Non classé

Miniisr ning sẽn get so-togsã la sor-zug kẽna yell keoogda nin-buiidã

A Vẽesã DABILGU, so-togsã, la tẽngã pʋg kẽn miniisr kosa nin-buiidã tɩ b tall maag-m-meng b kẽna zutu. Ya b sẽn yãk sapaolg kiuu rasem 15 soabã tɩ ya zab ne sor-zug sãmpoagã raare, la a bẽd n taas koe-kãngã.

Miniisrã wilgame tɩ rẽndame tɩ ned kam fãa kẽes a toogo, n zab ne neb nins sẽn pa waoogd sor tũudum na-kẽndrã. B yãka daar-n-kãng tɩ ya sagls raare, sẽn na yɩl nebã waoog sor zug kẽna noya. Yʋʋm 2021 soabã yaa gom-zu-kãnga la b tik yã «sor zug sãmpaogã pa neb a taabã bal la a paamd ye»

A Vẽesã DABILG wilgame tɩ ned ba a ye pa tõe n wẽen t’a na n põsa sorã zug sãmpogr ye. Rẽ n kɩt t’a boond nebã tɩ b sã n kẽnd sorã zugu bɩ b waoog sor zug tũudum noya, tɩ sãmpoagã tõog n booge. La sẽn na n yɩlẽ tɩ rẽ fãa paam pidisgu yaa nin-buiida fãa sak n kẽes b toogo. Yaa sapaolg kiuug rasem 15 yʋʋm 2008 soabã la b yãk daarã Boromo soolmẽ. Sor zug-fãoob sã n maan tɩ neb 69 maan kaalem pis-nu la zakã fãa paamda sãmpoaga.

Tẽegre, yʋʋm 2016 soabã n ta yʋʋm 2020 soabã, yaa fãoob 102 391 n fão, tɩ neb 71557 paam sãmpoaga, tɩ neb 4824 maan kaalem.

Kibarã yii AYIBE

Insécurité routière au Burkina Faso : Le ministre des Transports Dabilgou prône la fermeté

Le ministre des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière Vincent Dabilgou a prôné lundi, la fermeté et une conjugaison des efforts dans la lutte contre l’insécurité routière.

« Notre engagement dans la lutte contre l’insécurité routière doit être ferme. Les efforts doivent être conjugués pour lutter contre le fléau de l’insécurité routière », a déclaré lundi le ministre Vincent Dabilgou.

Le ministre Dabilgou s’exprimait lundi à travers un communiqué, à l’occasion de la commémoration de la Journée nationale de sensibilisation sur la sécurité routière.La commémoration se déroule sous le thème « les accidents de la route, ça n’arrivent pas qu’aux autres »

Selon Vincent Dabilgou, la problématique de la sécurité routière est d’autant plus préoccupante que nul n’est à l’abri des accidents de circulation.

C’est pourquoi, il a appelé à « l’union pour sauver des vies » et à la mobilisation « pour la protection des vies (de tous) ».

Selon lui, l’amélioration de la sécurité routière requiert donc une implication de tous et de chacun pour un changement de comportements et une responsabilité à la fois collective et individuelle.

Cette journée a été instituée suite à l’accident dramatique sans précédent de Boromo, le 15 novembre 2008, causant 69 pertes en vies humaines et une cinquantaine de blessés.

Selon le ministre Vincent Dabilgou, la journée nationale de sensibilisation sur la sécurité routière 2021 nous engage tous et « nul n’est à l’abri des accidents de la circulation et chacun de nous est en tout temps et partout, menacé par ce fléau des temps modernes ».

Il faut noter que de 2016 à 2020, le Burkina Faso a enregistré 102 391 accidents de la circulation qui ont occasionné 71557 blessés et 4824 tués soit une moyenne de 964 tués par an.

Source : AIB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *