Non classé

Fada nin-buiidã yiime n keoog gofneerã

Sapaolg kiuug rasem  10 yʋʋm 2021  soabã, reezẽo de lɛs nin-buiidã maana tẽn-kɩɩng n na n wilg b sũ-pa-noog ne gosneerã a  sẽn bas-b soolmã n pa get-a t’a lebg nin-wẽnsã n yãmb-a wã. Yaa lagem-n-taar sull ning b sẽn boond Ugulmufi wã rãmb n sigl tʋʋmdã.

Fada nin-buiidã saka b boaala, bala. Sapoalg kiuug rasem 10 daare, Fada soolmã nin-buiidã sakame n pag butigsi, esãasã koosg zĩisi, ekoalse, la leebgã zĩis toor-toore.  Yaa bũmb b sẽn maane, n na n bool gofneerã t’a puk a nin n ges noangã la yõ-koglg kaalmã sẽn be zĩig ninga. B wilga gofneer t’a mao n sulg n ges tɩ zu-loees nins sẽn be wã paam welgre.

A Kadɛɛr TÕMBƐƐNO, Fada ra-kasengã lɛɛbdb taoor soab wilgame yaa yʋʋm na ta yʋʋm a 3 wotol, la b sɩng n kot tɩ b sõng-ba, tɩ soayã pa sõma ye. Soaya sẽn ka sõma wã kɩtame tɩ b ka tõe n kẽn ne b teedã tẽns a taab n tɩ koos ye.

A wilgame tɩ bãmb sẽn da yaood mobile rãmb 60 000 tɩ b wat ne teedã, rũnda-rũnda lebga tus-kaobg la zaka. Mobila wã sẽn da rɩkd nebã 1200, masã lebga 2000. Esãasã Karenzi lɩtr b sẽn da raad 160 lebga 200. Reezẽo de lɛst soolmẽ yõ-koglg kaalmã  paam pãng n paas porvẽes rãmb nu wã pʋgẽ. Rẽ n kɩt tɩ b boond gosneer t’a ges b zu-loeesã n bao a tɩɩm taotao.

Ugulmufi s taoor soab a Misɛll WOBA wilgame tɩ bãmb yii a naoor a yiib n kẽne, la tẽngã taoor dãmb kell n pa tek ye. Yaa rẽ tɩ b toeem kẽnda na-kẽndre.  B sẽn maan tẽn-kɩɩngã yaa sẽn na n yɩlẽ tɩ taoor dãmbã sẽn da wẽen tɩ b na n zã tẽngã toto wã bɩ b modg n pids b pʋlengã. A wilgame tɩ zu-loeesã komsa reezẽo wã tõre, bala laafɩ wã zĩigẽ zu-loe-kaseng n be. Logto-yi-kasenga pʋga bũmb pa le be ye. B sã n leb n ges laog b sẽn boond tɩ Fosfatã b sẽn yãkd reezẽo wã pʋga, a taa yʋʋm 42, nin-buiidã pa tol n dɩt a yõod ye.

B wilgame tɩ taoor dãmbã sã n kell n pa leok b kosgã b na n le yiime. Yi-kãng soabã b na n toeema na-kẽndra to tɩ b raabã pidi.

Kibarã yii Burkĩna 24

Région de l’Est : Une journée ville morte pour interpeller les autorités soabã,

Le mouvement U Gulmu Fi a organisé ce mercredi 10 novembre 2021, une journée ville morte dans la région de l’Est. Cette journée a pour objectif d’interpeller le gouvernement et les premières autorités pour qu’ils parlent de la  région de l’Est.

Boutiques, stations, services, écoles fermées et trafic routier suspendu sont entre autres   ce qui a caractérisé la journée ville morte dans toute la région de l’Est. En effet, après maintes activités pour interpeller le gouvernement, les fils et filles de la région de l’Est ont marqué d’un autre ton, leur revendication.

Selon Kader Thiombiano, Président de l’union des commerçants du grand marché de Fada,  cette sortie a  une cause qu’il plaide  depuis 3 ans. « En tant que commerçant nous vivons un calvaire au sein du marché, à travers le transport parce qu’il n’y a pas  de route et si on est sortie aussi c’est pour dire des trucs vrais. On invente rien tout le monde connait la route Goughin-Fada. Le transport d’un camion qu’on payait à 300 000F est passé à 700 000F.

Le transport avec les cars est passé de 7000 à 10000F. Le carburant, nous payons le litre à 800 voire 1000 F. Il y a aussi l’insécurité qui est un peu partout dans la région où toutes les 5 régions sont frappées. Nous sommes inondés par les déplacés internes et la cherté des produits en passant par les matières premières (l’huile le savon) », a-t-il expliqué.

Il a laissé entendre qu’il s’agit d’une façon pour eux d’interpeller le gouvernement et  les premières autorités pour qu’ils essaient de voir le cas de la  région.

Le Secrétaire Général du mouvement  U gulmu Fi, Michel Ouoba a affirmé qu’après deux activités d’interpellations citoyennes ils n’ont pas été  entendus. D’où l’organisation de cette journée ville morte pour  interpeller l’autorité qui a prêté serment de protéger tous les Burkinabè d’assumer sa fonction.

« Nous avons un problème de réseau qui a atteint un niveau incontrôlable, un réseau routier qui est totalement délabré qui handicape tout le développement de la région de l’Est, un système de santé carrément mort. Au CHR il n’y a presque rien. Nous avons des ressources minières qui ne profitent pas à la région. Si nous prenons l’exemple du  phosphate, nous nous retrouvons avec  42 ans sans aucune action aucune retombée pour les populations », a expliqué le SG de U Gulmu Fi.

« A travers cette ville morte nous voulons dépeindre cette situation de la région. Permettre à ces populations qui ne peuvent plus vivre de comprendre que leurs frères qui sont dans les zones où il y a de la vie compatissent », a-t-il expliqué

A l’issue de cette journée ville morte, les organisateurs ont assuré entreprendre d’autres actions. Il s’agit des concertations et d’autres initiatives citoyennes. Ils se veulent clairs. « La prochaine fois plus qu’une journée de ville morte », a assuré Michel Ouoba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *