Non classé

Burkĩna Faso tẽnga taoor soab yɩsa koɛɛg Inata yel-beedã zugu

Miniisr dãmba tigsg sẽn zĩnd sapaolg kiuug rasem 17 yʋʋm 2021 soabã poore, Burkĩna Faso tẽnga taoor soab zẽka koeeg n taas Burkĩna Faso ninbuiidã.

A wilgame tɩ yaa ne sũ-sãang kasenga la a rɩkd koɛɛgã miniisr dãmba tigsg loogr poore, n na n gom yel-beed ninga sẽn zĩnd Inata wã zugu, tɩ ninbuiidã wilgd b sũ-pa noang ne yel-be kãnga wã. tẽnga taor soab goam pʋgẽ a wilgame tɩ wakat ning d sẽn vʋɩ wã, pa wakat tʋʋma sẽn segd n keoos sodaarã wɛɛngẽ ye, sẽn yɩɩd fãa sẽn kẽed ne sodaasã rɩɩbo, la b zab teedã wɛɛngẽ. yaa bũmb sẽn pa sakde, yaa rẽ t’a wilgdẽ t’a kõta ninbuiidã sẽn wilgd b sũ-pa noãnga bʋʋm.

A Rok Mark Kiristẽ KABOORE le kẽnga taoor n paas tɩ b kõ noy tɩ vaeesg na n pak yel-bãmba fãa zugu. Tɩ ra le wʋm tɩ b gomd rɩ-kaolg goam sodaarã wɛɛngẽ ye. rẽndame tɩ kõ sodaasã pãnga sẽn na n yɩlẽ tɩ b tõog n zab ne nin-wẽnsã.

A pʋʋsa sodaas nins sẽn pa b yel-kãnga pʋgã bũud rãmb ne b toogo, la kos wẽnd tɩ b kõ neb nins sẽn paam sãm-poagã fãa laafɩ.

Sã n yaa ne tẽnga taoor soaba, a pa talgd neb nins sẽn yit n wilgd b sũpa noanga ye, la a kota Burkĩna Faso ninbuiida fãa, tɩ b waoog neb nins sẽn pa b yel kãnga pʋgẽ b sẽn zab n na n fãag tẽnga yĩngã, la b tẽeg n zagsã rãmb yelle, tɩ naag taab n bao rabay yel-kãnga zugu.

A Rok Mark kiristẽ KABOORE kell n wilgame tɩ wakat sẽn wat pʋgẽ, tigs kaseng n na n zĩnd sodaasã taoor dãmb ne tẽnga taoor sʋka tɩ b tõog n wʋm bũmb nins sẽn pa zemsa võore. La nanda vaeesg na n pak tɩ neb nins yʋy sẽn na n yɩ yel-kãnga pʋgẽ wã sɩbgr la b na n dɩk n taas b rãmba.

Kibarã yii na-zakẽ kiba-kɩtbẽ wã

Drame d’Inata : déclaration du président du Faso au sortir du Conseil des ministres

« C’est avec beaucoup d’affliction que je prends la parole au sortir du Conseil des Ministres au sujet du drame d’Inata. Drame dont l’onde de choc a été importante au niveau des différentes couches sociales de notre pays. Cette situation a amené des réactions diverses que je comprends fort bien. Car il faut le dire. Il ne peut pas être normal en ce moment, que l’Armée qui doit être la structure la mieux organisée, que dans cette armée, nous ayions des dysfonctionnements à un niveau si important ; des dysfonctionnements concernant les questions de l’alimentation, des dysfonctionnements concernant les questions logistiques et autres. Cela est inacceptable et c’est pourquoi je comprends fort bien les différentes réactions de colère qui sont exprimées çà et là.

Je voudrais d’ores et déjà dire que les instructions ont été données pour qu’une enquête administrative soit faite sur l’ensemble de cette question. Nous ne devons plus entendre parler des questions d’alimentation dans notre Armée. Nous ne devons plus entendre parler des questions de primes dans cette Armée. Nous devons mettre nos hommes dans toutes les conditions qui leur permettent d’affronter le terrorisme avec l’ensemble du courage et de la détermination qu’il faut.

Je voudrais par ailleurs, et surtout, présenter mes condoléances et celles du gouvernement à toutes les familles qui ont été touchées par ce drame, et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

Autant je comprends les réactions de colère qui sont exprimées çà et là, autant je voudrais appeler l’ensemble des Burkinabè à ce que à la mémoire de l’ensemble de ces personnes qui sont tombées au combat pour le Burkina Faso, nous observions une certaine compassion, une certaine dignité pour accompagner les familles éplorées dans leur dure épreuve. C’est une nécessité, c’est un devoir des autres, parce que ceux qui sont partis sont partis dans le combat qu’ils mènent pour défendre le territoire du Burkina Faso. Et nous devons leur donner cet honneur de rester sereins, de pouvoir les accompagner, de pouvoir soutenir leurs familles, afin que nous puissions prendre l’ensemble des mesures que requiert la situation.

Je voudrais également préciser qu’un Conseil supérieur de la Défense nationale sera convoqué incessamment, pour faire le point de l’ensemble de ces dysfonctionnements et prendre les dispositions qui s’imposent. D’ores et déjà, nous avons pris un certain nombre de mesures, et je dis et je répète, qu’au terme de l’enquête, l’ensemble des personnes qui seront concernées dans cette question relative à Inata feront l’objet de sanctions disciplinaires sans exception. Je le précise très bien, sans exception ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *