung katolik ne gosneerã pʋgẽ wã, nug-tik kãng bee ãnduni wã tẽns wʋsg pʋgẽ. Gosneer tara pak-n-taase, tɩ b sõngd tʋʋm kẽer pʋgẽ. Pak-n-ta-kãens sã n ka be, gosneer pa na n tõog a tʋm fãa ye. Nebã fãa miim tɩ sõng neb nins nus sẽn pa tat b poorã wɛɛngẽ, tigung kẽesda a toogo. Sẽn le paasde, tigung tʋʋm-noyã fãa yaooda lẽmpo wa tʋʋm -noy a taabã, b tũuda na-kẽnda nins tẽngã zãadb sẽn gãnege. Yaa rẽ tɩ b pa segd n gom n wilg tɩ tigung segd n yaoo lẽmpo, wa a ra pa yaood ye. Lẽmpo wã yaaob yaa tẽng-n-biilim tʋʋmde, yaa sari tʋʋmde,  a leb n yaa sek-m-meng tʋʋmde.

 Sã n ya sẽn kẽed ne laafɩ wã la nin-buiidã fɩɩgr wɛɛngẽ, yãabã yaa wʋsgo. D segd n zĩnd yẽsame n bao rabay a zutu, n tõog n wʋm taab noor a ye.

Sẽn kẽed ne kom-bɩɩbã la neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã laafɩ la b kẽed-n-taarã yelle, d sã n kelgd miniisrã goama, a pa tall waaor ne-b ye. Bãng-mitb kẽer wilgame tɩ yaa koom, rɩɩbo la fut yaa pipi bũmb sẽn ya tɩlae ne ninsaal a vɩɩmã pʋgẽ n yɩɩd sẽn kellã. Yaa rẽ tɩ gomd ning sẽn gom kom-bɩɩbã la neb nins sẽn zoe n bas b tẽnsã zugã pa bũmb sẽn zems ye. Bala neb nins sẽn zoe n bas tẽnsã tara zu-loees a taaba n yɩɩd lagem-n-taarã, kom-bɩɩbã me pipi yel-pakre, yaa tʋʋma kaalem sẽn kɩt tɩ b pa mi b sẽn kẽedẽ wã. Yaa rẽ tɩ tigng katolik la ba-rãmb kẽer pa sak ne gomd ning sẽn yiis kom-bɩɩbã lagem-n-taarã wɛɛngẽ wã ye.

Yel-kãng zugu, tigung katolik tara a na-kẽnda, la a pa rɩk na-kẽnd kãens n wilg tɩ yaa tɩlae tɩ gosneer bɩ neb a taab tũ ye. La a pa tõe n pa zãms kirisnebã na-kẽnd kãens ye.

Sẽn na n baase, Evɛk rãmbã wilgame tɩ b na n saka wakat fãa n na kẽ yẽsg pʋgẽ sẽn na n yɩlẽ tɩ maanegr tõog n zĩndi.

Yaa Museyẽer Loorã DABƖƖRE, Burkĩna Faso Evɛk rãmbã taoor soab n tik nug sebrã zugu

Burkina : L’église dénonce « le ton méprisant » du ministre de la santé

Suite à un élément sonore dans lequel le ministre de la santé, Charlemagne Ouédraogo s’opposait à la décision des évêques qui, dans un document, alertaient sur les dangers des méthodes contraceptives, l’église catholique a réagi. Voici donc la lettre ouverte de l’église au ministre Charlemagne Ouédraogo.

Monsieur le Ministre,

Depuis quelques jours circule dans les réseaux sociaux un audio qui rapporte vos propos sur une conférence de presse tenue par la Commission Episcopale de la Pastorale de la Santé. Cette conférence de presse présentait un livre écrit par des experts catholiques sous la responsabilité de ladite Commission. L’activité citée n’avait pas le but, ni dans son fond ni dans sa forme, de s’opposer au Ministre de la Santé que vous êtes, encore moins de saper la politique de santé publique de notre pays.

Par la présente, nous venons vous dire notre indignation par rapport à de tels propos que nous estimons injustes, voire erronés, tout en vous assurant que l’Eglise Catholique ne recherche nullement l’affrontement avec qui que ce soit. Elle met toutes ses forces et ses énergies au service de tout l’homme et de tout homme sans regarder au prix, surtout en ces temps de crise sécuritaire et sanitaire.

Certes, depuis que l’incident a eu lieu, vous avez accepté de recevoir Mgr Justin KIENTEGA, Evêque de Ouahigouya et Président de la Commission Episcopale de la Santé, puis, récemment, Son Eminence le Cardinal Philippe OUEDRAOGO, Archevêque Métropolitain de Ouagadougou, vous a reçu en audience. Nous louons ces efforts fournis pour réparer un dérapage grave ; mais il faut accepter que des déclarations en cercle restreint, qui contredisent les déclarations publiques, laissent perplexes sur la sincérité des secondes, et ne réparent pas les blessures des déclarations publiques. Cela a conduit Son Eminence à prendre ses distances par rapport à l’article publié par la Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle (DCPM) du ministère de la santé sur son site web, en date du 24 octobre 2021. Bien entendu, la Conférence Episcopale Burkina-Niger qui s’adresse à vous ici ne veut guère faire passer un Ministre de notre pays sous les fourches caudines ; il appartient donc à votre sagesse et à votre sens de la responsabilité de vous engager honnêtement et suffisamment pour un apaisement des cœurs et des esprits.

La laïcité.

C’est un concept et une pratique à ne pas considérer comme un prêt-à-porter venu d’un lointain pays. Il s’agit plus d’un beau Faso Dan Fani fait du coton bio produit dans notre savane ensoleillée et patiemment tissé à la quenouille. La laïcité au Burkina Faso sera faite des multiples fils de nos valeurs authentiques ou alors elle nous encombrera, nous mettra fréquemment en conflit et ne nous mènera nulle part. Monsieur le Ministre, laissez-nous vous dire que dans un État laïc, la parole de l’Autorité publique n’enlève aucunement aux citoyens le droit de s’exprimer, de dire ce qu’ils pensent, qu’ils soient religieux ou pas !

Notre pays s’est engagé à donner un contenu propre à la laïcité et l’Église Catholique participe à ce chantier aux côtés d’autres religions et institutions.

Les conventions de l’Église avec l’État et les implications financières.

Ce type d’instrument existe dans tous les pays du monde pour promouvoir la collaboration entre l’État et une diversité de partenaires privés dans des secteurs surtout sociaux que l’État arrive rarement à couvrir. Tout le monde le sait, il s’agit de coopérer au bien des populations, surtout les plus pauvres. En conséquence, les exonérations ne sont guère une faveur faite à l’Église mais un service rendu aux populations vulnérables. Cela dit, aucune subvention ne peut conditionner l’Eglise dans ses prises de position en conformité avec sa doctrine qu’elle ne prétend nullement imposer.

Du reste, nos structures paient les impôts lorsqu’elles mènent des activités imposables suivant les lois de la République. C’est pourquoi, cela a été indécent de menacer l’Église de l’envoyer aux guichets des impôts, comme si celle-ci ne les payait pas ou se plaisait à s’y soustraire. Les impôts sont un acte de citoyenneté, de justice et de responsabilité. Il est étrange que vous en fassiez un instrument de menace publiquement proférée.

La santé sexuelle et reproductive et le dividende démographique.

Voilà un sujet complexe et très controversé qui suscite des positions divergentes. Nous sommes choqués par vos prises de position difficiles à expliquer dans une logique d’éducation aux valeurs. Nous ne comprenons pas pourquoi on ne pourrait pas en débattre et mettre en garde contre les risques et inconvénients des politiques y relatives.

La santé sexuelle et reproductive en rapport à la jeunesse et aux personnes déplacées internes.

En vous écoutant, votre ton a quelque chose d’irrespectueux et de méprisant pour ces personnes en grande difficulté. Votre échelle des besoins vitaux est particulière. Le bon sens et la science nous disent que l’eau, le pain et le vêtement sont plus indispensables pour la survie humaine qu’autre chose. Votre hiérarchie des besoins humains a donc quelque chose de choquant surtout quand elle est appliquée dans la situation des déplacés internes durement éprouvés et à une jeunesse en quête de repères.  Dans cette logique, qu’en est-il de l’éducation aux valeurs, à la maîtrise de soi, au respect de soi et des autres ? Vous comprenez pourquoi l’Église Catholique, et, sans doute beaucoup de parents responsables et attentifs à la dimension éthique de l’éducation sexuelle, ne peuvent pas ne pas être en désaccord avec vous sur ces points susmentionnés.

Sur ces sujets, l’Église Catholique dispose d’une doctrine, d’un magistère qu’elle ne prétend pas imposer aux Autorités publiques ni à quiconque d’ailleurs. Mais elle ne peut renoncer à enseigner par tous moyens licites cette doctrine à ses fidèles et à tout homme de bonne volonté qui écoute sa voix. Monsieur le Ministre, nous pensons que l’Église Catholique peut, dans le jeu démocratique, concourir aux choix que fait notre pays et contribuer à la vérification de leur assortissement à nos valeurs africaines authentiques.

Pour conclure, nous voudrions vous assurer de nos prières et de notre disponibilité à approfondir avec vous les préoccupations que vous avez abordées dans l’audio.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, notre considération distinguée

Monseigneur Laurent B. DABIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *