Non classé

MPSR taoor soab boola kibayã kũun rot taoor rãmb tɩ b zĩnd ne taaba

Wao-fugdg kiuug rasem 19 yʋʋm 2022 soabã, Burkĩna Faso tẽngã taoor soaba Letena Kolonell Poll Ãari Sãandaoogo DAMIB boola kibayã kũun rot taoor rãmba, la kiba-kɩtbã lagem-n-taar sula buud toor-toore. Boollã võore, yaa yam a sẽn yãk n na n seg-ba, tɩ b zĩnd ne taab n ges b sẽn na n sõng taab toto n zã tẽngã tãrãzisẽo wã pʋgẽ.

MPSR taoor soabã sõasg ne kiba-kɩtbã pʋga b goma kibayã kũun rot sẽn segd n kẽes b mens toto n tʋm  n yãag MPSR t’a ratmã sẽn kẽed ne a lebg n zĩnd n sig tedgr na-kẽndre, n tõog tɩ Burkĩna Faso nin-buiidã burkĩnd lebg n wa a zĩugẽ wã.

MPSR taoor soabã reng n pẽga kiba-kɩtbã, tɩ b tara b tʋʋmdã minim. Bala, naam wẽ-n-dɩkã sẽn kẽ tẽngã yʋʋm-vẽkr kiuug rasem 23 ne a rasem 24 soabã, b tʋmame tɩ nebã tõog n bãng tẽngã sẽn da be nug ninga, sẽn kẽed ne nin-wẽnsã tʋʋmd pʋgẽ. Letena Poll Ãari DAMIB wilga kiba-kɖbã MPSR sullã rãmb sẽn gãneg na-kẽnda ninsi, n dat n tʋm tɩ tẽngã gãand bãane.

A togs na-kẽnda nins b sẽn na n dɩke, n tõog n deeg babs nins nin-wẽnsã sẽn soogã. Na-kẽnd-kãng yaa raab b sẽn dat n tʋme, n paam n  lebg n sigl bas-yard na-kẽnd-sõngo.

A wilgame  tɩ MPSR rãmb na n kell n waooga kiba-kɩtbã soog-m-menga, la b kotame tɩ bãmb me kẽes b toog n sõng tɩ tedgrã tõog n yɩ sõma. A togsa kiba-kɩtbã, tɩ b segd n wɩdame, la wɩdgã ka segd n tiis tʋʋmdã ye. Letena Kolonell Poll Ãari DAMIB leb n kosame tɩ b waoog noy nins sẽn gãnege, kiba-kɩt fãa segd n tũ n taas kibayã wɛɛngẽ wã.

Kibayã kũun rot la a lagem-n-taar sula wã taoor rãmb pẽga tẽngã taoor soaba, a sẽn yam yãkrã pʋgẽ.

 Bala, yaa sabaab tɩ bãmb me na n tõog n wilg bũmb nins sẽn be b tʋʋmdã pʋgẽ. B kell n wilga tẽngã taoor b zu-loees kẽere. B tʋʋma teed sẽn ka sekdã, kɩtame tɩ b ka tõe n pidis b ratmã fãa ye. A yaa sabaab tɩ b ka tõe n tʋm wa gosneer kibayã kũun rot ye.

Kibay kũun rot nins sẽn so b mensã wilgame tɩ zu-loɛɛg ning sẽn namsd-b n yɩɩd yaa TNT wã ligdi, la Ẽntɛrnetã sẽn ya toogã. Kiba-kɩtbã kosa MPSR taoor soabã tɩ b mao tɩ kibayã tat-b tʋʋll-tʋʋlle, sẽn na yɩlẽ tɩ b tõog n pʋɩt-a, n paam n sõng-b ne b tʋʋmdã.

Zĩ-kãnga, tẽnga taoor soab kos-b lame tɩ b maag-m-menga, tɩ bãmb me paam n sigl  kibayã kũun tʋʋm-noy kẽere. Sẽn kellã, a wilagame tɩ MPSR rãmb na n kell n paa kibayã kũun rot wɩds kelgr pʋgẽ n tõog n tʋm tɩ b raabã paam pidsgu.

Letena Poll Ãari Sãandaoogo DAMIB pʋlma kibayã kũun rot taoor dãmba, tɩ b na n kell n kẽnga taoor ne teelg ning b sẽn da teend-bã. B na n leb n gesa b sẽn tõe n maan toto n yãag-ba, tɩ b tʋʋmdã kẽng taoor  n paase.

Kibarã yii Na-zakẽ kiba-kɩtbã nengẽ

Les patrons de presse à Kosyam : le président du Faso invite les médias à « un accompagnement sincère et vrai »

Le président du Faso, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a échangé ce 19 février 2022, avec les faîtières et associations de médias du Burkina Faso. Cette rencontre initiée par le président Damiba s’inscrit dans la dynamique des concertations qu’il mène avec les différentes composantes de la Nation.

Avec les représentants de la presse, les échanges ont porté sur la contribution des médias à l’œuvre de « sauvegarde et de refondation du Burkina Faso » engagé par le Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR).

Le chef de l’Etat a d’abord salué le professionnalisme et la responsabilité dont ont fait preuve les médias pendant les événements des 23 et 24 janvier derniers. « Les médias ont été parmi les principaux témoins privilégiés de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays », a relevé le président du Faso. Il a ensuite expliqué les motivations de l’action du MPSR qui sont « de permettre au pays de se remettre sur le bon chemin et de rassembler toutes les forces afin de pouvoir recouvrir l’intégrité territoriale et jeter les bases d’une gouvernance saine au plan national ».

Aux hommes et femmes de médias du pays, le chef de l’Etat a rappelé que le MPSR a à cœur de garantir la liberté de presse et les a invités à un « accompagnement sincère et vrai pour cette période décisive de notre histoire ». « Ce qui est à critiquer doit être critiqué, ce qui est à porter à la connaissance des populations devra être élaboré », a poursuivi le président Damiba, qui a aussi invité les journalistes au respect de l’éthique et de la déontologie du métier.

Les représentants des organisations professionnelles des médias ont salué la disponibilité du président du Faso, qui leur offre l’opportunité de partager avec lui, certaines préoccupations. Ils ont relevé entre autres, pour les médias publics le manque de moyens et de ressources qui handicapent fortement leurs structures dans l’atteinte de leurs objectifs.

Les médias privés eux, ont présenté leurs difficultés financières auxquelles s’ajoutent les droits de redevances de la Télévision numérique terrestre (TNT) et le coût élevé de la connexion internet. Ils ont également exprimé le besoin d’être informés en temps réel pour mieux accompagner le MPSR.

A ce propos, le président du Faso a demandé de la patience aux hommes et femmes de médias, le temps de mieux organiser ses structures de communication. Du reste, le mouvement sera toujours à l’écoute des acteurs de la presse pour l’atteinte de ses objectifs sécuritaires à déclaré le chef de l’Etat.

Le président du Faso, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a aussi rassuré les patrons de presse du maintien du soutien à la presse, des mesures d’accompagnement pour la valorisation de la presse, ainsi que la possibilité « d’améliorer ce qui pourrait l’être ».

Direction de la communication de la présidence du Faso