Non classé

Tigs kaseng la b pak n na n gom kaorengã yelle

Sẽn na yɩl n lebg n siglg kaorengã t’a rɩk na-kẽnd-paalle, la a sõmblmã paase, Burkĩna Faso tẽngã taoor  soab ne gosneerã neb kẽer  zĩndame n na n tags a zugu. Tigsgã sɩnga sapaolg kiuug rasem 18 yʋʋm 2021 soabã, la yaa kaorengã manesg zug la b na n sõse.

Miniisr ning sẽn get kaorengã la buudã goam na kẽng taoorã, a Tanislaas WAARO, wilgame tɩ Burkĩna Faso kaorengã, yaa wa zag-kẽenga, yaa yẽ pʋgẽ la tẽngã beoog metb yita. Rẽ n so tɩ b segd n lebg n lmaneg n siglg-a t’a rɩk na-kẽnd-paalle, la a tall yõod n paase. A kẽnga taoor n wilg tɩ nand tɩ b zĩnd tigs kasengã, b reng sega rog-n-mik yel-gɛtba, la Wẽnd tũudbã taoor rãmba. B gilga reezẽo rãmbã fãa pʋse, n sõs nebã n bãng zu-loees nins sẽn be wã n yaool n na n tõog n zĩnd n bao rabaar t’a paam pãnga. Yaa gom-zut 12 la b tik n na n sõs b zutu, n paam n bao yellã tɩɩm tigsgã pʋgẽ. Pipi, yaa sẽn kẽed ne karen-saamd dãmba wɛɛngẽ, kaorengã na-kẽndre,  sẽn kẽed ne karen-biisã sẽn mi n gẽedã, ne zu-loees a taaba, n paas buudã goam na kẽng taoore, la rog-n-mik buud toor-toor waoogre.

Tʋʋmdã ba-yãkd ra yaa Alasan Bala SAKÃNDE, la a pa tõog n zĩnd ye. A tʋma depite Nestor Bateo Basɛɛre. A wilgame, tɩ Asãmble na n maana a pãng sẽn tõe n yãag na-kẽnda nins b sẽn na n dɩkã.

Tʋʋmdã yɩɩ tẽngã taoor soaba a Rok KABOOR n wa n yals tɩ b pak a kʋlensã. A wilgame tɩ  kaoreng sõngda tẽng meebo, la b na n dɩka na-kẽnda n yãag-ba,  tɩ kaorengã tõog n tek nenga. B na n maoome n zab ne nin-wẽns nins raab sẽn ya b pag karen-dotã tẽnsã pʋsẽ wã.

A kell n wilgame tɩ lekollã segd n tõogame tɩ karen-biisã sũur la b yam teke, tɩ b naag taab n yɩ beoog neba, tɩ tẽngã meeb paam pãnga. A leb n wilgame tɩ wakat sẽn wate, b na n tigsa neb nins fãa sẽn tʋmd kaorengã wɛɛngẽ wã tɩ b bao  rabaya, tɩ ned kam fãa kẽes a toog na-kẽnd-paallã na tõoge, tɩ b fãa yãabã yɩ a ye.

Assises nationales sur l’éducation : Construire « une école solide » au Burkina

Le Burkina Faso veut « repenser son système éducatif » en s’offrant un nouveau « pacte national pour une éducation résiliente et de qualité ». C’est tout l’objet des Assises nationales de l’Education nationale autour desquelles le président Roch Marc Christian Kaboré fonde l’espoir qu’elles contribueront « à la construction d’une école (…) en phase avec les aspirations des communautés et les réalités socio-économiques » du Burkina.

« L’école burkinabè est devenue un vaste chantier pour en faire un laboratoire où se fabrique le Burkinabè de demain et la société du futur », foi du ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro, pour qui, face aux nombreux défis auxquelles le Burkina fait face, « repenser le système éducatif » devient un impératif. Pour ce faire, après les multiples concertations avec les institutions, les autorités coutumières et religieuses ; et les assises régionales qui ont permis la rédaction d’un document référentiel, interviennent les Assises nationales pour discuter des 12 thématiques retenues. Il s’agit entre autres, de la question enseignante, la résilience du système éducatif face aux multiples crises et aux violences en milieu scolaire, la fronde sociale, la promotion des langues nationales, la protection des valeurs culturelles, etc.

Ainsi, convaincu avec le président Thomas Sankara que « l’édification de la société nouvelle impose la transformation radicale et totale de l’école en un instrument au service des aspirations profondes des masses populaires », le parrain de l’activité, le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, représenté par le député Nestor Batio Batière a promis l’accompagnement de son institution aux Assisses nationales. Le PAN a pris « l’engagement de contribuer non seulement à la diffusion des conclusions des présentes Assises, mais surtout à la bonne mise en œuvre de la feuille de route » qui en découlera.

Les attentes du président du Faso sur ces Assises nationales

Procédant au lancement officiel des travaux de réflexion sur les Assises nationales, le président du Faso n’a pas caché ses attentes sur les conclusions desdites assises. « Conscients de l’importance de l’école dans le combat que nous menons pour un mieux-être de nos concitoyens, nous ne céderons pas aux menaces de ces obscurantistes qui veulent fermer nos écoles. L’école burkinabè vaincra et avec elle, c’est le peuple burkinabè tout entier qui sortira victorieux de cette guerre », a-t-il clairement notifié aux participants au forum, faisant allusion aux fermetures d’écoles à cause du terrorisme.

Aussi, « dans un monde qui change, l’école ne saurait rester statique au risque de devenir inadapté. Elle doit déceler les germes de changement et opérer les réformes nécessaires à son amélioration », a argumenté le président Kaboré avant d’inviter les acteurs à « examiner les différentes propositions en vue de sceller un pacte national pour une éducation résiliente et de qualité pour tous les enfants de ce pays sans exclusion aucune, des villes et des campagnes »; et à apporter leurs « contributions à la construction d’une école solide et forte en phase avec les aspirations des communautés et les réalités socio-économiques » du Burkina.

Pour ailleurs, s’est-il engagé « dans les prochains mois », à convoquer « l’ensemble des parties prenantes du système éducatif et la communauté éducative autour des conclusions et des actes des Assises nationales de l’éducation nationale afin que chaque partie s’engage autour de ce pacte fédérateur qui mobilisera toutes et tous à aller dans la même direction et avec des objectifs communs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *