Non classé

Miniisr ning sẽn get rog-n-mikã la dĩinã buud toor-toor tɩ kaaga Burkĩna la Nizɛɛr Evɛk rãmbã sulli

Tʋʋlg kiuug rasem 29 yʋʋm 2022 soabã, Burkĩna Faso la Nizɛɛr evɛk rãmbã sull kaseng paama miniisr ning sẽn get rog-n-mikã la dĩinã yell kaagre. Kaagrã yaa sẽn kẽed ne tũudmã la rog-n-mikã rãmb kẽesd b toog nin-buiidã vɩɩmdg ne taab na paam pãng n paasã wɛɛngẽ.

Miniisrã wilgame tɩ yaa tɩlae ne-a t’a gilg n sõs ne nin-buiidã fãa. A bala, yẽ tʋʋmdã ya a mao tɩ vɩɩmd-n-taarã ne taabã kẽng taoor n paase. Tẽngã sẽn vʋɩ zu-loees nins pʋgã segdame tɩ nin-buiidã naag taab noor a ye  tɩ Wẽnd tõog n kɩt tɩ laafɩ lebg n wa tẽngã pʋga.

Musoyẽer Loorã DABƖƖRE, Burkĩna la Nizɛɛr evɛk rãmbã sull taoor soab pẽgame la a wilg t’a sũur yaa noogo. Minisrã sẽn wa n kaag-bã, b kell n bẽd be n kos t’a yãag-b b tʋʋmdã pʋgẽ. B leb n kosa minisrã t’a sõng rog-n-mikã la tũudmã taoor dãmb tɩ b kẽes b toogo,  n tʋm tɩ nin-buiidã tõog n lebg n wʋm taabã wɛɛngẽ. A sega Sũnita sull dãmba, Feme wã sulli la Evɛk rãmba sull loogr poore, yaa FAYIBE wã sull rãmb la a na n sege.

Kibarã yii minute.bf

Burkina : le ministre en charge des Affaires religieuses prend langue avec la Conférence épiscopale Burkina-Niger

La Conférence épiscopale Burkina-Niger a reçu la visite du ministre des affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema, dans ses locaux, ce mardi 29 mars 2022. Pour l’occasion ils ont échangé sur la contribution des religieux et coutumiers dans le vivre ensemble au Burkina Faso.

Selon le ministre des Affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema, en tant qu’envoyé et serviteur de la République, il est d’obligation d’aller vers les personnes sensées être servies. C’est dans ce cadre, selon lui, que s’inscrit cette visite de prise de contact et de courtoisie. À l’en croire, son rôle sera de travailler à améliorer et perpétuer la tradition de vivre ensemble au Burkina Faso. Ainsi, il entend « à partir de ce vivre ensemble, œuvrer à ce que nous vivions bien ensemble et une fois que nous nous apercevrons que nous vivons bien ensemble, œuvrer à ce que nous vivions mieux ensemble ». La situation nationale du Burkina appelle à l’union et pour le tout nouveau ministre des Affaires religieuses et coutumières, il y a effectivement des moments où les choses ne vont pas, comme on l’aurait souhaité, « mais il est certain que notre Dieu à tous ne peut pas être content des souffrances que nous endurons ». C’est pourquoi il en appelle à faire preuve « davantage de foi et de persévérance ».

Mgr Laurent Dabiré évêque de Dori et président de la conférence épiscopale Burkina-Niger, s’est réjoui de la visite du ministre et a saisi cette occasion pour prier pour la réussite de sa mission et lui « exprimer quelques souhaits pour que ce ministère puisse aider les coutumiers et religieux à donner

leur contribution précieuse et nécessaire à l’édification d’un Burkina Faso pacifié, réconcilié et solidaire ».

Il a, par ailleurs, été rassuré, selon lui, de la disponibilité du ministre afin que coutumiers et religieux puissent ensemble approfondir les questions relatives au vivre ensemble et la cohésion sociale.

Après la Communauté sunnite du Burkina, la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), et la Conférence épiscopale Burkina-Niger, le ministre Issaka, Sourwema compte mettre le cap à la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), ce mardi 29 mars.

Minute.bf